A la découverte des Saints Bretons. Le 7 août, c’est la St Levan

Nous vous proposons dans cette rubrique de découvrir l’histoire des Saints Bretons. Les saints bretons désignent des personnalités bretonnes vénérées pour le caractère exemplaire de leur vie d’un point de vue chrétien. Peu d’entre elles ont été reconnues saintes par la procédure de canonisation de l’Église catholique (mise en place plusieurs siècles après leur mort), mais ont été désignées par le peuple, leur existence même n’étant pas toujours historiquement attestée. La plupart des vitae de saints bretons qui nous sont parvenues datent en effet des ixe et xe siècles ou ont été réécrites dans le contexte de la réforme grégorienne qui induit parfois les clercs à remodeler les documents hagiographiques, issus de traditions orales transmises aussi bien dans le vieux fond populaire que dans le milieu savant, dans leur intérêt (légitimation de la figure épiscopale, du bien-fondé d’une réforme d’une communauté monastique). Le développement du culte de ces saints se développe au Moyen Âge tardif lorsque plusieurs familles de l’aristocratie bretonne s’approprient les légendes hagiographiques en justifiant par des arguments généalogiques, de la protection particulière d’un saint ou de son adoption comme ancêtre de substitution dans leurs lignages.

Les historiens actuels éprouvent encore beaucoup de difficultés pour distinguer entre imaginaire et réalité. L’historicité des épisodes de la vie de ces saints reste ainsi souvent douteuse car ces épisodes se retrouvent dans l’hagiographie tels qu’ils apparaissent dans les coutumes ou dans le folklore. La structure même du récit des vitae se rencontre dans d’autres Vies de saints dont les auteurs reprennent généralement des « conventions littéraires d’un modèle biblique qui façonnait leurs modes de pensée et d’expression ».

En 2022, environ 170 saints bretons sont représentés, chacun par une statue, à la Vallée des Saints, en Carnoët.

Le 7 août, c’est la St Levan

Le saint irlandais Levan (peut-être une forme abrégée de Silvanus) a émigré en Cornouailles, où il a donné son nom à une paroisse (bénédictins).

Selon la tradition, Silvanus était un diacre qui a été tué par des Vandales à la bataille d’Agedunum ou Acitodunum (Ahun) le 16 octobre 407.

Le baptistère et la chapelle de St Levan.

Le puits sacré de St Levan et le baptistère se trouvent à côté du sentier menant à la plage de Porth Chapel. Ils sont reliés à la petite chapelle située sur le bord de la falaise, plus bas, par un escalier d’une cinquantaine de marches en pierre. L’existence de ces marches était connue depuis de nombreuses années, mais elles ont été mises au jour à la suite de fouilles en 1931.

La pierre de St Levan.

Sur le côté sud de l’église, près du porche, se trouve la pierre connue sous le nom de pierre de St Levan. Elle est brisée en deux, et on raconte que St Levan s’asseyait sur cette pierre lorsqu’il était fatigué de pêcher. Souhaitant laisser un souvenir de lui en rapport avec son siège rudimentaire mais favori, il lui donna un jour un coup de bâton et le fendit. Il pria sur le rocher et prononça la prophétie suivante.

Quand avec des sacoches à califourchon,
Un cheval de bât peut chevaucher,
à travers la pierre de St Levan,
Le monde sera fait.

À l’époque pré-chrétienne, la pierre était manifestement vénérée comme une pierre sainte, car elle n’a jamais été enlevée et aucune tentative n’a été faite pour la détruire.

Les croix

Il y avait à une époque au moins six croix de granit de style celtique qui marquaient les chemins rayonnant de l’église vers les hameaux et les fermes environnants. Le plus beau spécimen, qui mesurait 1,80 m de haut, se trouve dans le cimetière, à droite du chemin menant au porche sud. Il se peut qu’elle soit dans sa position d’origine, car le cimetière est le site d’un ancien enclos. Une deuxième croix se trouve dans le mur du cimetière, à côté de l’échalier d’entrée, à l’angle nord-est.

Crédit photo : Wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Série fabuleuse, quel plaisir de découvrir ces trésors .

    N’envisagez-vous pas de les recueillir en un volume a commercialiser ?

    Je souscrirait avec empressement.

    Avec mes félicitations et mes encouragements, que j’ai le plaisir d’accompagner de temps à autre d’une
    petite aide que j’invite d’autres lecteurs à faire aussi.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !