« Madre », l’un des plus émouvants portraits de mater dolorosa vu à l’écran depuis longtemps

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

À ceux qui pensent que la tension d’une séquence est proportionnelle aux moyens matériels déployés, on ne saurait trop conseiller les premières minutes de Madre, le nouveau film de Rodrigo Sorogoyen (réalisateur des remarquables El Reino et Que Dieu nous pardonne) : une femme de trente ans, sa mère et un téléphone, dans un appartement de la classe moyenne espagnole. C’est tout, et cela suffit. Une quinzaine de minutes plus tard, essoré et hagard, le spectateur est prêt à de nouvelles montagnes russes émotionnelles. À tort. Car le film embarque pour une autre destination, un autre régime narratif et un nouveau rythme – mais avec une protagoniste inchangée. Elena est devenue serveuse d’un restaurant de plage, perdue dans une mélancolie opiniâtre qu’entretiennent les immensités de dunes et d’océan désertées par le soleil, en cette fin d’été. À présent quadragénaire, Elena s’éprend de Jean, un adolescent en vacances, qui devine vite son jeu voire devance ses désirs. Les parents du garçon, qui n’y entendent pas malice, dans un premier temps, font tout pour briser le couple contre-nature, convaincus de la malignité de la soupirante. Nul ne saurait leur reprocher l’ignorance de l’histoire d’Elena, dix ans auparavant…

Ce film, à la sauvage force lyrique, sait éviter le pathos et propose l’un des plus émouvants portraits de mater dolorosa qu’il nous ait été donné de voir à l’écran depuis longtemps. Le jeu sur les arrière-plans géographiques et le hors-champ temporel se révèle d’une belle efficacité dramaturgique : toutes les séquences avec le compagnon d’Elena ou les soirées en mode clandestin en compagnie de Jean sont parcourues par le filigrane d’un passé oppressant, dont l’ombre portée colore d’une teinte tragique la portée des échanges et des gestes. Cette ballade hypnotique est enfin le récit d’un parcours d’apprentissage pour les deux amants, la fin d’un deuil et la promesse d’une délivrance, un épilogue qui marque en fait un nouveau commencement.

Sévérac

« Madre », film espagnol de Rodrigo Sorogoyen, avec Marta Nieto, Jules Poirier et Alex Brendemühl. Sortie en salle mercredi 22 juillet

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...