Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : « La mansuétude à l’égard des islamistes commence par le Premier ministre, Édouard Philippe » [Interview]

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

Emmanuel Macron a annoncé il y a plusieurs semaines déjà vouloir lutter contre le « séparatisme islamiste ». Au final, beaucoup d’effet d’annonce, mais pas de concret sur le terrain pour le moment. Ce qui laisse des observateurs spécialisés dans l’étude de l’islamisme et de l’islamisation, sceptiques.

C’est le cas de Joachim Veliocas, qui anime l’Observatoire de l’Islamisation, et que nous avons interrogé à ce sujet.

Breizh-info.com : Tout d’abord, qu’avez-vous pensé des annonces d’Emmanuel Macron sur le séparatisme islamiste ?

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : Je les trouve bien faibles par rapport à l’étendue de la menace. Le programme ELCO touchait à sa fin et est remplacé par les Enseignements internationaux de langues étrangères, 1h30 facultative à partir du CE1. Les imâms étrangers détachés au nombre de 300 seront suspendus après 2024, certes, mais on laisse les 152 mosquées salafistes, 147 mosquées tablighis, 200 mosquées de l’UOIF et 100 mosquées turques continuer à être gérées majoritairement par des étrangers. Donc c’est une annonce qui ne rassurera que ceux qui ne maîtrisent pas le dossier, car quand on épluche la composition des bureaux associatifs qui gèrent ces mosquées extrémistes, ce qui saute aux yeux c’est l’origine étrangère de la majorité des individus qui les composent.

Breizh-info.com : Au sein des proches d’Emmanuel Macron, y a-t-il des gens proches des islamistes, ou qui ont pu faire preuve de mansuétude à leur égard ? (on pense au nouveau ministre de la Santé)

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : La mansuétude commence par le Premier ministre Édouard Philippe, avec la cession d’un presbytère catholique pour une école salafiste au Havre en 2015 sous son mandat, et son inauguration de la mosquée Mesjed Ennour des Frères musulmans, sise sur un terrain mis à disposition par la ville en 2013.


Ajoutons une deuxième mosquée (Association des Musulmans du Havre) financée par le Qatar sur lettre de recommandation du président de l’UOIF, Amar Lasfar, inaugurée en 2015 par un de ses adjoints qui vint le représenter. La mansuétude, c’est aussi celle de Christophe Castaner qui refuse d’expulser les 3391 fichés FSPRT de nationalités étrangères, pourtant bien signalés comme en « radicalisation à caractère terroriste ». Les mosquées foyers de l’État Islamique n’ont pour beaucoup pas été fermées, dont la principale à Lunel, où l’imâm refusa dans la presse de condamner les départs pour la Syrie de ses jeunes. Il est toujours en place, c’est incroyable. Aux Mureaux, une mosquée où un prédicateur saoudien est venu expliquer qu’il faut tuer les apostats, filmé et traduit en direct, forme toujours ses jeunes. Les exemples sont nombreux, la guerre contre l’islamisme n’est pas menée. La doctrine du djihâd armée est librement diffusée sur support littéraire dans les mosquées des Frères musulmans.

Olivier Véran est allé lui à un repas du ramadan dans une mosquée frériste de Grenoble en félicitant les fidèles pour la progression de la collecte de dons pour la nouvelle grande mosquée. Sur les proches des islamistes, il y a Yassine Bellatar nommé au Conseil des villes qui a manifesté avec les Frères musulmans contre l’islamophobie en novembre dernier. Il faut évoquer aussi les élus LREM qui sont venus inaugurer ou soutenir des mosquées turques (Marjolaine Meynier-Millefert), fréristes (Bruno Bonnel) ou salafistes (Aurélien Taché).

Breizh-info.com : Des dizaines de combattants islamistes vont être libérés dans les prochains mois, en France. Malgré le contrôle dont ils feront l’objet, faut-il être inquiet ?

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : Oui, il convient d’être inquiet car il n’y a aucune raison de penser qu’ils ne croient plus à ce type d’islam et leur contrôle en temps réel est matériellement impossible, on va dépasser la centaine d’individus en 2021. On tente de nous rassurer avec les pointages au commissariat et les bracelets. Rappelons que Adel Kermiche était sous bracelet électronique et sous contrôle judiciaire quand il a assassiné le père Hamel.

Breizh-info.com : Avez-vous eu écho de ces écoles coraniques au Mali qui seraient financées par l’UE ? Un commentaire ?

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : Oui, cela m’a surpris mais j’ai vérifié cette information qui est exacte. Ça ne m’étonne guère, vous savez dans un de mes livres, en 2006, je parlais du financement d’une mosquée par les fonds européens à Marxloh en Allemagne, avec un minaret de 34 mètres. Les médias ne vous parleront jamais de ces financements évidemment.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous que malgré toutes les enquêtes, les rapports, sur la montée de l’islamisme en France (pas forcément armé), les autorités n’agissent-elles pas ? Y a-t-il un vrai rapport de force désormais dans certaines villes qui empêche de reprendre le contrôle ?

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : Je pense que le gouvernement a la trouille de se mettre les musulmans à dos, car n’oublions pas que l’UOIF (Frères musulmans en France) a appelé à voter Emmanuel Macron par communiqué en 2017. Si le gouvernement usait de méthodes inévitablement musclées pour faire appliquer la loi anti-niqab, fermait les 600 mosquées extrémistes citées plus haut, il serait perçu comme islamophobe et les vocations terroristes se multiplieraient en plus d’émeutes.

Breizh-info.com : Quel travail mène actuellement l’Observatoire de l’Islamisation ? Un livre est-il prochainement prévu ?

Joachim Veliocas (Observatoire de l’Islamisation) : Nous continuons à publier chaque semaine et à surveiller les nouvelles mosquées extrémistes. Aucun livre n’est en cours de préparation pour l’instant.

Propos recueillis par YV

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Bretagne. Littoral à la rencontre de pêcheurs des îles

Littoral propose une émission entièrement consacré aux pêcheurs. François Spinec sur l'ile de Sein dans le Finistère va bientôt...

Euro 2016 : un supporter, jugé pour violences, rentre en Russie et dénonce une justice politique

Mikhaïl Ivkine, l’un des deux supporters russes condamné pour «violences ayant entraîné une infirmité» à l’encontre d’un fan de...