Un cimetière mérovingien découvert à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée)

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Un cimetière mérovingien vient d’être découvert à Mortagne-sur-Sèvre, en Vendée.

Une équipe de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) est intervenue en fin d’année dernière à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée). Prescrite par les services de l’État (Drac des Pays de la Loire), dans le cadre de l’aménagement d’une zone à bâtir pavillonnaire, l’opération a permis de fouiller une surface de 1370 m2 . Les archéologues ont mis au jour des vestiges du haut Moyen Âge, et principalement un petit ensemble sépulcral comprenant 99 tombes datées des VIe -VIIe siècles de notre ère. Si la plupart des défunts sont inhumés simplement en pleine terre, un petit groupe d’individus a bénéficié d’inhumations dans des sarcophages en calcaire coquiller, témoignant d’un statut social différent. Fait inédit pour la région, la fouille a même révélé une tombe double renfermant deux sarcophages.

L’organisation spatiale du cimetière

Les sépultures sont disposées selon deux directions principales : est/ouest ou nordouest/sud-est. Indépendamment de leur orientation, la densité des fosses est plus forte au centre de la zone fouillée. Les tombes sont organisées en rangées parallèles et les recoupements de sépultures sont rares. On peut imaginer qu’il y avait des allées de circulation entre les rangées et probablement des marqueurs au sol (stèle, cailloux ou encore gravier, cendre, etc.). Ces éléments ont malheureusement disparu au cours des siècles. Dans quelques rares cas, les archéologues ont constaté une réouverture volontaire des tombes, cette pratique consistant à inhumer un second défunt auprès du premier. Le délai entre les deux enterrements peut varier de quelques jours à plusieurs années. Ce geste funéraire particulier témoigne de la volonté de regrouper dans la tombe deux défunts (fratrie directe ou famille élargie) et implique, quelle que soit la durée entre les deux enterrements, que la sépulture soit restée visible et bien identifiée.

Des sarcophages en calcaire coquiller pour des défunts privilégiés ?

L’étude du cimetière médiéval de Mortagne-sur-Sèvre interroge le statut social de la population enterrée. Si la plupart des défunts sont inhumés simplement en pleine terre, avec éventuellement des systèmes de calage, un petit groupe a bénéficié de pratiques funéraires spéciales. Ainsi, une quinzaine d’individus, des adultes pour l’essentiel, ont été enterrés dans des sarcophages trapézoïdaux, en calcaire coquiller dont la provenance n’est pas encore déterminée. Ces sarcophages sont répartis sur l’ensemble de la zone sépulcrale, mais absents de l’extrême sud-est du cimetière. Ils témoignent d’un statut social particulier des personnes inhumées. Rare découverte, les archéologues ont mis au jour une tombe double, renfermant deux sarcophages côte à côte, dans un même creusement, ce qui signe une inhumation simultanée. Bien que parfois observée dans les cimetières tant antiques que médiévaux, cette pratique peu courante est inédite pour la région. Aucun mobilier funéraire d’accompagnement n’a été retrouvé dans les tombes, à l’exception d’un lot d’épingles en alliage cuivreux, identifié dans un sarcophage renfermant le corps d’une femme. Regroupées au niveau de la tête, elles composaient probablement un élément de parure de cheveux ou encore de linge couvrant ceux-ci.

Le chantier de fouille s’est achevé en décembre 2020, une phase d’analyse et d’étude des données démarre maintenant. Les recherches permettront de préciser une part de l’histoire médiévale de Mortagne-Evrunes au travers de sa population inhumée.
Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

Articles liés