Du Général De Gaulle au Ludion Macron : Tour d’horizon et perspectives

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

Tout citoyen lucide est non seulement en droit, mais il est de son devoir de s’interroger sur les raisons de l’évolution de la France depuis les années ayant précédé le départ du général de Gaulle. Comment en est-on arrivé là ?

Qu’est-ce qui a fait que la France, débarrassée de l’étreinte américaine grâce à sa sortie du commandement intégré de l’OTAN (mais la sortie totale eût été préférable), dirigée par un homme qui avait prouvé son absolue volonté d’indépendance, de souveraineté, qui avait démontré son refus total de soumission à quelque puissance étrangère que ce fût, qui, de surcroît, avait osé dénoncer, à mots couverts, il est vrai, le projet d’une puissance croissante au sein du Moyen-Orient, projet de conquête mondiale, par tous les expédients, des plus sordides aux plus ouvertement violents ; qu’est-ce qui a fait, dis-je, que cette France se soit trouvée, à la mort de l’homme du 18 juin, livrée aux mains des plus farouches adversaires de la France-patrie, mais également, plus globalement, de l’Europe-civilisation ? Adversaires, qui plus est, des peuples de cette France dont ils portaient officiellement la nationalité, de cette Europe dont ils étaient, depuis peu ou depuis longtemps, les natifs apparemment dévoués ?

La première réponse réside sans doute dans l’âge qu’avait à la fin des années soixante le général de Gaulle. Eût-il été lucide encore, eût-il alors manqué de voir et de comprendre quelles étaient les forces à l’œuvre dans ce pays complexe qu’est la France, forces attelées à la détruire ? Forces de l’intérieur, tout d’abord, les Lecanuet, les Giscard, tous décidés à regagner l’OTAN, à soutenir les puissances du capitalisme prédateur entraîné par Washington, par Wall Street, par la City, le capitalisme des Rockefeller, des Rothschild, des Morgan, concepteurs, avec le prince Bernhard, du Bilderberg, ce capitalisme qui, patiemment, par le biais de la corruption des parlements et des décideurs civils, a fini par constituer partout, mais principalement aux États-Unis, les états profonds, ennemis acharnés des peuples, des grands foyers des différentes civilisations, déterminés à ne promouvoir qu’une vue du monde, celle contenue dans un document antique, dans lequel est dit qu’un dieu unique, sanguinaire et pervers a offert, arbitrairement, un pouvoir absolu et tyrannique sur tous les peuples de la terre au peuple qu’il s’est choisi et dont il a fait un peuple roi.

Et puis, de Gaulle n’a certainement pas saisi en quoi consistait la révolte de mai 68. Ce mouvement infiniment plus profond que l’on ne croit était dirigé par des meneurs dont il eût fallu s’interroger sur les racines à partir desquelles ils avaient crû. Il eût fallu, dès l’instant où l’on avait entrevu la vérité, prendre contre eux les mesures qui s’imposaient : éradiquer leur puissance malfaisante dès le départ, s’en débarrasser et en débarrasser le pays sans attendre, les mettre pour toujours hors d’état de nuire. Cela aurait évité qu’ils se complussent aujourd’hui dans les divans profonds et confortables du pouvoir euroétats-unien, infusant partout leur venin, injectant jusqu’à la moelle le poison de leur influence, poison dont l’action aboutira à tuer nos patries, nos cultures, nos peuples, notre civilisation tout entière.

De Gaulle, qui plus est, n’a pas su préparer sa succession. Il était évident que Pompidou, l’homme des Rothschild, que Giscard, l’homme de Washington, que Mitterrand, l’homme de lui-même et de sa propre vanité, que Chirac, l’homme de rien, d’aucune conviction, brave un jour et lâche le lendemain, engendreraient les Sarkozy, les Hollande, les Macron. Les forces du Mondialisme ne pouvaient que submerger et pervertir le tissu de nos nations, appuyées par ces hommes de tous les râteliers, que leurs maîtres savent récompenser à l’aune de leurs ambitions et de leur mentalité d’individus vénaux. La question cependant subsiste : se trouvait-il quelqu’un, se trouvait-il des hommes ou des femmes dont de Gaulle eût pu faire ses dauphins ? Des hommes ou des femmes prêts au sacrifice pour la grandeur, l’intégrité, l’indépendance, la pérennité de la France ? Y avait-il d’ailleurs en Europe des hommes ou des femmes de telsang et de telle volonté, disposés à tout pour maintenir l’Europe dans son statut de grande civilisation, la grandeur, que cela soit entendu, n’excluant ni les petitesses, ni les ignominies, dont aucun peuple, aucune civilisation n’ont jamais été exempts

Une chose en ce jour est certaine : l’Europe, la France sont aux mains des traîtres, des personnages hors sol, des sans patrie par choix, pareils à ces tomates insipides et d’un rouge trop pâle, poussées dans la terre artificielle des serres, loin de la glèbe chargée de minéraux, de charogne, de sédiments nourrissant la plante, la fleur, la beauté et la gloire. Nos peuples sont-ils condamnés à jamais, cela par leur faute, par manque de clairvoyance et de cette force qui permit à nos grands ancêtres de créer les conditions de notre magnificence passée ? Ils le doivent certes à eux-mêmes, au confort intellectuel sommaire que l’on a consenti à leur dispenser, à la décrépitude morale vers laquelle on les a menés. Mais qui a créé de telles conditions, sinon les traîtres, les vénaux, les valets grassement payés responsables de ce confort et de cette décrépitude dont tous, ici, maintenant, en France, en Europe, tels des vaincus abandonnés sur un champ de bataille, nous crevons.

Dr Michel Bugnon-Mordant, géopolitologue

NDLR : définition de ce qu’est un ludion

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face...

Gétigné (44). Un migrant interpellé après qu’un homme ait été poignardé dans le dos

Un migrant a été interpellé après qu'un homme ait été poignardé dans le dos à Gétigné, en Loire-Atlantique. Au...

Articles liés

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en France depuis 1900, (fichiers téléchargeables ici). Pour...

Emmanuel Macron sur Tiktok : «C’est désastreux» dénonce Nicolas Vidal

Le 2 août, Emmanuel Macron s’est exprimé sur TikTok et Instagram, invitant les français à l’interroger sur la vaccination. Depuis le fort de Brégançon, le...

Le chantage au vaccin sur les enfants – JT de TVLibertés du mercredi 28 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de ce journal du 28 juillet de TVLibertés, les collégiens et lycéens non vaccinés seront renvoyés si un cas de Covid-19...

Emmanuel Macron fantasme les essais atomiques en Bretagne

« Je pense que c'est vrai qu'on n'aurait pas fait ces mêmes essais dans la Creuse ou en Bretagne », confesse Emmanuel Macron à Tahiti, à...