Vingt tonnes de flotte sur l’estrade transformée en quasi-piscine, ou plutôt en petit-bain. C’est ce qu’exige la présente mise en scène du Vaisseau Fantôme par les sœurs Rebecca et Beverly Blankenship, filles d’un ténor texan ayant fait carrière en Europe. Voilà l’originalité première de cette version de l’opéra de Richard Wagner déjà représenté à Rennes au début de mai. L’ouvrage sera redonné à Angers et à Nantes ces jours prochains, et projeté sur écran géant dans quarante villes bretonnes, le 13 juin à partir de 19h.

Premier vrai succès de Richard Wagner

Le risque d’un décor aquatique trop écrasant était évidemment – compte tenu de l’importance des chœurs – de transformer en match de water-polo ou en Chalutier Volant une représentation du Vaisseau qui n’en demandait pas tant. Mais les sœurs Blankenship sont heureusement plus subtiles, et l’opération est réussie. Brumes, cordages, cadavres flottants, éclairages de fin d’orage et chœurs chaussés de bottes concourent à donner au Hollandais Errant (le titre allemand est Der Fliegende Holländer) toute la charge romantique et romanesque qu’appelle cet opéra de jeunesse de Wagner.

La légende est celle d’un marin qui, ayant blasphémé, est condamné à errer sur les mers sa vie durant. Mais une fois tous les sept ans, il peut mettre pied à terre, à la recherche d’une jeune fille qui le sauvera en l’épousant, rachetant ainsi sa faute originelle. L’opéra raconte l’une de ces escales septennales. Senta (soprano), fille du marin et commerçant norvégien Daland (basse), est fiancée à Erik (ténor). Mais elle s’éprend de la figure légendaire du Hollandais, racontée avec insistance par des copines (chœur des fileuses). Et un drame s’ensuivra.

De ce scénario sombre, Wagner, qui a lui-même subi une tempête dans la Baltique en 1838, tirera une partition à la fois entraînante et tragique. C’est avec cette œuvre que, juste après Rienzi et deux ans avant Tannhäuser, le compositeur connaît son premier vrai succès à Dresde, en 1843. Il y expérimente ce qui deviendra l’une des caractéristiques majeures de son écriture, le leimotiv, c’est-à-dire le fait d’attacher un thème mélodique ou harmonique à une idée ou à un personnage. Il reprendra ainsi en 1860 la rédaction de l’ouverture et celle du finale pour insister sur le thème de la rédemption, selon une logique compositionnelle qu’il appliquera de nouveau en 1865 dans Tristan und Isolde, puis dans sa Tétralogie.

Une distribution réussie

Comme toujours avec les œuvres de Wagner, la première difficulté pour un metteur en scène et un chef est de trouver une bonne distribution, une adéquation exacte des voix et des rôles. Et c’est ici réussi. Le rôle du Hollandais est vocalement très étendu, plus aigu (fa#3) que le classique registre de basse, et plus grave (fa1) que celui de baryton. Voilà qui convient au baryton-basse lituanien Almas Svilpa, au grave solide et assuré. C’est un habitué du rôle-titre, qu’il a chanté depuis des années tant à Vilnius qu’à Essen, de même que les rôles de Wotan dans la Walkyrie, ou de Heinrich dans Lohengrin.

Martina Welschenbach, qui chante Senta, est elle aussi une wagnérienne expérimentée. Elle a assuré plusieurs fois ce rôle difficile (qui passe de l’innocence juvénile à la rédemption du Hollandais) au Deutsche Oper de Berlin dont elle est une habituée (elle y a chanté Freia dans l’Or du Rhin, ou Helmwige dans la Walkyrie).

La basse allemande Patrick Simper pratique de longue date le rôle de Daland, au moins depuis 2013 où il le chanta à Brescia, Crémone et Pavie. Il s’est par ailleurs fait entendre en janvier et en février à Rennes, Nantes et Angers dans un récital d’airs de basse de Mozart.

Quant au ténor australien Samuel Sakker, il est lui aussi rôdé à son rôle d’Erik, le confident du Hollandais, qu’il chanta voilà deux ans à Cape Town (Afrique du Sud) et l’an passé au Nederlandse Reisopera (Pays-Bas).

Reste le chef d’origine bavaroise Rudolf Piehlmayer. Homme d’expérience, il a dirigé plusieurs saisons complètes d’opéra à Leipzig et à Augsbourg. Il est donc rôdé à ce métier difficile de direction lyrique, qui exige de contrôler à la fois l’orchestre dans la fosse, les chanteurs sur le plateau, et les chœurs souvent en mouvement. Piehlmayer est par ailleurs un habitué de la région. Il est venu à Rennes en 2015 pour y diriger Lohengrin, puis en 2017 pour la Norma de Bellini, sans compter les concerts à la tête de l’OSB. Il reviendra à Rennes, Nantes et Angers en mai et juin 2020 pour Madama Butterfly, de Puccini, opéra qui sera lui aussi gratifié d’une transmission sur écrans géants dans les villes bretonnes.

Notons enfin que, comme il convient aujourd’hui, les frais de mise au point de la scénographie sont partagés entre plusieurs maisons lyriques : ce Hollandais est une coproduction réunissant les opéras de Hagen (Rhénanie, en 2017), de Rennes, Nantes et Angers, de Luxembourg, de Metz et de Maastricht (Pays-Bas).

Jean-François Gautier

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine