Emeutes à Dijon : la première guerre tribale en métropole depuis les invasions barbares

A LA UNE

Nantes. Le MIN, un marché magnifique, mais couteux et plein de malfaçons ?

Nouveau ventre de Nantes achevé dans la précipitation avant les municipales pour accueillir ses 100 entreprises et 800 salariés,...

Michel Maffesoli : « Le transhumanisme est l’aboutissement de la paranoïa moderne » [Interview]

Au dernier colloque de l’Institut Iliade, en date du 19 septembre 2020, dont le thème était « La nature comme...

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Samedi 13 juin, neuf personnes manifestant pacifiquement en faveur du frexit devant le siège de la Commission européenne à Paris ont vu arriver 40 policiers qui les ont contrôlées et verbalisées, juste le jour où le Conseil d’Etat suspendait l’interdiction de manifester et que 15 000 personnes battaient le pavé sans autorisation pour Adama Traoré. Outre cette injustice flagrante, il serait bon de remarquer que la police aurait peut-être pu s’épargner un tel déploiement de moyens pour si peu et rediriger ses effectifs vers d’autre problèmes, par exemple  les émeutes qui éclataient au centre de Dijon.

En effet ce jour-là commençaient, pour trois jours, des affrontements entre bandes locales de jeunes « racisés » et des Tchétchènes venant de tout le pays suite à l’agression de l’un des leurs… et ce sans que la police n’intervienne. Trois jours pendant lesquels, n’en déplaise à François Rebsamen -maire socialiste de la ville- en plein déni de réalité, Dijon a vu apparaitre kalashnikovs, revolvers et  armes blanches et des voitures incendiées ou utilisées comme béliers dans ce qu’il faut bien appeler une guerre tribale, une première en France métropolitaine depuis quelques 1 500 ans. Une petite guerre tribale certes, mais qui a pu se dérouler et s’étendre tranquillement pendant trois jours avant que le RAID n’intervienne lundi. Tout cela aura fait onze blessés (dont un par balles) et il y aurait quatre interpellés sur au moins cent cinquante participants coté tchétchène (trois seront relâchés et un autre condamné à une amende -Mort De Rire-).

Le pire étant que ce qui a fait cesser les hostilités n’est pas cette intervention des forces de l’ordre, mais bien celle de deux imams sunnites qui ont scellé la réconciliation entre les parties dans une mosquée, d’après les journalistes de Marianne invités pour l’occasion. Le tout sans que cela ne choque ni les politiques ni les médias.

Personne en effet n’a noté ce détail : entre Jean Luc Mélenchon qui réclame subitement l’expulsion des fauteurs de troubles (il faudra le lui rappeler opportunément), Jean François Rebsamen qui s’oppose à la venue de Marine Le Pen à Dijon mais pas à celle de tchétchènes armés et les ministres qui font semblant de ne rien voir, toute cette affaire met en lumière les délicieuses contradictions et la coupure avec le réel qui minent notre monde politique.

C’est pourtant là le plus problématique : il est effarant de voir que l’Etat qui est censé nous défendre (et pour lequel on paye des impôts) n’a pas été capable d’arrêter des scènes de violence dignes du Tiers monde en plein milieu des citoyens, son administration n’ayant pas l’autorité, ni la police la force, pour le faire.

Ou bien alors, serait-ce que le gouvernement n’avait aucune envie d’intervenir dans ce conflit, par peur de bavures ou au nom de la paix sociale? Mais on n’oserait croire que? par calcul politique, il ait décidé de renoncer à ses devoirs, alors que les choses auraient pu dégénérer gravement et coûter la vie à des passants innocents. On les a connus plus réactifs avec les Gilets jaunes.

Ce contraste, entre le manque de réaction envers ces bandes armées ne respectant plus les lois de la République, qui se sont battues en plein cœur de Dijon, et le traitement autoritaire qu’ont reçu ses différents opposants politiques, montre, outre la tiers-mondisation de la France, que le gouvernement a choisi ses ennemis, et ce ne sont pas ceux qui mettent en danger la population française.

Richard Roudier

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Pontmain (53) : pèlerinage et messe dominicaine traditionnelle ce 25 octobre

Les dominicains de Cheméré le Roi célèbrent ce 25 octobre une messe traditionnelle, en rite dominicain, à la basilique...

Douarnenez. Un migrant africain suspecté d’avoir drogué et agressé sexuellement sa logeuse

Un migrant africain est soupçonné d'avoir drogué puis agressé sexuellement au mois de septembre dernier une femme qui l'hébergeait...

Réunification de la Bretagne : Christelle Morançais bientôt au chômage ?

La question de la réunification de la Bretagne est plus que jamais sur le tapis. C’est la conséquence directe des récentes élections municipales. On...

Le vent tourne en Amérique latine : Les élections boliviennes et le plébiscite chilien

Deux événements, l’un en cours, les élections en Bolivie, l’autre imminent, le plébiscite chilien, nous permettent de penser que des changements importants sont attendus...

États-Unis. Les Blancs minoritaires en 2026 : défaite assurée pour les républicains à moyen terme ?

L'avenir politique des États-Unis est étroitement liée à la question démographique. Certaines prévisions indiquent que les Blancs seront minoritaires dans le pays à partir...

Rennes. Trois clandestins en instance d’expulsion dégradent, incendient et outragent au CRA

Trois clandestins en instance d’expulsion, âgés de 18 à 29 ans et détenus actuellement au centre de rétention administrative (CRA) de Rennes – Saint-Jacques...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -