Le Mur de L’Atlantique en Bretagne : Bunkers et lieux de mémoire 39-45. Tel est le titre d’un nouvel ouvrage, paru aux éditions Ouest France, signé Emmanuelle Delaigues et Hervé Ronné.

Bunkers, blockhaus, casemates, tobrouks… Ces édifices composent la deuxième construction la plus titanesque jamais réalisée par l’homme après la grande muraille de Chine. Ce mur le long de l’Atlantique représente l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant de longues décennies, les Français l’ont abandonné, comme si le recouvrir de détritus allait le faire disparaître. Plus de 75 ans se sont écoulés et la plupart des protagonistes sont morts.

Leurs descendants, désireux de ne pas voir l’Histoire ensevelie ou simplement tombés sous le charme de ces blocs de bétons, les font revivre. Trois bases de sous-marins restent ancrées sur le front de mer breton : Saint-Nazaire, Lorient et Brest. Dès 1941, Hitler décide de protéger les côtes bretonnes coûte que coûte contre un potentiel débarquement des Alliés. Commence alors la construction de milliers de blockhaus. Entre Cancale et Pornic on en dénombre plus de 3 000. Cet ouvrage n’a pas la prétention de les répertorier tous mais de mettre en images ceux sauvés de l’érosion, de l’enfouissement et de l’oubli. Ceux qui ont eu droit à une nouvelle vie.

Emmanuelle Delaigues est professeur de Français et journaliste de Presse écrite. Elle travaille notamment pour les journaux de la PQR dans l’Ouest. Hervé Ronné est auteur-photographe indépendant depuis vingt ans pour la presse magazine et la communication. Il a publié une quarantaine de livres, dont une vingtaine aux éditions Ouest France. Son travail est fondé sur une attention toute particulière aux activités humaines témoignant de l’évolution du paysage et de la société. Il vit en Bretagne, à Morlaix.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine