Hurrah Raspail, Le Réseau Breton Tome 2, Résister au mensonge, Long Kesh, Les frontières des peuples gaulois : la sélection littéraire hebdomadaire

A LA UNE

Hurrah Raspail, Le Réseau Breton Tome 2, Résister au mensonge, Long Kesh, Les frontières des peuples gaulois : voici la sélection littéraire hebdomadaire

Hurrah Raspail

Sous la direction d’Adrien Renouard assisté par Anne Letty.

Un seul être lui manque et la Patagonie est en deuil. Il y a un an déjà mourait Jean Raspail, consul général de l’ancien royaume d’Antoine de Tounens. Riche destin que celui de cet écrivain hanté par l’idée de l’oubli, de la mort des civilisations, de la déréliction de nos sociétés occidentales. Qui se souvient des hommes ? Tour à tour voyageur, aventurier, chantre, écrivain, créateur, il leur dressa des cités immortelles : ses livres.
Il leur façonna une terre d’adoption : la Patagonie. Il leur inspira une façon d’être : une attitude. Une chose est certaine : aussi longtemps qu’il y aura des générations pour transmettre, les hommes se souviendront de Jean Raspail. Immortel dans leur
mémoire.

Lecteurs, amis, écrivains, Patagons, ils sont nombreux à avoir prêté leur plume à cet hommage. Ce livre déborde de leur enthousiasme pour le
fondateur de la saga des Pikkendorff. Et les fidélités se dressent pour clamer une dernière fois : Hurrah Raspail !

a commander chez la Nouvelle librairie

Le Réseau Breton, tome 2

Dans ce deuxième volume, les auteurs décrivent et analysent l’évolution du Réseau Breton depuis son âge d’or dans les années 50 jusqu’aux péripéties de la fermeture partielle en 1967 et l’exploitation de la voie normale subsistant depuis cette date.
Le matériel roulant est également étudié, avec la mise en service des autorails tant à voie métrique qu’à voie normale, l’arrivée des 141 TC puis des engins diesels. Enfin, une partie est consacrée au recensement du matériel préservé et à son exploitation actuelle sur les réseaux touristiques.
Plus de 500 photos et plans illustrent les 320 pages de ce tome 2.

Voir l’interview au sujet du premier volume

Commander le deuxième tome chez LR presse

Résister au mensonge : vivre en chrétiens dissidents

Après son brillant essai sur le « pari bénédictin », Rod Dreher développe une réflexion aussi puissante que féconde autour du soft totalitarisme occidental. Pas d’interdiction officielle d’opinion, pas de déploiement d’un État policier, mais l’émergence insidieuse d’une tyrannie douce qui, sous l’égide d’un credo progressiste, annihile tout esprit critique et paralyse jusqu’au plus indépendant des libres penseurs. Qu’est-ce que le soft totalitarisme ? Comment l’homme moderne en vient-il à renoncer à sa liberté d’expression et aux lumières du bon sens ? Pourquoi l’Occident est-il gagné par le novlangue et la réécriture de l’histoire ?
C’est en s’appuyant sur les précieux témoignages d’anciens dissidents des régimes communistes que le penseur américain répond aux interrogations de notre époque. Incisif et lucide, il place le chrétien devant le vertige des temps d’aujourd’hui et de demain et l’appelle à la foi profonde, à la résistance familiale, à la soif de la vérité, seules à même de fissurer les fantasmes d’une époque qui nous infantilise et nous noie dans les paradis artificiels.
Aiguillé par l’exigence de vérité, cet essai magistral nous donne les moyens de résister au mensonge qui ronge et liquéfie l’âme.

Né en 1967, Rod Dreher est journaliste pour le magazine The American Conservative. Il a collaboré auparavant au New York Times. Originaire d’une famille méthodiste, il se convertit au catholicisme en 1993 puis à l’orthodoxie en 2006. Son invitation à retrouver la tradition de philosophie morale aristotélicienne rencontre un puissant écho outre-Atlantique. Auteur du mémorable Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus, succès de librairie aux États-Unis comme en Europe, l’auteur récidive avec Résister au mensonge, Vivre en chrétiens dissidents.

A commander cheez Artege

Long Kesh, la ballade de Bobby Sands

En septembre 1977, en Irlande du Nord, Bobby Sands, un militant de l’IRA, a été condamné à 14 ans de prison pour port d’arme illégal. Il est incarcéré dans la prison du Maze, plus connue sous le nom de Long Kesh. Commence alors une lutte pour les droits et la dignité qui va le mener à une dramatique grève de la faim de 66 jours… Face à lui, Margaret Thatcher et les matons de Long Kesh. Bobby Sands est décédé il y a 40 ans le 05 mai 1981.

Si les événements abordés ont défrayé la chronique au début des années 80, le récit s’attache à montrer le combat d’un homme enfermé pour rester digne, pour ne pas devenir fou, pour continuer à entretenir le lien social avec l’intérieur et l’extérieur.

Stéphane Heurteau s’est documenté et a échangé avec les principaux camarades de Bobby Sands, dont Sam Millar, écrivain irlandais reconnu de polars. Ces échanges donnent une véracité au récit par sa force graphique et narrative.

A commander chez les éditions Daviken

Les frontières des peuples gaulois Tome 1 et 2

De très nombreux noms d’origine gauloise nous ont été transmis. Leur étude fournit une mine de renseignements sur les démarcations de jadis. L’ouvrage -qui sera complété par un second tome avec des cartes-analyse plus de 1500 toponymes liés aux limites antiques de territoires.

Cette recherche met en lumière plusieurs types d’appellations celtiques jamais repérés. Une toponymie frontalière particulièrement riche se révèle à nous, présente en de multiples régions de France : villages, villes, lieux-dits, hauteurs, cours d’eau, forêts.

Bien des noms de lieux réputés obscurs ou rapportés faussement à des noms de personnes viennent trouver une explication, comme Arcachon, Argenton, Caen, Chantilly, l’Essonne, la Gironde, Issoudun, la Margeride, le Mercantour, Morgon, Morzine, Ouessant, Ussel…

Ces témoins du passé aident à préciser les frontières des anciens peuples de la Gaule : Ambarres, Ambiens, Arvernes, Bituriges, Carnuts, Rédons, Rutènes, Séquanes…

Après vingt siècles, les noms des Gaulois nous parlent toujours.

A commander chez Yoran Embanner

Le tome 2 est également disponible.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

Articles liés