Belfast (Irlande du Nord). Un homme arrêté en marge de l’enquête…sur les attentats de Birmingham en 1974

A LA UNE

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Un homme a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de 21 personnes dans l’attentat à la bombe de 1974 dans un pub de Birmingham, attentat revendiqué par l’IRA provisoire et qui avait soulevé une vague de protestations, de colère et d’actions en Angleterre.

Des agents de l’unité antiterroriste de la police des West Midlands, travaillant avec la police nord irlandaise (PSNI), ont arrêté cet homme de 65 ans à son domicile à Belfast cette semaine. Il a été arrêté en vertu de la loi antiterroriste. Une perquisition de son domicile a été effectué

Le 21 novembre 1974, 21 personnes ont perdu la vie dans l’attentat à la bombe de deux pubs de la ville de Birmingham, dans les Midlands anglais. On dénombrera également plus de 200 blessés dans cette attaque sans le moindre avertissement, comme ce fût parfois le cas lors de la guerre civile en Irlande du Nord (l’IRA appelait parfois pour permettre aux civils de quitter les lieux où la bombe exploserait).

Six hommes – Hugh Callaghan, Paddy Hill, Gerard Hunter, Richard McIlkenny, William Power et John Walker – ont été emprisonnés à tort en 1975 et ont passé 16 ans en prison pour ce crime avant d’être blanchis, dans ce qui constitue une erreur judiciaire majeure du système britannique (qui rappelle celle suite à l’attentat du pub de Guilford, inspirant le film indispensable Au nom du père)

Ce samedi 21 novembre 2020 marquera le 46ème anniversaire de ces attentats. De nouvelles enquêtes menées l’année dernière n’ont pas permis d’établir les responsabilités. Ces audiences ont eu lieu après des années de campagne menée par les familles pour obtenir un compte rendu complet de ce qui s’est passé cette nuit-là.

Le mois dernier, le ministre de l’intérieur britannique, Priti Patel, a annoncé qu’elle envisageait l’ouverture d’une enquête publique sur les attentats.

Les attentats de Birmingham : que s’est-il passé ?

21 novembre 1974 : Un homme téléphone au Birmingham Post and Mail pour avertir que deux bombes ont été posées dans le centre ville. À 20:17, une bombe a explosé dans un sac de sport dans le pub Mulberry Bush du bâtiment Rotunda, tuant 10 personnes. Quelques minutes plus tard, une seconde bombe a explosé dans la Taverne de la ville, faisant 11 autres morts.

1975 : Six hommes, Hugh Callaghan, Paddy Hill, Gerard Hunter, Richard McIlkenny, William Power et John Walker, sont reconnus coupables d’avoir perpétré les attentats à la bombe.

14 mars 1991 : Après 16 ans derrière les barreaux, les Six de Birmingham voient leurs condamnations annulées et, cette année-là, la police des West Midlands commence à réexaminer l’affaire.

1994 : La police des West Midlands déclare qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour engager des poursuites, mais l’affaire reste ouverte.

Juin 2016 : Louise Hunt, médecin légiste en chef de Birmingham et Solihull, déclare que les enquêtes sur les décès seront réouvertes. Les enquêtes ont été ouvertes et ajournées quelques jours après l’attentat mais, comme l’affaire faisait l’objet d’une enquête criminelle, elles n’ont jamais été reprises.

Octobre 2020 : Suite aux appels des familles des personnes tuées dans les attentats, le ministre de l’intérieur, Priti Patel, accepte d’envisager une enquête publique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Allemagne : Un homme fonce en voiture sur des passants à Trèves – Plusieurs morts et 15 blessés, l’auteur arrêté

Des passants ont été percutés par un individu armé de sa voiture dans une zone piétonne à Trèves, dans...

Guillaume Bigot : Pourquoi il faut virer le parti de l’étranger

Toute aristocratie connaît trois âges successifs, comme l'avait vu Chateaubriand :"l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âges des...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici