Depuis le 1er janvier 1622, dans tous les pays catholiques, sur décision du Saint-Siège, l’année calendaire commence le 1er janvier et non plus le 25 mars.

Chez les peuples usant d’un calendrier solaire, le début de l’année a toujours été fixé par pure convention. Au fil des siècles, l’année n’a pas commencé partout au 1er janvier, et son début a varié au gré des époques et des pays. Même avec le calendrier grégorien, dans lequel le premier jour de l’an a été aussi le 1er mars.

Mars est initialement le premier mois de l’ancien calendrier romain. C’est en 46 av. J.-C. que l’empereur romain Jules César décida que le 1er janvier serait le Jour de l’An. Le nom du mois Janvier vient de Janus, le dieu des portes et des ouvertures. Janus a deux faces, l’une tournée vers l’avant (le futur), l’autre vers l’arrière (le passé). Plus tard et sous le règne de l’empereur de l’Occident Charles Ier, dit le Grand ou Charlemagne, l’année commençait à Noël, le 25 décembre.

Du temps des rois capétiens, l’année débutait le jour de Pâques.

Ce n’est qu’en 1622, que le 1er janvier est décrété par le Saint-Siège comme début de l’année partout dans le monde catholique. Cependant, l’empereur Charles Quint et le Roi de France Charles IX avaient déjà mis en œuvre cette mesure dans leurs royaumes respectifs au cours du siècle précédent par l’édit de Roussillon en 1564.

En effet le 9 août 1564, à Roussillon, près de Grenoble, le roi Charles IX signe en présence de sa mère, la régente Catherine de Médicis, un édit préparé par le chancelier Michel de L’Hospital et le ministre Sébastien de L’Aubespine. Entre autres dispositions, cet édit fixe au 1er janvier au lieu du 1er avril le début de l’année calendaire dans toute la France. La tradition du poisson d’avril tire ses origines de l’édit de Roussillon…

Crédit photo : pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine