Acca Larentia, 1978. Quand des antifascistes assassinèrent de jeunes militants nationalistes italiens

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

Le 7 janvier 1978 en sortant d’une réunion de la section du MSI de Via Acca Larentia à Rome, trois jeunes nationalistes essuient un feu croisé d’armes automatiques.

Franco BIGONZETTI (20 ans) et Francesco CIAVATTA (18 ans) sont blessés à mort. Vincenzo SEGNERI, blessé à un bras, parvient à rentrer et à refermer la porte blindée. Il décédera durant son trajet à l’hôpital. Aussitôt la nouvelle diffusée, les camarades accourent vers la section. La tension est à son comble. L’indifférence et l’arrogance des journalistes présents dépassent toutes les limites.

Un journaliste de la RAI jette par mépris (ou par distraction) son mégot dans la flaque de sang de Francesco. La réaction des camarades présents est immédiate. Les forces de l’ordre chargent et lancent des grenades lacrymogènes. Stefano RECCHIONI, militant du Fronte della Gioventù, est blessé par un projectile tiré par le Capitaine des carabiniers. Il décédera deux jours plus tard à l’hôpital.

Le massacre de la via Acca Larentia a été revendiqué par les Noyaux armés de contre-pouvoir territorial au nom de « l’antifascisme militant ». Les membres du commando (Livia Todini, Mario Scrocca, Fulvio Turrini, Cesare Cavallari, Francesco de Martiis et Daniela Dolcefurent), tous membres du groupe Lotta continua, furent arrêtés et jugés en 1987, mais ils furent tous acquittés pour insuffisance de preuves…

Une mitraillette qui fut utilisée lors des faits servit par la suite à l’assassinat de l’économiste Ezio Tarantelli, du dirigeant syndical de Firenze Lando Conti et du sénateur Roberto Ruffili.

Depuis, chaque année, des militants nationalistes, parfois venus de toute l’Europe, commémorent chaque année l’anniversaire du massacre, le 7 janvier.

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Une Justice politique » – État de droit et coup d’État judiciaire

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et sentiments  Régis de Castelnau, qui a été avocat du...

Claudine Glot. Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte

Claudine Glot - Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte https://www.youtube.com/watch?v=Fjbnz3H9jz0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...
- Publicité -