A la découverte des Saints Bretons. Le 4 octobre, c’est la Saint Fransez

Nous vous proposons dans cette rubrique de découvrir l’histoire des Saints Bretons. Les saints bretons désignent des personnalités bretonnes vénérées pour le caractère exemplaire de leur vie d’un point de vue chrétien. Peu d’entre elles ont été reconnues saintes par la procédure de canonisation de l’Église catholique (mise en place plusieurs siècles après leur mort), mais ont été désignées par le peuple, leur existence même n’étant pas toujours historiquement attestée. La plupart des vitae de saints bretons qui nous sont parvenues datent en effet des ixe et xe siècles ou ont été réécrites dans le contexte de la réforme grégorienne qui induit parfois les clercs à remodeler les documents hagiographiques, issus de traditions orales transmises aussi bien dans le vieux fond populaire que dans le milieu savant, dans leur intérêt (légitimation de la figure épiscopale, du bien-fondé d’une réforme d’une communauté monastique). Le développement du culte de ces saints se développe au Moyen Âge tardif lorsque plusieurs familles de l’aristocratie bretonne s’approprient les légendes hagiographiques en justifiant par des arguments généalogiques, de la protection particulière d’un saint ou de son adoption comme ancêtre de substitution dans leurs lignages.

Les historiens actuels éprouvent encore beaucoup de difficultés pour distinguer entre imaginaire et réalité. L’historicité des épisodes de la vie de ces saints reste ainsi souvent douteuse car ces épisodes se retrouvent dans l’hagiographie tels qu’ils apparaissent dans les coutumes ou dans le folklore. La structure même du récit des vitae se rencontre dans d’autres Vies de saints dont les auteurs reprennent généralement des « conventions littéraires d’un modèle biblique qui façonnait leurs modes de pensée et d’expression ».

En 2022, environ 170 saints bretons sont représentés, chacun par une statue, à la Vallée des Saints, en Carnoët.

Le 4 octobre, c’est la Saint Fransez

Saint François d’Assise (29 avril 1182 – 3 octobre 1226), est un religieux catholique italien, fondateur de l’ordre franciscain (ou ordre des frères mineurs, o.f.m.) caractérisé par la pauvreté. Il a été canonisé en 1228 par l’Église catholique romaine. Il est fêté le 4 octobre dans le calendrier liturgique catholique.

François est issu d’une riche famille marchande d’Assise, en Ombrie. À sa naissance, sa mère le fait baptiser sous le nom de Jean. De retour de son voyage en France, son père, Pierre Bernardone, lui donne le nom de François, (Francesco : le Français), qu’il gardera et par lequel il sera universellement connu.

La jeunesse de François est tourmentée et marquée par les aspirations de son époque. Fils d’un riche commerçant, il mène la belle vie et organise les fêtes de ses congénères. À l’époque des révoltes et des communes, roturier, il fait la guerre à la noblesse d’Assise et de Pérouse. La bataille de Ponte San Giovanni, en novembre 1202 sera pour lui suivi d’une année d’emprisonnement. La maladie contractée durant sa captivité continue après son retour à Assise et l’oblige à calmer ses ardeurs.

Il rêve alors de hauts faits d’armes pour devenir chevalier et acquérir un rang de noblesse. Mais tandis qu’il veut rejoindre l’armée de Gauthier de Brienne, un songe à Spolète lui fait abandonner ce projet. De retour à Assise, il abandonne peu à peu ses compagnies de fête et fréquente de plus en plus souvent les chapelles de la vallée dite Val di Spoleto.

En 1205, alors qu’il est en prière devant le crucifix de la chapelle Saint-Damien, François entend une voix lui demandant de réparer son Église en ruine. Prenant l’ordre au pied de la lettre, il vend à Foligno des marchandises du commerce de son père pour pouvoir restaurer la vieille chapelle délabrée.

Furieux des excentricités de son fils, Pierre Bernardonne exige qu’il lui rende des comptes et le convoque en justice. François, se réclamant d’un statut de pénitent qui le fait échapper à la justice laïque, sera alors convoqué par l’évêque. Lors de son audition sur la place d’Assise, au printemps 1206, François rend alors l’argent qui lui reste ainsi que ses vêtements et, se retrouvant nu, il dit à son père et à la foule rassemblée: « Jusqu’ici je t’ai appelé père sur la terre ; désormais je peux dire : “ Notre Père qui êtes aux cieux ”, puisque c’est à lui que j’ai confié mon trésor et donné ma foi ». L’évêque d’Assise le prend alors sous sa protection. François part pour Gubbio. Revenant à Assise vers l’été 1206, il restaure successivement les chapelles de Saint-Damien, de Saint-Pierre, et de la Portioncule.

Au début de 1208, dans la chapelle de la Portioncule, François comprend enfin le message de l’Évangile : « Dans votre ceinture, ne glissez ni pièce d’or ou d’argent, ni piécette de cuivre. En chemin, n’emportez ni besace, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton » (Matthieu 10,9). Il se retire dans une pauvreté absolue, se consacrant à la prédication et gagnant son pain par le travail manuel ou l’aumône. Il change son habit d’ermite pour une tunique simple. La corde remplace la ceinture. Il est probable que sa fréquentation des lépreux date de cette époque et de la stabilité qu’il pouvait trouver auprès de la léproserie voisine. Très vite, Bernard de Quintavalle et Pierre de Catane le rejoignent, puis d’autres encore et François se retrouve à la tête d’une petite communauté. En 1210, Innocent III, qui l’a vu en rêve soutenant la basilique Saint-Jean de Latran en ruines, valide verbalement la première règle rédigée par François régissant la fraternité naissante.

