Propos liminaires

Alerté par un ami, je me suis aperçu que Google avait installé, dans le cadre des mises à jour périodiques, une application intitulée « Notifications d’exposition au Covid-19 » sur mon téléphone portable sans m’en avertir et surtout qu’il l’avait activée sans mon autorisation.

Cette opération d’ingérence dans mon téléphone serait en fait une opération qui aurait été appliquée d’office sur tous les téléphones portables en France, en Belgique, au Luxembourg et probablement dans d’autres pays européens. Elle permet à ceux qui l’ont commandité de tracer tous mes faits et gestes en temps réel, de connaître mes données stockées dans le portable, les noms et numéros de mes correspondants, mes conversations, ma position, etc.

N’acceptant pas ce genre d’ingérence dans ma vie privée et encore moins la méthode de mise en place et d’activation de cette application à mon insu, j’ai décidé de la désactiver sans délai.

Pour ceux qui souhaiteraient vérifier sur leur portable la présence de cette application intrusive et la désactiver, voici la marche à suivre :

1) Aller dans les PARAMÈTRES de votre téléphone.

2) Cliquer sur « GOOGLE » – vous verrez alors que « Notifications d’exposition au Covid19 » est installé par défaut et à votre insu (on nous avait dit que le téléchargement de cette application serait « volontaire »…)

3) Cliquer sur les 3 petits points en haut à droite de votre écran.

4) Cliquer sur « Utilisations et diagnostics » et désactivez !!

DD

Point de situation du samedi 13 juin 0h00 GMT

Depuis le début de l’épidémie :

213 pays ou territoires ont été affectés par le virus, pour 7,725 949 cas déclarés (+ 413 751 en 72 h).

427 689  (+ 14 686 en 72h) ; 3 919 324 guérisons (+ 320 061 en 72 h) ;

3 378 936 patients en cours de traitement (+ 79 004 en 72 h), dont 53 888 en état critique (- 134 en 72 h).

À noter que : 7 pays ou territoires ne seraient toujours pas affectés par l’épidémie à ce jour.

25 pays ou territoires qui ont été affectés ne le sont plus, par guérison ou décès des rares cas enregistrés.

L’évolution des pertes des 3 derniers jours se résume en un tableau : À sa lecture, on réalise à quel point la mortalité est très faible en Océanie et en Afrique, à quel point elle a reculé en Europe et reste faible en Asie ; à quel point elle s’apaise en Amérique du Nord et à quel point elle continue de progresser en Amérique latine.

  • 32 pays ont déclaré plus de 1 000 décès depuis le début de l’épidémie : dans l’ordre des pertes (USA, Brésil, Royaume-Uni, Italie, France, Espagne, Mexique, Belgique, Allemagne, Inde, Iran, Canada, Russie, Pérou, Pays-Bas, Suède, Turquie, Chine, Équateur, Chili, Pakistan, Indonésie, Suisse, Irlande, Portugal, Colombie, Roumanie, Égypte, Afrique du Sud, Pologne, Bangladesh, Philippines).
  • Sur les 427 689 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 409 760 l’ont été dans ces 32 pays (95,8 %).

À l’échelle de la planète, le nombre des cas critiques ne baisse pas et reste proche de 54 000. L’épidémie continue son reflux en Europe. Les caps des 8 millions de cas et des 435 000 décès seront franchis lors de ce week-end. 25 pays ou territoires affectés par le virus sont totalement sortis d’affaire.

Les bilans s’alourdissent encore aux USA, au Brésil et au Mexique. Sur les trois derniers jours le Brésil l’emporte largement sur les USA en nombre de décès. L’Amérique latine, épicentre de l’épidémie, enregistre 2,5 fois plus de pertes que l’Amérique septentrionale (USA+Canada). Sur les 14 717 décès des trois derniers jours, 7 051 sont latino-américains, 2 829 sont US ou Canadiens et 1 885 sont européens. L’épidémie semble également repartir en Asie avec un nouveau foyer en Inde (+Pakistan et Bangladesh), pays qui enregistrent désormais, à eux trois, près de 18 000 nouveaux cas/jour.

