Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hémangiome infantile n’est pas une tache de naissance. Il doit être diagnostiqué précocement !

En France, l’hémangiome infantile touche 4 à 5% des enfants avant 1 an. C’est un développement anormal des vaisseaux sanguins principalement au niveau de la peau. L’hémangiome infantile peut être situé plus ou moins profondément sous la peau et peut mesurer de quelques millimètres à plusieurs centimètres.

Un hémangiome infantile n’est pas présent dès la naissance, il se développe dans les premiers jours à semaines qui suivent la naissance. Le facteur temps est essentiel dans la prise en charge des hémangiomes infantiles car c’est dans les premiers mois de vie du nourrisson que leur croissance est la plus forte et que les séquelles sont souvent irréversibles.

Les lésions profondes peuvent n’apparaître que quelques mois après la naissance, leur taille et la vascularisation de l’hémangiome augmentent rapidement, atteignant souvent un pic à l’âge de 1 an. Les parents ont alors un sentiment de perte de temps et de gâchis. Perte de temps médical précieux pour l’enfant et gâchis dans la relation parents/enfant alors focalisée sur l’évolution de la tâche et l’inquiétude croissante.

12% des hémangiomes infantiles sont significativement complexes et requièrent l’avis d’un spécialiste, de manière précoce, pour envisager une prise en charge rapide pendant la phase de croissance de la tumeur.

Les lésions peuvent saigner ou s’ulcérer suite à de légers traumatismes et faire souffrir l’enfant. Les hémangiomes infantiles, selon leur localisation, peuvent aller jusqu’à perturber certaines fonctions : la vision, la respiration, la miction ou la défécation. L’hémangiome périorbitaire est à considérer comme une urgence afin d’éviter des séquelles visuelles irréversibles. De même, certains hémangiomes notamment lombosacrés peuvent évoquer la présence d’anomalies neurologiques ou génito-urinaires sous-jacentes.
Il est primordial d’apporter aux parents des informations justes et vérifiées, accessibles facilement afin de les sensibiliser sur l’importance d’un diagnostic expert réalisé précocement.

Crédit photos :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

DINARD, Sciences

Dinard : Lancement d’un programme inédit d’exploration et de séquençage du génome marin

Découvrir l'article

BREST, Santé

La thermoablation des nodules thyroïdiens : une révolution médicale à Brest ?

Découvrir l'article

Santé

Santé. Anatomie de la douleur

Découvrir l'article

GUINGAMP, LANNION, Santé, ST-BRIEUC

Tiers mondisation de l’hôpital et de la santé. Une lettre ouverte aux élus du Trégor et aux candidats aux législatives 2024

Découvrir l'article

Santé

Santé. Les selfies vidéo bientôt transformés en dispositifs médicaux ?

Découvrir l'article

Santé

Votre santé, un trésor très convoité

Découvrir l'article

Santé

Santé. Un monde d’allergiques

Découvrir l'article

GUINGAMP, Santé

Hôpital de Guingamp : 1500 manifestants pour défendre le système de santé et la Sécurité sociale

Découvrir l'article

Santé

Santé. Pourquoi 60% des asthmatiques sont des femmes ?

Découvrir l'article

Santé

Santé. Les mécanismes de l’audition

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky