Le Potager d’à Côté permet à tous les particuliers de proposer leur surplus de jardins

A LA UNE

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Les Français sont des inconditionnels du jardinage : 63% d’entre eux en possèdent un, qu’il soit privé ou partagé, et la moitié d’entre eux dispose aussi d’un potager ou d’arbres fruitiers. Une tendance encore plus marquée chez les moins de 35 ans : 72% utilisent leur jardin pour mieux manger.

Ce phénomène de fond, qui a tendance à s’amplifier, est une excellente nouvelle puisqu’il contribue à une alimentation plus saine, plus économique et plus savoureuse. 

Mais il est aussi très fréquent que les récoltes dépassent les attentes des particuliers : quand le contexte météorologique est favorable, il y a des années à tomates, à cerises, à courgettes, à melons… Or il n’est pas toujours évident de savoir quoi faire de cette profusion de fruits et de légumes qui dépasse largement les besoins personnels et ceux des proches !

Résultat : les surplus de jardins finissent par se perdre.

Ce gaspillage alimentaire, trop méconnu, est pourtant conséquent : selon Virginie Broncy, la fondatrice du Potager d’à Côté, il représente environ 2 millions de tonnes par an.

C’est pour en finir avec cette situation ubuesque que Le Potager d’à Côté permet à tous les particuliers de proposer leur surplus de jardins (potagers et arbres fruitiers) toute l’année, même s’il est vrai que le phénomène de surplus dans les jardins de particuliers touche plus particulièrement la période estivale.

L’idée est que tout le monde soit gagnant : les propriétaires de jardins évitent le gaspillage, génèrent quelques compléments de revenus qui peuvent être bienvenus, et les acheteurs augmentent leur pouvoir d’achat tout en contribuant à préserver l’environnement.

Une initiative contre le gaspillage alimentaire

Pourquoi continuer à payer à prix d’or (souvent 10€/kg) des cerises qui ont parcouru 500 km alors que d’autres sont en train de se perdre dans un jardin à côté de chez soi ?

Loin des grands discours, Le Potager d’à Côté s’engage dans la lutte contre le gaspillage alimentaire en créant une alternative riche de sens qui profite à tous :

  1. Les fruits et légumes de saison sont enfin financièrement accessibles au plus grand nombre ;
  2. Les particuliers (acheteurs et vendeurs) gagnent en pouvoir d’achat ;
  3. Un véritable lien social se crée avec des voisin.e.s et des personnes qui habitent à deux pas de chez soi ;
  4. Et en prime la planète respire ! Car moins de gaspillage, c’est aussi moins de pollution liée aux transports et moins de ressources (dont l’eau) utilisées inutilement.

A ce jour, Le Potager d’à Côté a déjà permis de sauver plus de 1500 kg de surplus et la création de plus de 250 jardins !

Comment ça marche ?

Le concept est très simple.

Les particuliers, qui ont des arbres fruitiers sur leur terrain ou un jardin avec un potager, s’inscrivent sur Le Potager d’à Côté pour mettre leurs surplus en vente. A noter que les producteurs professionnels sont aussi présents sur Le Potager d’à Côté pour proposer leurs fruits et légumes, qu’ils soient standards ou déclassés.

En quelques clics, les amateurs de produits riches en goût peuvent alors trouver à proximité de chez eux des fruits et des légumes cultivés avec amour par des passionnés. C’est aussi l’occasion d’échanger avec eux, de découvrir d’anciennes variétés, de s’échanger des recettes gourmandes…

Il suffit de saisir sa localité dans le moteur de recherche du site pour avoir aussitôt accès aux offres des jardiniers à deux pas de chez soi. Il est recommandé de s’inscrire afin d’être informé.e dès lors qu’une nouvelle personne proposera des fruits et légumes près de chez vous.

Elle lance alors une étude locale et s’aperçoit que son projet a un véritable potentiel.

Soutenu par l’incubateur du Grand Angoulême, France Active, Réseau Entreprendre, Initiative Charente, un club CIGALES, et le programme Startinnov, Le Potager d’à Côté est officiellement lancé fin avril 2018 en Charente avec une dizaine de maraîchers.

Aujourd’hui, Le Potager d’à Côté compte plus de 4000 inscrits sur plus de 80 départements. Tous partagent la même ambition :  faciliter la consommation de fruits et légumes locaux et de saison tout en évitant le gaspillage et en créant du lien social.

Pour en savoir plus

Site web : https://www.lepotagerdacote.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/lepotagerdacote/

Instagram : https://www.instagram.com/lepotagerdacote/

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Loire-Atlantique. Philippe Grosvalet (PS) prend une retraite bien méritée

Pour son deuxième mandat à la présidence du conseil départemental de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet (PS), a été gâté : annulation...

Départementales en Loire-Atlantique : les Patriotes auront des candidats à Nantes et Saint-Nazaire

Les Patriotes aussi entendent être visibles aux élections cantonales des 20 et 27 juin. La décision de Philippe Grosvalet...