Corsicoin est un projet ambitieux de moyen de paiement numérique pour la Corse, au service de son économie. Il s’agit d’une application mobile permettant de s’échanger des sommes en monnaie virtuelle et ainsi d’acheter et vendre des biens ou des services sans Euros et sans banques.

Un projet lancé par quatre enfants du pays, Matthieu Paoli (professeur de mathématique), Vincent Paoli (chirurgien ophtalmologiste), Sébastien Perez (technicien en programmation informatique) et Guillaume Figlie (employé chez Air France et pompier volontaire), qui se sont associés pour lancer la première crypto-monnaie Corse.

Une monnaie locale entièrement dématérialisée

Corsicoin permettra aux clients comme aux commerçants d’utiliser leurs smartphones pour envoyer et recevoir de l’argent et, donc, s’échanger des biens et des services, sans banques ni autres intermédiaires financiers. 0 frais de tenue de compte, 0 commission sur les transactions du réseau. Le projet a levé plus de 30 000 € en 4 jours sur la plateforme de financement participatif move.corsica, devenant le plus gros projet de monnaie locale dématérialisée de France. C’est également la levée de fonds participative la plus rapide de l’histoire de la Corse.

Relocaliser l’économie et favoriser l’emploi sur le territoire

L’association « Corse Blockchain » a pour objectif de développer une version numérique de monnaie locale, en relocalisant l’économie Corse. Elle compte pour cela exploiter des technologies de dernière génération, notamment la Blockchain, registre distribué servant de base aux crypto-monnaies comme le Bitcoin. Au Pays Basque, l’Eusko a rencontré un franc succès, devenant la plus importante monnaie locale d’Europe, avec plus de 700 entreprises et 158 communes adhérentes à l’Eusko. En Sardaigne, le Sardex permet à plus de 3500 entreprises locales de travailler ensemble en se faisant des crédits tout en se passant des banques, à travers une application mobile qui génère 0.3 point de PIB régional. Corsicoin s’inspire de ces deux points de vue pour en condenser les avantages dans une solution simple et accessible à tous, adaptée à la Corse et ses problématiques.

Augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs Corses

Corsicoin fonctionnera grâce à une application de paiement, qui permettra aux utilisateurs de gagner en pouvoir d’achat. Pour chaque achat effectué en Corsicoins plutôt qu’en Euros, l’utilisateur se verra octroyer une réduction de l’ordre de 10% sur ses dépenses. Un système de fidélisation des clients est également prévu, en débloquant des remises supplémentaires selon les montants dépensés chez un même commerçant.

Pour les commerçants, c’est la possibilité d’augmenter leur chiffre d’affaires en gagnant de nouveaux clients. En effet, dès le lancement de l’application prévu pour début 2019, plus de 3000 utilisateurs de l’application auront l’équivalent de plusieurs dizaines de milliers d’Euros en crédit Corsicoin à dépenser uniquement auprès de commerces participants. Plus un commerce propose de réductions pour le paiement en Corsicoins, plus il est visible au sein de l’application. C’est gagnant-gagnant.

Déjà de nombreux commerces du centre ville d’Ajaccio ont choisi d’accepter les règlements en Corsicoin dès la sortie de l’application (Globo, Bar des sports…). Si l’utilisateur le choisit, les bénéfices qu’il génère au sein de l’application seront reversés à une association Corse de son choix afin de soutenir le tissu économique et associatif local. Les associations ont donc tout intérêt à participer à l’initiative Corsicoin afin d’obtenir une source de dons régulière auprès de leurs membres.

A terme, vers une monnaie virtuelle entièrement décentralisée ?

A long terme, en fonction du succès du projet et si le cadre légal le permet, une monnaie virtuelle décentralisée sera également intégrée à l’application, sous le nom de CSC. Les CSC seront basés sur la Blockchain, la même technologie que le Bitcoin. Ils pourront grâce à cela s’échanger au sein de l’application Corsicoin, mais aussi en dehors, ce qui rendrait cette monnaie virtuelle totalement décentralisée, sans intermédiaires.

Leur cours pourra fluctuer comme celui des autres crypto-actifs, dont le célèbre « Bitcoin », dont on a constaté une augmentation de la valeur de plus de 10000% en quelques années. L’intégration du CSC permettra à la Corse d’avoir sa propre monnaie virtuelle, avec un cours décorrélé de l’Euro et basé sur l’offre et la demande monétaire sur le territoire. Un pas de plus vers l’autonomie économique. Durant ce mois de novembre 2018, chaque investisseur sur la plateforme Move.corsica se verra octroyer une somme en Corsicoins ainsi que des CSC en fonction de son apport.

Participer au financement du Corsicoin signifie donc s’investir sur le projet à long terme, avec une forte valeur ajoutée en cas d’adoption massive de la monnaie. Commerçants, consommateurs, associations : toute la société Corse devrait y trouver son compte.

En attendant une monnaie similaire pour toute la Bretagne historique ?

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.