Mouazé (Ille-et-Vilaine). La ferme Irvin veut redonner confiance aux jeunes par l’« économie vivante » [Vidéo]

A LA UNE

La ferme Irvin, actuellement en compétition pour le concours 2021 de la Fabrique Aviva, propose un parcours atypique pour les jeunes de 18 à 30 ans cherchant à redonner du sens à leur vie professionnelle et personnelle. Présentation d’un lieu articulé autour de « l’économie vivante ».

Mouazé : la ferme Irvin aux objectifs multiples

Un projet porteur d’espoir et de valeurs saines tranchant avec la morosité ambiante et le déclin de nos valeurs traditionnelles : voilà comment pourrait se présenter brièvement la ferme Irvin. Implanté à Mouazé (Ille-et-Vilaine), commune située à 15 km au nord de Rennes, le lieu comprend 15 hectares de terrain et plus de 1000 m² de bâtiments et hangars.

Mais, plus qu’une simple ferme, Irvin se définit comme étant « un lieu de production agricole et d’activité économique ancré dans le territoire, un lieu d’entraide et d’ouverture, un lieu d’activité pour faire et construire au travers de chantiers participatifs, d’une bourse des savoirs », mais aussi « un lieu central pour le développement de l’économie vivante sur le territoire et un lieu de soin et de ressourcement pour l’équilibre personnel ».

Cette multitude d’objectifs est par ailleurs résumée en vidéo par les personnes en charge du projet, et notamment par Patrice Valantin, le propriétaire de la ferme. :

Redonner confiance aux jeunes à travers « l’économie vivante »

Avec pour ambition de rendre son territoire plus résilient, la ferme Irvin se présente également comme un centre de formation à destination de la jeunesse.

En course pour le concours 2021 de la Fabrique Aviva avec une dotation pouvant atteindre les 160 000 € pour le projet élu par le jury, la ferme Irvin s’est lancée dans la compétition avec un pitch accrocheur : « Le chômage des 18 – 25 ans dépasse les 20%. Pourtant, les entreprises peinent à embaucher des jeunes qui ont parfois perdu confiance dans une société vidée de son sens par l’individualisme et la course au bien-être. Notre équipe a mis au point un parcours de remotivation et de formation basé sur la reconnexion à la nature, la mise en situation professionnelle et le management par la raison d’être : le parcours Irvin. »

Lors de la phase de vote en ligne du grand public, le projet a reçu plus de 11 000 soutiens avant la prochaine étape des concours régionaux.

Quant au concours en question, créé en 2016 par l’assureur Aviva France, il se présente comme le « grand concours national de l’entrepreneuriat social et solidaire » et vise à récompenser les meilleures idées entrepreneuriales, utiles et innovantes à la fois.

ferme Irvin
Patrice Valantin et un groupe de volontaires de la ferme Irvin. Source : Facebook Irvin.

Comme le précise par ailleurs Patrice Valantin, « toutes les actions [d’Irvin] sont basées sur un seul modèle : celui du fonctionnement du vivant. »

Cette « économie vivante » prônée par Irvin se matérialise donc pour les jeunes formés à la ferme par de la pédagogie basée sur une relation forte au monde vivant et a pour finalité de mettre en œuvre un modèle économique ayant une « influence positive envers la vie ».

En se présentant comme un « démonstrateur positif et très opérationnel de valeurs économiques, sociales et spirituelles », la ferme souhaite ainsi répondre aux maux de notre époque en tentant de « prolonger et améliorer l’alliance millénaire du génie humain et des écosystèmes ».

Et si la solution résidait donc dans cette « économie vivante » associant technologies, savoir-faire et industrie avec les systèmes vivants ? Comme le souligne la ferme Irvin sur son site, « nous constatons aujourd’hui que nous sommes au bout de l’expérience de l’économie financière. En effet, bien que ce modèle ait apporté une certaine prospérité à une partie de l’humanité, il est maintenant dans une impasse, car il ne peut plus résoudre les problèmes qu’il engendre ».

Savoir-faire, savoir-être et retour vers l’emploi

La ferme propose ainsi un parcours de remotivation et de formation basé sur la reconnexion à la nature pour les jeunes âgés de 18 à 30 ans avec une mise en situation professionnelle.

Le parcours de formation propose tout d’abord un stage d’une semaine d’immersion en nature par groupe de 8 à 12. L’objectif pour les participants étant de renouer avec « des expériences de créativité, d’adaptation personnelle, d’efficacité collective et de joie partagée ». À la suite de quoi, ceux qui le souhaitent peuvent poursuivre le parcours vers la deuxième étape durant 2 à 6 mois et fonctionnant sur un mode d’alternance entre :

  • des prestations réalisées pour des entreprises ou des particuliers via l’entreprise-école d’Irvin qui encadre la réalisation de ces travaux demandant peu de qualifications
  • des projets montés à l’initiative des jeunes et menés à partir du centre vers le territoire.

L’objectif de ces mises en situation professionnelle est d’accompagner les jeunes sur le terrain et de profiter de ces expériences pour les former au savoir-être. Une fois cette période opérationnelle terminée, les jeunes qui ont choisi un projet vers l’emploi peuvent rejoindre une entreprise partenaire en ligne avec leur projet.

Crédit photo : Facebook Irvin (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Cyclisme. Le britannique Leo Hayter remporte la deuxième étape du Tour de Bretagne entre Corlay et Rosporden

Seconde étape du Tour de Bretagne ce mardi, et quelle étape ! Une deuxième étape remportée par le britannique...

Jugée pour avoir abandonné ses 68 animaux dans une ferme près de Carhaix

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a porté plainte contre une femme qui...

Articles liés