Interviewé le 17 avril sur une radio italienne, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a fait le point sur sa gestion du problème des migrants extra-européens arrivées en Italie ou qui tentent d’y parvenir. Avec quelques formules chocs à la clé.

« Les Italiens me paient pour les défendre »

Il a ainsi rappelé que ses fonctions lui attribuaient le pouvoir de décider des débarquements de migrants ou non sur les côtes du pays. Le leader de la Lega a déclaré que « le ministre de l’Intérieur a autorité nationale sur la sécurité publique ».

À ceux qui contestaient sa légitimité concernant les interdictions faites aux navires des ONG pro-migrants de débarquer en Italie, Matteo Salvini reprécise : « J’ai toute l’autorité pour décider. » Puis il a déclaré à l’antenne : « Le port est assigné par le ministre de l’Intérieur, que cela vous plaise ou non. » Et de conclure par une formule efficace en ces temps de campagne électorale avant le scrutin des européennes : « Les Italiens me paient pour les défendre et je le fais. »

Par ailleurs, dans un contexte de tension avec des membres de l’armée et du ministère de la Défense, suite à une directive émise auparavant par le ministère de l’Intérieur visant à lutter contre l’immigration illégale et les terroristes qui pourraient arriver de Libye, Matteo Salvini a déclaré qu’il n’avait « pas le temps de répondre aux polémiques. »

La « certitude » du risque terroriste parmi les migrants

Quant à la probabilité de voir des islamistes infiltrés parmi les migrants embarqués sur les navires à destination de l’Italie, Matteo Salvini considère ce risque terroriste comme une « certitude ». De quoi justifier sa politique de fermeté à propos de ces arrivées : « C’est pourquoi je tiens à souligner qu’aucun débarquement n’est autorisé en Italie. »

Le ministre de l’Intérieur est également revenu sur son bilan récent en ajoutant que « cette année, nous avons réduit de 92% le nombre d’arrivées par mer et réduit de moitié le nombre de morts et de disparus. ». Pour lui, « il est clair qu’une politique sérieuse et rigoureuse donne des résultats. » Sans oublier au passage d’envoyer un signal d’avertissement aux passeurs de migrants : « Il n’y a pas d’arrivée sans permis. » Les choses sont dites.

L’intervention complète de Matteo Salvini :

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Ministry of the Interior Italy)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.