Vers un retour du Lynx d’Eurasie en Écosse ?

A LA UNE

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

Le lynx fera-t-il bientôt son retour au Royaume-Uni ?  Une étude a été lancée en Ecosse pour évaluer l’opinion des gens sur la possible réintroduction du lynx d’Eurasie dans le pays.

Les partenaires du projet ont déclaré que les recherches écologiques ont montré que de vastes zones d’Écosse pourraient accueillir des lynx, tandis que les animaux pourraient apporter des avantages environnementaux et aider à la gestion des cervidés.

The Big Picture, Trees for Life et le Vincent Wildlife Trust lancent une consultation d’un an sur le lynx en Écosse afin d’évaluer l’attitude du public et des parties prenantes à l’idée de la réintroduction du lynx.

Ces organisations ont déclaré que le retour de cet animal timide et insaisissable en Écosse est moins une question de science que de volonté des gens de vivre à leurs côtés. Jenny MacPherson, responsable du programme scientifique et de recherche du Vincent Wildlife Trust, qui dirigera l’étude, a déclaré : « L’étude sur le lynx en Écosse permettra d’obtenir des conclusions significatives sur le niveau de soutien ou de tolérance à l’égard du lynx, et donc sur le succès probable de toute réintroduction future »

Le lynx eurasien est ainsi appelé parce qu’il a été trouvé dans des forêts qui s’étendent de l’Europe à l’Asie centrale, le distinguant ainsi comme le chat le plus étendu de notre planète. Malgré cela, l’espèce a disparu de Grande-Bretagne au Moyen Âge en raison de la perte d’habitat et de la chasse excessive, selon le Journal of Quaternary Science.

« Avec une audition et une vue aiguës, le lynx eurasien est un chasseur hautement qualifié. Ils mangent des ongulés sauvages ou des animaux à sabots, comme les cerfs. Ils complètent également leur alimentation en s’attaquant aux renards, aux lapins, aux lièvres, aux petits animaux de la forêt et même aux oiseaux. Fait intéressant, le lynx eurasien est le troisième prédateur d’Europe par sa taille, juste derrière l’ours brun et le loup gris » indique le journal Lilypop.

Peter Cairns, de l’organisation The Big Picture, a déclaré : « Avec la crise mondiale de la biodiversité, nous avons la responsabilité d’avoir des débats constructifs sur la restauration des espèces indigènes clés… la science montre que les prédateurs de pointe comme le lynx jouent un rôle écologique vital dans le maintien de systèmes de vie sains.

La recherche suggère que les Highlands disposent d’un habitat suffisant – et plus que suffisant pour le chevreuil, la proie préférée de l’animal – pour faire vivre environ 400 lynx sauvages. A noter que les attaques sur les humains sont pratiquement inexistantes.

Steve Micklewright, directeur général de Trees for Life, a déclaré « L’Écosse compte plus de cerfs des bois que tout autre pays européen, et leur broutage incessant empêche souvent l’expansion et la régénération saine de nos forêts naturelles. En s’attaquant aux chevreuils, les lynx restaureraient des processus écologiques qui ont disparu depuis des siècles, et permettraient une régulation des chevreuils gratuite et efficace ».

Le Paul O’Dionoghue, l’un des principaux instigateurs du projet de réintroduction, a confié à Government Europa : « la campagne britannique est, selon moi, à bout de souffle, elle est en train de mourir. Nous avons l’un des plus faibles taux de biodiversité à travers le monde, alors que nous sommes l’un des pays les plus développés […] Le lynx, dans une certaine mesure, devrait aider à restaurer la balance ».

Les éleveurs de mouton eux, sont inquiets, craignant des attaques potentielles. La Lloyds, le géant bancaire britannique, a cherché à les rassurer, en prévoyant un dédommagement de tout éleveur perdant un mouton à cause du lynx, prenant le pari que les attaques seront rares.

Au Royaume-Uni aujourd’hui, la législation interdit la chasse commerciale et le commerce de la fourrure du lynx dans les îles britanniques, ce qui signifie qu’une fois réintroduits ces félins seront désormais mieux protégés. De plus, l’Écosse contemporaine abritant la majorité des forêts britanniques, le lynx eurasien y prospérera probablement dans l’habitat disponible.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Seule la proportionnelle peut sauver Sarah El Haïry…

Labourer une circonscription, Sarah El Haïry ne sait pas ce que cela signifie. Mais si François Bayrou parvient à...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés...
- Publicité -