Géopolitique de la peur. Le 32ème numéro de la revue Conflits vient de paraitre

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Le 32ème numéro de la revue Conflits vient de paraitre avec ce mois-ci comme thème centrale, la Géopolitique de la peur. Le sommaire est à découvrir ci-dessous

Pour commander un exemplaire ou vous abonner, c’est ici

Voici l’éditorial de la revue :

Sept ans déjà depuis le lancement du premier numéro de Conflits en mars 2014. Sept ans d’existence qui ont été permis grâce à la fidélité des lecteurs et des abonnés. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur les différents supports : magazine, site, podcasts, émissions YouTube. Voir, comprendre et agir pourrait être la devise de l’école française de géopolitique, née au début du xxsiècle dans les facultés de géographie et qui a su tisser des échanges fructueux avec le monde militaire et les autres disciplines universitaires. Une école attachée à la lecture des paysages et aux rapports de force dans l’espace, à l’histoire, à la diplomatie et à la compréhension des autres cultures. Une école qui a toujours eu le souci de relier le monde des chercheurs et des universitaires au monde des amateurs éclairés ; sinon, à quoi servent la recherche et la science ? Une école qui a aussi le souci de comprendre et d’expliquer, et donc de chasser les peurs.

La peur ambivalente

Elle est à la fois nécessaire et stérilisante. Nécessaire, car il faut avoir peur des dangers pour les identifier, prendre les mesures pour les combattre et in fine les repousser. C’est parce que l’on a peur d’un ennemi que l’on prépare son armée et que l’on échafaude des plans d’attaque et de défense. La peur doit donc être surmontée et transcendée et cela n’est possible que par l’usage de la raison froide qui permet de connaître le danger et d’identifier ses points d’achoppement. Un peuple qui n’a peur de rien et de personne court le risque de se croire sans ennemi, et donc de succomber à celui-ci. La peur est une des origines de la cité, elle assure la cohésion du peuple qui se regroupe afin de résister à un ennemi commun. La peur définit l’identité, car l’autre dont on a peur est le miroir inversé de nous-mêmes, il représente tout ce que l’on rejette et tout ce que l’on combat. Nos peurs disent donc beaucoup sur ce que nous sommes. Mais la peur, quand elle est irrationnelle, quand elle est privée de la raison, quand elle est agitée pour détruire les facultés de réflexion, devient un instrument diabolique pour asservir.

Peurs et rumeurs

Les dirigeants peuvent instrumentaliser les peurs pour mieux contrôler les populations. La peur sidère, anesthésie et supprime toute faculté de réflexion. Elle laisse comme en suspens les peuples qui ne savent plus ni comment penser ni comment agir. En influant sur les esprits et les consciences, elle détruit les capacités de réflexion, comme ces danses tribales, dont le haka, qui tentent de vaincre l’ennemi sans combattre, par l’instillation de la peur. Mais il arrive aussi que ce soit les dirigeants eux-mêmes qui aient peur du peuple. Populisme, émotions collectives, révoltes, voilà que le peuple, source du politique en démocratie, peut se lever contre les dirigeants et choisir d’autres voix. On pourra se rassurer en tentant de se persuader qu’il a été trompé et manipulé, ou bien jouer à se faire peur en imaginant des complots qui ne sont même pas pensés par les protagonistes eux-mêmes. Combien de peurs subites sont nées de rumeurs folles et irrationnelles, de ragots, d’inventions crues comme vraies ? Chaque génération a ses peurs, liées au climat, à une minorité, à un ennemi, à des maladies. Les technologies ne les ont pas effacées, la peur a souvent partie liée avec le sacrifice du bouc émissaire et en cela renvoie à l’archaïque de l’homme, à ce qu’il y a d’invariant en dépit des siècles.

Lieux de la peur

Le monde est parcouru de ces lieux hantés où les peurs rodent, où l’on conserve tantôt une ruine, tantôt un souvenir, afin de perpétuer la mémoire de la peur, voire la peur elle-même. C’est un jeu non dit, mais un jeu essentiel au bon ordre de la cité. La peur comme idée s’incarne dans des hommes et des lieux, elle structure et organise les espaces, elle trace les frontières de l’interdit et de l’autorisé. Il y a les lieux où l’on ne va pas, car là-bas rôdent la légende et les malédictions, dont le nom même n’est pas prononcé. La peur n’est supportable que s’il y a l’oubli, qui referme les angoisses du passé et permet d’avancer. Oubliés les peurs enfantines et les monstres qui surgissaient dans le noir de la chambre. Vaincre la peur c’est devenir adulte, et ainsi pouvoir se confronter à des peurs plus terribles encore.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Edwin Poots (DUP) : « Je ne me reposerai pas tant que le protocole en Irlande du Nord ne sera pas supprimé »

Edwin Poots, ministre de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales d'Irlande du Nord depuis le 11 janvier 2020, a été élu...

Oui, il faut soutenir Eric Zemmour pour 2022 !

Comme beaucoup, j’ai pris connaissance de la possibilité d’une candidature qui viendrait troubler le match rejeté par les Français,...

Articles liés

Edwin Poots (DUP) : « Je ne me reposerai pas tant que le protocole en Irlande du Nord ne sera pas supprimé »

Edwin Poots, ministre de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales d'Irlande du Nord depuis le 11 janvier 2020, a été élu vendredi président du parti unioniste...

Oui, il faut soutenir Eric Zemmour pour 2022 !

Comme beaucoup, j’ai pris connaissance de la possibilité d’une candidature qui viendrait troubler le match rejeté par les Français, mais annoncé par les médias,...

#BrezhonegOfisiel. Une manifestation pour la langue bretonne le 29 mai à Guingamp à l’arrivée de la Redadeg

Le 29 mai la Redadeg, course pour la langue bretonne, arrivera à Guingamp lors d’un événement habituellement festif. Mais cette année, les organisateurs ainsi que...

Pontivy. La finale du Kan ar Bobl 2021 prévue le 4 juillet, dans des conditions incertaines… [Vidéo]

Le Kan ar Bobl, dont la 47e édition prévue en 2020 avait due être annulée en raison du Covid-19, aura bien lieu en 2021,...