Les bilans les plus lourds de la journée d’hier restent ceux des USA, du Brésil et du Mexique. Ces trois pays ont déclaré hier, à eux seuls : 40 % des nouveaux cas, 48,3 % des nouveaux décès et 47 % des cas critiques de la planète.

Un tableau du bilan actuel du nombre de cas et de décès par grande région du monde permet de voir, en un coup d’œil, celles qui s’en sortent bien, pour l’instant. Les continents ou sous-continents sont classés par taux de mortalité Covid par million d’habitants.

L’Océanie, l’Afrique et l’Asie enregistrent des taux de mortalité encore extrêmement faibles, et, à elles trois, une part des pertes mondiales de l’ordre de 10 % alors qu’elles regroupent 77 % de la population. L’Europe et le continent américain (Nord et Sud) enregistrent près de 90 % des pertes pour moins de 23 % de la population mondiale. La part de l’Europe baisse, peu à peu. La part du continent américain (Nord et Sud) et de l’Afrique  s’accroît.

Les taux de mortalité Covid des pays en développement, les plus pauvres, sont très inférieurs à ceux des pays riches qui ont pourtant les moyens de mieux se soigner.

Pour relativiser encore et toujours les bilans humains de cette pandémie, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous apprend que, chaque année, la grippe saisonnière est responsable de 5 millions de cas « graves » qui entraînent entre 280 000 et 600 000 décès. Le Covid-19 n’a affecté, à ce jour, que 7,7 millions de personnes (testées) dont près de 980 000 cas graves qui se sont traduits par 427 700 décès.

Situation par pays

La Chine va bien. Avec 21 nouveaux cas déclarés en 3 jours, 65 patients encore sous traitement dont 0 cas sérieux, l’épidémie est derrière elle. Ses pertes humaines représentent 1,09 % de toute l’épidémie à ce jour. Celles ci n’augmentant plus, ce sera moins de 1% en fin d’épidémie.

Les  USA ont enregistré encore hier, à eux seuls, 15,7% des cas Covid de la planète. Ils approchent la barre des 117 000 décès, soit 27,5% du total de l’épidémie.  Le nombre des décès quotidiens reste encore proche des  800/jour. Le nombre de patients en cours de traitement approche les 1,16 million et ne baisse toujours pas.  Celui des cas critiques est toujours très élevé à plus de 16 600. Il ne baisse toujours pas non plus. Les USA ne sont donc toujours pas au bout de leurs pertes.

La situation réelle du Royaume-Uni reste toujours aussi peu claire. Les déclarations manquent toujours de transparence et certaines ne sont guère crédibles. Ainsi, le nombre des cas critiques ne « serait » plus que de 492 (deux fois moins que celui de la France). La définition du cas critique n’est probablement pas la même dans les deux pays… Le niveau des pertes est et restera, de loin, le plus élevé d’Europe. La réouverture des commerces devrait se faire le 15 juin…

La situation du Brésil continue de s’aggraver. Tous les indicateurs restent au rouge. Les nombres des nouveaux cas (2ème au monde derrière les USA) et des cas critiques (3ème derrière les USA et l’Inde à 8 318) restent très élevés. Le nombre de décès quotidien a dépassé celui des USA depuis onze jours. Le Brésil est dans le dur de l’épidémie. Des nombres de décès déclarés proches de 1 000/jour devraient être la norme dans les jours qui viennent (après la pause dominicale).

Le Mexique, avec un nombre de décès quotidien proche de 600, mais pouvant excéder les 1000/jours, entre à son tour dans le dur de l’épidémie. Avec le Brésil et les USA, il devrait enregistrer près de 50 % des décès de la planète dans les jours qui viennent.

La situation de la France continue de s’améliorer. Son nombre de cas critiques est en baisse. Son taux de mortalité Covid est, à ce jour, de 450 décès par million d’habitants (hors décès à domicile), pour une moyenne mondiale de 54,9. Ce taux de mortalité reste le 6ème plus élevé de la planète (hors micro-États). Pour le nombre des décès, la France est, et restera à la troisième place des pays européens derrière le Royaume-Uni et l’Italie et devant l’Espagne.

