Samedi 15 septembre, une fois n’est pas coutume, un brocanteur a été agressé lors de la brocante hebdomadaire de la place Viarme. Vers dix heures, l’achat d’une babiole par deux clientes tchéchènes a mal tourné. Alors que le brocanteur et les clientes s’étaient entendu sur la somme de cinquante euros, et que l’une des deux est partie tirer de l’argent, en revenant, elle a essayé de se faire vendre l’objet pour quarante euros.

Ce qui a quelque peu interpellé le brocanteur, qui a refusé mordicus. Devant son insistance, il a carrément refusé de conclure la vente. Pas de quoi démonter la Tchétchène qui lui a mis une gifle. D’autres brocanteurs sont arrivés et ont empêché les deux clientes de partir jusqu’à l’intervention de la police municipale. Le tout a fini en main courante, c’est-à-dire sans suite judiciaire… ni effet sur les sacro-saintes statistiques de la délinquance.

« Les vols ça arrive presque toutes les semaines, mais les agressions c’est nettement plus rare », commente un brocanteur. Pour un autre, « c’est symptomatique : ils viennent dans notre pays, ils nous pissent dessus et nous on ne fait rien, il n’y a plus de justice sauf pour embêter les honnêtes gens. Je doute que si je baffe un brocanteur en Tchéthénie je ne m’en sorte qu’avec une admonestation de la police ».

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine