Les vertus du protectionnisme, avec Yves Perez

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Redonner ses lettres de noblesse au protectionnisme ! C’est la mission que s’est donné l’économiste Yves Perez. Mis à l’index par une majorité de décideurs acquis au dogme du libre-échange, le protectionnisme est pourtant aujourd’hui dans tous les esprits, sinon dans les faits, comme en témoigne l’Amérique de Trump. Et avec la pandémie de covid-19, même les néo-libéraux commencent à tourner casaque. Dans son ouvrage « Les vertus du protectionnisme », Yves Perez propose de redéfinir une stratégie économique et industrielle cohérente et pérenne.

En France, comme ailleurs en Occident, le protectionnisme aeu longtemps mauvaise presse. Mis à l’index par une majoritéde décideurs acquis au libre-échange, le protectionnisme est pourtant aujourd’hui dans tous les esprits, sinon dans les faits, comme en témoigne l’Amérique de Trump.Le rejet du protectionnisme a fait oublier que pendant un siècle (1873-1973) la France a vécu sous un régime« d’économie protégée » et qu’elle ne s’en est pas si malportée. Mieux même, elle a réussi, en dépit des handicaps concurrentiels dont elle souffrait, à faire face à ses rivaux et à maintenir ses positions économiques et commerciales, avant que ne commence le déclin de celles-ci dans le cycle de lamondialisation. N’est-il pas temps de retracer et de méditer l’histoire decette France protectionniste pour redéfinir une stratégie économique et industrielle cohérente et pérenne ?

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rugby. La FFR s’engage…. « pour l’inclusion des trans-identitaires dans le rugby »

A chaque journée sa nouvelle information pour nous rappelons que nous vivons dans une société qui a activé le...

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de...

Articles liés

Le nationalisme économique américain, une synthèse à la croisée des chemins

10/07/2017 - 08h20 Rennes (Breizh-Info.com) - Dans un monde occidental qui semblait irrémédiablement voué à la mondialisation totale, l’élection de Donald Trump a été...

Le protectionnisme, un danger ou une opportunité ? Retour sur les échecs de François Hollande

03/12/2016 – 05H15 Paris (Breizh-info.com) –  Jeudi 1er décembre 2016 au soir, François Hollande a prouvé à quel point le courant idéologique qu’il représentait était...