La semaine dernière, le gouvernement hongrois – dirigé par le Premier ministre Viktor Orbán et son parti au pouvoir, le Fidesz – a introduit de nouvelles mesures qui, à partir de 2020, financeront le nouveau plan d’action de protection de la famille. Le plan devrait augmenter le financement des familles de 695 millions d’euros, soit un total de près de 4,1 milliards d’euros de subventions pour les familles hongroises. Le gouvernement hongrois a déclaré qu’il pensait que la prospérité des familles était plus importante pour la Hongrie que la croissance économique.

Le nouveau budget arrive quelques mois après que le Premier ministre Orbán eut annoncé pour la première fois que la Hongrie chercherait à mettre en œuvre des changements radicaux qui permettraient aux femmes ayant au moins quatre enfants de ne plus avoir à payer d’impôts sur leur revenu pour le reste de leur vie.

Lors d’un entretien avec Breitbart Londres, un représentant du gouvernement a indiqué qu’il existait une différence nette entre l’approche de la Hongrie en matière de déclin démographique et celle de ses partenaires d’Europe occidentale, qui ont recours à l’immigration de pays extra-européens plutôt qu’à des aides aux familles. Le porte-parole du gouvernement hongrois a déclaré : « L’Europe est à la croisée des chemins. L’Europe occidentale cherche à résoudre le problème de la démographie par des solutions simplistes et de court terme, mais qui ont des conséquences catastrophiques à long terme. »

Et de poursuivre : « La Hongrie a une approche à long terme et songe à ce qui pourrait faire de l’Europe un continent économiquement fort et rajeuni. Soit nous encourageons les naissances en plaçant les intérêts des familles au centre de la politique, soit nous encourageons de nouveaux flux migratoires. Notre objectif est d’enrayer le déclin démographique de la Hongrie par des mesures de soutien aux familles. Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de chiffres, mais d’enfants hongrois : nous ne cherchons pas à soutenir un système économique, mais la Hongrie, la nation hongroise et son histoire ; nous voulons encourager nos familles sur plusieurs générations. »

Le porte-parole a également expliqué que la Hongrie cherchait à inciter d’autres pays d’Europe à mettre en place des politiques familiales similaires. L’Italie de Matteo Salvini est un pays d’Europe occidentale qui a cherché à imiter la politique familiale hongroise. Salvini a clairement affiché sa volonté d’appuyer fortement les politiques pro-familiales. Son parti, la Lega, a proposé un projet de loi qui donnerait des terres rurales gratuites aux familles italiennes ayant au moins trois enfants pour les aider à repeupler les régions rurales, selon le journal italien La Stampa.

Les politiques hongroises visant à accroître les dépenses familiales contrastent fortement avec des pays comme l’Allemagne qui ont accueilli un nombre excessif de migrants. En 2018, les dépenses allemandes pour les demandeurs d’asile ont atteint 23 milliards d’euros, un niveau record.

D’un côté, des dirigeants qui financent la survie d’un peuple, de l’autre, d’autres dirigeants qui financent sa disparition programmée…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V