Rapidement, l’ordre franciscain tel que l’avait conçu François est dépassé par son succès et s’organise contre les vœux du fondateur, si bien qu’après un voyage en Égypte et une rencontre étonnante avec le sultan (1219), François confie la direction de l’ordre à Pierre de Catane puis à Élie d’Assise. Il désapprouve également le goût naissant des Franciscains pour l’étude et l’enseignement, si bien qu’il refuse un jour d’entrer dans une maison conventuelle à Bologne lorsqu’il apprend qu’elle est surnommée « maison des frères » et qu’elle comporte une école.

En 1221, durant le Chapitre général, il couche sur le papier la règle officielle qu’il veut donner à l’ordre. Ce texte, appelé aujourd’hui Regula prima, est jugé trop long et trop flou pour être praticable.

En 1222, François se rend à Bologne où, à la demande de laïcs, il créera un 3e ordre après celui des frères mineurs et des sœurs pauvres : le Tiers-Ordre, appelé aujourd’hui Fraternité séculière.

En février 1223, François se retire dans un ermitage pour reprendre la rédaction de la règle. Celle-ci sera discutée au chapitre de juin puis approuvée par la bulle Solet annuere du pape Honorius III, d’où son nom de Regula bullata.

En août 1224, François se retire avec quelques frères au monastère de La Verna. Le 17 septembre (3 jours après la fête catholique de la Croix glorieuse), il reçoit les stigmates. Désormais, il est souvent malade, et est en proie à des crises d’angoisses. Il se réfugie dans une hutte près de l’église Saint-Damien, où il avait commencé son itinéraire spirituel et où vit la communauté des sœurs pauvres initiée par Claire d’Assise. Il y écrit son « Cantique du soleil » (ou « Cantique des créatures », premier texte en italien moderne), célébration de Dieu en sa création, et l’un des grands poèmes italiens. Il meurt le 3 octobre 1226, dans la chapelle du Transito (qu’on peut voir ainsi que la chapelle du Portioncule, conservées intactes et englobées dans la basilique Sainte Marie des Anges dans le Val di Spoleto non loin de la ville haute d’Assise). Il laisse un Testament où il professe son attachement à la pauvreté évangélique et à la Règle.

Sa vie est racontée notamment par Thomas de Celano et par saint Bonaventure. Elle a également fait l’objet des Fioretti, recueil anonyme du XIVe siècle contant sur ton naïf et humoristique les miracles et petites histoires qui seraient advenus autour de François et de ses premiers disciples. L’une des anecdotes les plus célèbres est la conversion d’un loup qui aurait terrorisé la population de la ville de Gubbio. Sa vie, enfin, a été peinte par Giotto dans l’église Santa Croce de Florence, et à Assise même dans la basilique supérieure par ses fresques de la vie de Saint François en 28 tableaux.

François a été canonisé en 1228 par Grégoire IX. Il est parmi les saints catholiques les plus populaires et sans doute celui qui est le mieux accueilli parmi les non catholiques ou non chrétiens.

À la suite de la nuit qu’il célébra dans une grotte à Greccio, l’usage de la crèche de Noël s’est répandu dans la famille franciscaine puis dans les foyers. À la suite de sa rencontre avec le sultan à Damiette, l’annonce de la prière par les cloches, puis l’Angélus se sont répandu. François est le patron notamment des louveteaux (branche du scoutisme réservée aux jeunes enfants), des écologistes et, quoi qu’il parle peu d’animaux dans ses écrits, des bêtes.

Le pape Benoît XVI a déploré que la figure de saint François ait subi les assauts de la sécularisation.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. La ghettoïsation forcée du breton moderne, la folklorisation des quelques mots de breton que rabâchent ceux pour qui un insigne « breizh » sue le T-shirt suffit, ont fait beaucoup de mal à la diversité des prénoms. Ainsi une immense majorité de Bretons, de Français, voire de néo-bretonnants, sont persuadés que le prénom François doit se dire Fanch en breton. Or ce n’est le cas que pour une zone bien limitée de la basse Bretagne. j’ai connu des gens en nord-Finistère, en bas Leon (Gweled-Leon s’il vous plait,- et non Leon Izel, traduction servile et inculte), j’ai connu des gens qu’on appelait bien Fransez ou encore, en diminutif, Saik. De même, Catherine n’a pas forcément Katell pour correspondant breton obligé. Même, dans certains coins limités, le nom n’a pas forcément bonne presse (seraît-ce à cause à cause de la légende de Katell gollet ? je ne sais pas),. J’ai entendu il y a longtemps « Homan zo ur gatell » (C’est une gôton de pas grand-chose) et dans la même paroisse le prénom Katriin (que j’orthographie ici avec un double i, soit un i prononcé long, pour respecter l’accentuation tonique et les règles de l’orthographe bretonne classique (comme dans hiraat d.s..) Pour mémoire, dans la même zone, le diminutif de Gabriel était Bihel mais étai-ce encore du breton ou déjà du français ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS