agression

La Justice française sait être très clémente avec certains délinquants. La semaine dernière, un Algérien a ainsi été simplement condamné à de la prison avec sursis sans expulsion du territoire, alors qu’il avait agressé une infirmière, une aide-soignante, à l’hôpital de Vannes, tout en se réclamant de Daech.

En mai 2018, cet immigré algérien habitant à Saint-Dolay rentre à l’hôpital. Alors qu’il doit sortir et demande son dossier médical, il s’en prend violemment à l’infirmière, la pousse contre le mur et agresse sa collègue aide-soignante. Pire encore, ce dernier revient le soir pour filmer le personnel de l’hôpital en menaçant d’envoyer la vidéo à « ses amis de Daech », en Libye. Arrêté par la police dans la foulée, jugé totalement sain d’esprit, ce dernier était donc jugé la semaine dernière par le tribunal de Vannes, en son absence puisque cet individu n’a même pas jugé bon de se déplacer malgré les relances de convocation.

Au final, l’algérien écope de 4 mois de prison avec sursis, de 300 euros de dommages et intérêt. Et d’aucune expulsion du territoire, en raison du fait qu’il a un jeune enfant né en France. Le personnel de l’hôpital pourra donc, dans les prochaines semaines, recroiser cet individu, en conséquence de la politique migratoire généreuse de la France, et de son droit du sol. Ils apprécieront, sans aucun doute…

Françoise Dupuis.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine