65% des Français pensent que l’Etat et le gouvernement ne laissent pas assez de pouvoir aux régions, aux départements et aux communes

A LA UNE

Abstention record, vote pour changer de système, manifestation des Gilets Jaunes, les marques de défiance à l’égard de la politique, depuis des années se multiplient.

Une étude publiée fin septembre par l’IFOP, semble démontrer que la désaffection pour la vie politique serait le résultat de l’inadaptation des institutions aux enjeux du 21e siècle et de l’organisation centralisée de la France. Ainsi, les électeurs seraient une très grande majorité à ne s’être déplacés aux dernières élections régionales que par devoir civique et non par conviction que la politique pouvait changer la vie.

Selon l’enquête, intitulée « les perceptions et attentes des Français à l’égard de leur région« , 65% des Français sondés pensent que l’Etat et le gouvernement ne laissent pas assez de pouvoir aux régions, aux départements et aux communes. 74% des habitants de l’Hexagone affirment en effet que confier plus de responsabilités aux Régions renforcerait la démocratie en permettant aux citoyens de contrôler davantage l’exercice du pouvoir. La même proportion de personnes avoue faire davantage confiance à leur Région qu’en l’État.

Pour Régions et peuples solidaires, fédération des autonomistes régionaux de gauche, « Réformer les institutions pour rompre avec le centralisme est donc une condition sine qua non de toute politique répondant aux souhaits des citoyens. Faire des territoires et des élus locaux le moteur de l’action publique est une nécessité. L’un des enjeux principaux des prochains scrutins sera, en tout état de cause, de réinsuffler la démocratie en partant des régions et des territoires »

65% des sondés pourraient aller se déplacer pour voter lors d’élections régionales si les régions avaient davantage de compétences et de pouvoir et 62% affirment qu’ils pourraient s’intéresser davantage à la gestion quotidienne de leur région.

A noter les perceptions que se font les citoyens en terme d’appartenance : la commune est plébiscitée par 45% des sondés qui se définissent d’abord comme habitant d’une commune (10% du département, 11% d’une région et 34% du pays, une variation qui change en Corse, avec 34% se définissant d’abord comme habitant d’une région).

Nous vous laissons découvrir l’intégralité de ce sondage ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

Articles liés