Alors que l’épidémie s’achemine vers sa fin en Europe, la France reste encore à la traîne en matière de déclaration de tests. Avec un taux de guérison, à ce jour, de 46,3% des cas confirmés, au niveau national, elle fait moins bien que la Russie qui a guéri 52,7% de ses patients, que l’Italie qui a en guéri 71,6%, que l’Iran qui en a guéri 79,2%, que la Turquie qui en a guéri 84,9%. Elle a beaucoup moins guéri que l’Allemagne qui a déjà renvoyé 91,8% de ses patients chez eux, que la Suisse qui en a guéri 92,7%, que l’Autriche qui en a guéri 93,7%, etc.

La situation de l’Italie s’améliore, avec une baisse des cas critiques, une hausse très sensible des guérisons dont le nombre est toujours beaucoup plus important que les nouveaux cas. Le nombre des décès reste faible (inférieur à 60/jour).

On ne meurt plus du Covid-19 en Espagne : 0 décès en trois jours, aucun patient sous traitement, ni de guérison déclarée (il y en a certainement, mais on ne le dit plus…) L’ampleur et la soudaineté de la baisse des décès enregistrée, il y a une douzaine de jours, peuvent susciter le doute sur la sincérité du bilan Covid espagnol au cours de la période récente. Aucun autre pays au monde n’a réussi la performance d’un arrêt aussi brutal de la mortalité. Le message de l’Espagne au reste du monde est donc clair : « les touristes peuvent réserver sans crainte pour des vacances estivales en Espagne. »

La situation de l’Allemagne poursuit son amélioration progressive : encore plus de guérisons que de nouveaux cas hier, donc une baisse sensible du nombre des patients sous traitement. Le nombre des décès est désormais sous la barre des 15/jour depuis 3 jours.

Avec un taux de mortalité de 832 décès par million d’habitant, la Belgique est et restera le leader incontesté de cet indicateur (hors micro-États). La gestion de l’épidémie en Belgique se sera incontestablement distinguée par les résultats les plus calamiteux de la planète…

Les situations du Canada et de l’Iran sont stables, celles de la Turquie, du Portugal, de la Suisse, de la Suède, de l’Irlande et de la Russie s’améliorent, celles, du Brésil, du Mexique, de l’Équateur, du Pérou, de la Colombie et de l’Inde se détériorent.

En Russie, un habitant sur dix a déjà été testé, ce qui représente le taux de détection le plus élevé au monde (hors micro-États) d’où un nombre très élevé de nouveaux cas détectés (3ème derrière les USA et le Brésil avec encore 9 000 nouveaux cas hier). Le compteur des cas sérieux ou critiques est bloqué à 2 300 depuis une quinzaine de jours. Avec 234 500 patients sous traitement, la Russie est en 3ème position derrière les USA et le Brésil. Mais ce nombre n’augmente plus, car le nombre de guérisons équilibre celui des nouveaux cas. Le nombre des décès reste proche des 200/jour. Le taux de mortalité russe par million d’habitants a atteint 46. Il reste inférieur à la moyenne mondiale (de 55 aujourd’hui). Il est près de dix fois inférieur à celui de la France. Parce qu’elle détecte vite, isole et traite sans attendre, et parce qu’elle applique une stratégie et un protocole inspirés de ceux du professeur Raoult, la Russie a déjà guéri 52,7% des cas confirmés.

L’épidémie continue de s’étendre progressivement en Amérique latine. C’est particulièrement vrai au Brésil et au Mexique mais aussi, dans l’ordre du nombre de décès, au Pérou, en Équateur, au Chili, en Colombie, en Argentine, en République Dominicaine, et en Bolivie.

Les taux de mortalité par million d’habitants des 32 pays ayant dépassé les 1 000 décès, dans le tableau ci-dessous, donne une petite idée des zones géographiques les plus touchées et/ou de la qualité de la gestion de l’épidémie par les gouvernances de chacun des États.

Pour mémoire, le taux de mortalité Covid-19 est de 54,9 décès par million d’h. au niveau mondial.

Le tableau présenté ci-après ne comporte que les 37 pays ayant enregistré plus de 750 décès. Ils représentent près de 97% du bilan des pertes humaines déclarées de la pandémie.

Ci-après, voici le tableau de données concernant l’Europe et l’UE face à l’épidémie.

Général (2s) Dominique Delawarde

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origineV