Haute-Bretagne : des travaux sur plusieurs églises

A LA UNE

Isabelle Le Callennec (Hissons haut la Bretagne) : « être la région du plein emploi durable, d’une transition écologique aboutie, d’une cohésion sociale à...

La campagne électorale pour les élections régionales bat son plein. Après avoir interrogé Daniel Cueff (« Bretagne ma vie...

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Alors que les départements franciliens viennent de voter, tous unis par-delà les différences politiques, pour débloquer la moitié de la somme nécessaire à la reconstruction de la flèche gothique de la basilique de Saint-Denis, démontée en 1847, soit 20 millions d’euros, en Loire-Atlantique les mairies sont aussi au chevet de leur patrimoine, notamment religieux.

A Saint-Etienne de Montluc, à l’ouest de Nantes, un audit effectué en 2018 sur le beffroi des cloches, en haut du clocher, révélait que les vibrations des cloches nécessitaient le remplacement des poutres sur lesquelles tient le beffroi et la mise en place de patins anti-vibratoires pour éviter que le mouvement des cloches ne fragilise la maçonnerie. Les moutons métalliques qui supportent les cloches seront remplacés par des moutons en bois, et elles seront brossées.

Les travaux sont évalués à 24.350 € et seront effectués par la société Bodet (Trémentines) au 1er semestre 2021; les cloches seront déposées le temps des travaux. Il est possible d’y contribuer via la Fondation du Patrimoine, où 5000 € sont demandés https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/beffroi-de-leglise-de-st-etienne-de-montluc

A Pornic, la commune prévoit de rénover de fond en comble l’église de l’ancienne commune associée Sainte-Marie, en provisionnant 1.3 millions d’euros sur le budget 2021. Il est prévu de refaire la toiture, les vitraux et les murs extérieurs. Cette rénovation essentiellement extérieure commencera en 2021 – l’édifice a aujourd’hui un siècle et demi et n’a jamais connu de grands travaux d’entretien.

Toujours dans le pays de Retz, la commune de Saint-Viaud a refondu une cloche d’une tonne chez Paccard, en Savoie. La nouvelle pèse 1.7 tonne et a été inaugurée le 25 décembre; elle a été baptisée Julie Marie Charles du nom de ses parrains de l’époque , Charles Marie d’Aviau de Ternay (1835-1920, maire du Bignon, président du cercle Louis XVI), et Julie Marie de Chastenet de Puységur, baronne de Lareinty depuis son mariage en 1849 Julie Marie de CHASTENET de PUYSÉGUR : Family tree by Base collaborative Pierfit (pierfit) – Geneanet

Beaucoup plus au nord, en Ille-et-Vilaine, des travaux de restauration sont envisagés sur la plus ancienne des deux églises d’Epiniac près de Dol – un diagnostic sur l’état sanitaire de l’église doit être réalisé pour 12.820 € pour aiguiller les futurs travaux. Cette église, qui conserve des vestiges du XIIe siècle dans le mur nord de la nef, a été restaurée en 1772 (choeur polygonal) et 1787 (clocher) avec une nef du XVIIe.

En juillet dernier les archives départementales d’Ille-et-Vilaine avaient publié un ouvrage collectif sur les restaurations des églises du département les vingt dernières années (Eglises d’Ille-et-Vilaine, vingt années de restauration) – la moitié des communes du département ont engagé des travaux de restauration, que l’Ille-et-Vilaine a subventionné à hauteur de 41 millions d’euros.

Néanmoins une autre restauration se fait attendre, celle de la flèche de l’église Sainte-Thérèse à Rennes, détruite courant 2018 par un feu au niveau des installations des antennes des opérateurs de téléphonie. Deux ans plus tard, des cloches électroniques ont été installées pour la paroisse, mais les experts n’ayant pas encore tranché les responsabilités, le diocèse ne peut pas reconstruire à l’identique comme il espérait.

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à...

Articles liés

Espagne. Près de 6 000 migrants arrivés en moins de 24 heures à Ceuta depuis le Maroc [Vidéo]

Suite à des tensions diplomatiques entre l'Espagne et le Maroc, l'enclave de Ceuta a vu près de 6 000 migrants clandestins arriver sur son...

Chine. Une réplique grandeur nature du Titanic en cours de construction pour un parc à thème

La Chine construit une réplique grandeur nature du Titanic dans le cadre d'une attraction touristique dans un parc à thème du Sichuan. La copie...

Eric Zemmour : « Il n’y a pas une “créolisation” mais un Grand remplacement »

Eric Zemmour : “Mélenchon avoue ce que la gauche nie depuis 30 ans : l’immigration est en train de changer la face de la...

Philippe de Villiers : « Il faut attaquer ceux qui attaquent. La police est le dernier rempart de la paix civile »

Philippe de Villiers : « Il faut attaquer ceux qui attaquent. La police est le dernier rempart de la paix civile » Ce dernier était...