Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Micro-entrepreneurs : la fin des exonérations de charges suscite des interrogations

Confronté à une croissance rapide de créations de micro-entreprises, le gouvernement envisage de mettre fin à l’exonération partielle de charges sociales dont bénéficient les ressortissants du régime pendant les trois premières années d’activité.

À l’approche du projet de loi de finances 2020, le gouvernement envisagerait de mettre fin à l’exonération partielle des charges sociales dont bénéficiaient les micro-entrepreneurs pendant les trois premières années d’activité. Actuellement, les créateurs qui ont opté pour ce régime ne réglaient que 25 % de leurs cotisations la première année, 50 % la seconde et 75 % la troisième.

Concrètement, au lieu de bénéficier de trois années moins chargées, en 2020, les micro-entrepreneurs seront soumis au même règles que les autres indépendants, à savoir une année blanche. Pour les créateurs déjà engagés dans le régime, ils devront s’adapter. Ils auront 25 % d’exonérations s’ils entrent dans le cadre de leur deuxième année d’exercice, et 10 % s’il s’agit de la troisième. Enfin, un décret prévoirait aussi l’abaissement du taux d’exonération unique pour les créateurs.

Le succès de la micro-entreprise et les inscriptions très nombreuses n’auraient donc pas été suffisamment anticipés dans ses conséquences budgétaires pour l’État qui réajuste ses prévisions. « Il est dommage que les règles changent en cours de route pour les micro-entrepreneurs qui viennent de se lancer. La stabilité fiscale est un facteur clé de réussite pour les entrepreneurs et les investisseurs. » estime Jérôme Tarting, le PDG d’Evo’Portail, qui accompagne les micro-entrepreneurs. « Si l’alignement sur les autres statuts est logique, la raison qui pousse à ce réajustement l’est moins. La France sous-estimerait-elle l’énergie créatrice de ses contribuables ? » s’interroge Jérôme Tarting. 

La France réussit, plus les années passent, le coup de maître de proposer à la fois le pire de la bureaucratie et de l’économie soviétique, avec le pire du capitalisme sauvage. Il ne faut pas chercher plus loin son effondrement économique progressif…

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Les tentatives d’homicide en France ont augmenté de 78% entre 2016 et 2023 [L’analyse de la délinquance par Marc Vangard]

Découvrir l'article

International

Fausse polémique Argentine – France. « Aucun pays colonialiste ne nous intimidera pour une chanson de stade » [Les Bleus s’étaient moqués de Messi]

Découvrir l'article

Economie

Start-up françaises. Quelle situation, quel bilan pour 2023 ?

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal, Tourisme

La France classée 4ème pays européen le moins sûr au monde pour voyager en 2024

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Avant les Législatives, le Nouveau Front Populaire fait peur. Une cambodgienne témoigne : « Nous avons vécu sous un régime communiste, nous avons vu les souffrances qu’il a causée » [Interview]

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Tournoi des 6 Nations U20 : Le match France – Pays de Galles à La Rabine à Vannes en 2025 ?

Découvrir l'article

Economie

Où les Français épargnent-ils le mieux et où ont-ils le plus de moyens financiers ?

Découvrir l'article

DINARD, Sciences

Dinard : Lancement d’un programme inédit d’exploration et de séquençage du génome marin

Découvrir l'article

Sociétal

Immigration en France : les chiffres clés de 2023

Découvrir l'article

Sociétal

Une carte recense tous les centres d’accueil pour migrants – réfugiés et demandeurs d’asile – en France

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky