La scène est stupéfiante : samedi 30 mai 2020, des milliers d’immigrés clandestins, majoritairement africains, ont défilé dans Paris, pour réclamer « des droits » (lesquels ?) et des papiers, malgré l’interdiction préalable de manifester qui avait été déclarée.

Une manifestation à l’appel de 195 associations, qui s’est élancée depuis l’Opéra jusqu’à la place de la République.

Mais ici, contrairement à la répression violente visant les Gilets jaunes, les autorités ont laissé faire cette manifestation, encadrée par des éléments d’extrême gauche collaborant ainsi à l’exploitation mafieuse de ces « damnés de la terre » qui entendent rester dans un pays dans lequel ils n’ont pas été invités par les citoyens.

Rappelons par ailleurs que toutes les manifestations identitaires récentes contre l’immigration se sont soldées par des interdictions et des interpellations. Les autorités s’enfoncent de plus en plus dans la collaboration active avec les immigrés, tandis que les citoyens eux, par leurs votes successifs (le succès du RN en atteste), rejettent la politique d’immigration.

« En pleine pandémie, cette manifestation illégale est une provocation indécente. Castaner, comment avez-vous pu laisser ce rassemblement de haine se dérouler en plein Paris » ? s’interroge le député Eric Ciotti (on se demande toutefois à quoi servent les députés et partis d’opposition dans ce pays puisqu’ils laissent tout passer…)

L’Etat français est-il réellement au service des Français ? Le doute se fait de plus en plus grand…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine