Cozinox conçoit et fabrique des mini-laiteries à Pordic

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Implantée à Pordic (22) depuis 1980, Cozinox a été reprise en 2017 par l’ingénieur Fabien Rochard. Forte de six salariés et de 850 m² d’ateliers, elle conçoit des mini-laiteries qui permettent aux fermes de transformer leur production en yaourts, lait ribot, fromage, crèmes… sur place et regagner de la valeur ajoutée.

L’entreprise produit et assemble ainsi des écremeuses, des pasteurisateurs, des chambreurs pour le traitement thermique du lait, des barattes, des bacs d’égouttage… Elle s’est concentrée sur la production de mini-laiteries en 2000 après avoir été un des sous-traitants industriels de la Cooperl, de Stalaven ou encore de Celtigel. Une mini-laiterie peut valoir jusqu’à 120.000 €, selon le matériel qui y est installé.

L’essentiel du chiffre d’affaires est fait en France. « Nous avons vendu une mini-laiterie au Sénégal, une en Gambie, mais nous manquons de moyens humains pour exporter », nous explique-t-on au SPACE de Rennes. « Nos clients faisaient déjà un peu de transformation et augmentent le volume ou alors sont en reconversion – par exemple dans le cadre du conjoint qui rejoint l’exploitation et s’occupe de la valorisation de la production ». Ils vendent dans « tous types de circuits courts – vente à la ferme, marchés, supérettes, mais aussi en grande distribution ».

« On a des clients en lait cru, il faut une écremeuse et une baratte, avec 10-12.000 € d’investissement ils s’en sortent ». Si Cozinox fabrique encore les barattes et les pasteurisateurs, « il n’y a plus de fabricants d’écrémeuse en France, les nôtres viennent d’Autriche, on a quelques fournitures d’Allemagne, et des homogéinisateurs italiens ».

LBG

Crédit photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés