Hongrie. Orban : « Nous menons une guerre sur deux fronts, celui de la migration et celui du coronavirus »

A LA UNE

S’exprimant sur la situation des coronavirus en Hongrie dans l’émission matinale de Kossuth Rádió, « Good morning, Hungary« , le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré qu’il existait quatre conditions préalables pour gérer efficacement la menace des coronavirus.

Premièrement, le besoin de personnel. « Nous en avons assez ; l’État est prêt à mobiliser la quantité nécessaire de professionnels de la santé pour stopper l’épidémie », a déclaré le Premier ministre Orbán, ajoutant qu’il avait ordonné la fabrication et l’achat de la deuxième condition préalable : des outils. Troisièmement, le besoin de ressources financières. Selon le Premier ministre, « la lutte contre le coronavirus n’aura pas d’obstacles financiers », car il s’agit de vies humaines.

Enfin, pour garder le virus sous contrôle, la Hongrie aura besoin de discipline et de courage.

« Il y a des rapports optimistes qui disent que le virus s’est arrêté en Chine, mais ils sont faux », a déclaré le Premier ministre Orbán, avertissant qu’il ne faut pas croire l’illusion que cela va s’arrêter dans quelques semaines ou quelques mois : « Nous devons prendre en compte le fait que nos vies vont changer par rapport à ce qu’elles étaient avant. »

En Chine, le nombre de cas augmente depuis cinq à six mois, et il faudra encore quelques mois avant qu’il ne disparaisse enfin, a déclaré M. Orbán. Selon le Premier ministre, nous devons nous préparer à la même chose en Europe.

Parlant de l’impact de la pandémie sur l’économie, le Premier ministre a déclaré que « nous devrons faire face à de graves conséquences« . Le gouvernement travaille donc sur des plans d’action distincts pour la protection de l’économie dans les différents secteurs de la Hongrie.

Bien que l’état de l’économie soit important, le Premier ministre Orbán a déclaré : « ici et maintenant, les vies humaines passent avant tout ; la prévention est essentielle pour maintenir le nombre de victimes et d’infections au plus bas niveau possible ».

Commentant le « lien « évident «  entre la propagation du coronavirus et la migration, le Premier ministre Orbán a déclaré que « nous menons une guerre sur deux fronts » : Un front s’appelle la migration, et l’autre appartient au coronavirus« . La Hongrie n’a laissé entrer personne avant, nous ne commencerons pas à le faire maintenant, a confirmé le Premier ministre.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. « Allahu Akbar », couteau, hache et dégradations : il écope d’une 19e condamnation

Un homme de 27 ans a écopé d'une 19e condamnation à Saint-Brieuc pour des faits de harcèlements et des...

Tennis. Rinderknech en patron, Moraing et Gabashvili en quarts !

Pour ce quatrième jour de compétition à l'Open de Tennis de Rennes, Arthur Rinderknech a fièrement défendu son titre,...

Articles liés