Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Communisme. 1063 prisonniers politiques à Cuba en fin 2023

Sur l’ensemble de l’année 2023, la liste des prisonniers politiques à Cuba s’est enrichie d’un total de 194 nouveaux prisonniers politiques, soit une moyenne de plus de 16 nouveaux prisonniers politiques par mois. Si Cuba a commencé le 1er janvier 2023 avec 1 057 prisonniers politiques, cela signifie qu’un total de 1 251 prisonniers politiques étaient sur la liste au cours de l’année, et que l’année 2023 se termine avec 1 063 prisonniers politiques, car 188 des 1 251 ont purgé l’intégralité de leurs condamnations au cours de l’année.

Si 2021 a été l’année de la prédominance de la violence et de la répression policière, et 2022 celle de la répression judiciaire en particulier2023 a été l’année du désespoir.

Désespoir pour les imprudents qui pensaient que le régime de La Havane allait devoir reculer, alors qu’il ne l’a jamais fait de toute son histoire, sauf en échange d’énormes bénéfices économiques en vendant des prisonniers politiques comme otages, dans le plus pur style des organisations terroristes.

Désespoir pour les familles des prisonniers politiques qui ont espéré, bien sûr, que la pression de l’étranger serait plus forte. Les actions internationales tièdes, voire inexistantes, menées en faveur des droits de l’homme à Cuba par les gouvernements démocratiques des principaux pays ayant une représentation diplomatique à La Havane, tels que l’Union européenne, le Canada et la Norvège, ont été une honte pour les Européens démocratiques et ont été accueillies avec mépris par le régime de La Havane. Le Vatican a essayé de faire quelque chose, mais cela a été insuffisant vu le manque de résultats.

Et le temps passe. Cela fait déjà deux ans et demi de prison pour les manifestants condamnés du 11J, et leurs familles continuent d’être déchirées par la douleur et la répression dont ils font l’objet alors qu’aucun gouvernement démocratique au monde, à l’exception de celui de Joe Biden, ne leur donne une réelle visibilité.

C’est le cas de Luis Frómeta Compte, un germano-cubain qui vivait en Allemagne depuis quatre décennies et qui a été arrêté et condamné à 15 ans de prison pour avoir filmé les manifestations en tant que spectateur, une peine qui, ajoutée à ses 61 ans, lui laisse peu de chances de quitter Cuba vivant, tandis que sa famille en Allemagne ne peut pas croire que les autorités de son pays ne fassent rien de vraiment énergique pour lui.

Bien que particulièrement triste, ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de la façon dont la politique étrangère européenne atteint de tels extrêmes d’hypocrisie qu’il n’est pas facile, en tant qu’Européens, d’être les chroniqueurs de ses impardonnables bévues dans des pays tels que Cuba.

Prisonniers politiques vérifiés à Cuba en décembre dernier

Avec une clôture des données au 31 décembre 2023, la liste des prisonniers politiques à Cuba contient un total de 1 063 prisonniers politiques et prisonniers d’opinion subissant des condamnations judiciaires ou des dispositions limitant leur liberté par les parquets sans aucun contrôle judiciaire, procédure régulière ou défense effective, en violation flagrante du droit international, une liste que nous rendons publique chaque mois et que nous distribuons à tous les cercles politiques, diplomatiques et de défense des droits de l’homme. Au cours des 12 derniers mois,  194 nouveaux prisonniers politiques de plus; soit plus de 16 nouveaux prisonniers politiques par mois, ont été ajoutés.

Cinq nouveaux prisonniers politiques ont rejoint la liste en décembre. Et 4 prisonniers politiques ont été libérés de la liste ce mois-ci après avoir purgé la totalité de leur peine ou de la mesure imposée.

Sur les 1 063 prisonniers politiques :

  • Les prisonniers qui, en tant que détenus mineurs, restent sur la liste sont 31 hommes et 3 femmes, soit un total de 34 mineurs. Vingt-huit d’entre eux purgent toujours leur peine et six font toujours l’objet d’une procédure pénale. Dans un rapport à l’ONU, le régime a récemment reconnu la véracité de ces chiffres. Il convient toutefois de noter que le chiffre actuel ne tient pas compte de nombreux autres mineurs qui ont déjà quitté la liste parce qu’ils ont purgé l’intégralité de leur condamnation. Les mineurs à Cuba sont détenus dans des centres à caractère totalement pénitentiaire, de véritables prisons, appelées par euphémisme “écoles de formation intégrale“, mais qui ne dépendent pas du ministère de l’éducation, mais du ministère de l’intérieur. Comme l’a dénoncé le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies le 9 juin 2022 dans son rapport de conclusions, un minimum de 150 enfants de moins de 16 ans sont enfermés dans ces centres pénitentiaires avec cellules chaque année à Cuba. Le même Comité a également souligné qu’environ 260 enfants âgés de 16 et 17 ans sont privés de liberté dans des prisons conventionnelles chaque année à CubaAinsi, 410 mineurs sont emprisonnés chaque année à Cuba, comme le confirment les Nations Unies elles-mêmes.
  • 17 des mineurs susmentionnés sont poursuivis ou ont déjà été condamnés pour “sédition”. La peine moyenne de ces mineurs condamnés pour sédition est de 5 ans d’emprisonnement, une peine moyenne plus élevée que celle des adultes en prison politique avant le n°11J. La plupart d’entre eux sont actuellement assignés à résidence ou soumis à des travaux forcés sans internement.
  • Sur notre liste actuelle, 222 manifestants ont été accusés de sédition et au moins 207 ont déjà été condamnés à une peine moyenne de 10 ans d’emprisonnement chacun.
  • Le nombre de femmes détenues s’élève actuellement à 117 femmes (dont plusieurs femmes transgenres) qui sont toujours détenues en vertu de condamnations et d’opinions politiques et de conscience.
  • Toutes les femmes trans en prison de conscience ont été et sont incarcérées parmi les hommes, ce qui est également le cas des femmes trans ordinaires détenues, souffrant de situations, parmi les hommes, indescriptibles en raison de leur condition sexuelle.

La classification actuelle de les 1 063 prisonniers politiques vérifiés est la suivante :

  • 829 Incarcérés d’Opinion
  • 203 Condamnés d’Opinion
  • 31 cas d’Autres Prisonniers Politiques

Le rapport complet sur Cuba ici

Et dire que certains, y compris un conseiller municipal de Guingamp, voudraient importer le modèle cubain en Bretagne…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

GUINGAMP, Santé

Cuba : le Congrès espagnol condamne l’esclavage des missions médicales cubaines.

Découvrir l'article

GUINGAMP, International

Björn Söder : « L’UE doit cesser de financer les atrocités commises par le régime cubain »

Découvrir l'article

GUINGAMP

Des médecins de Cuba à Guingamp pour cacher le tiers monde médical ? En mars 2024, 1092 prisonniers politiques sont enfermés dans cette dictature communiste

Découvrir l'article

International

Lituanie : une proposition de loi pour criminaliser l’ancien Parti communiste

Découvrir l'article

GUINGAMP, Santé

Médecins cubains à l’hôpital de Guingamp. L’extrême gauche locale veut faire venir des représentants d’un Etat communiste ultra répressif

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Communisme. L’héritage de Lénine…

Découvrir l'article

A La Une, International

Carolina Barrero : « A Cuba, il n y a ni nourriture ni médicament, mais le régime construit des hôtels plutôt que des hôpitaux » [Interview]

Découvrir l'article

International

Massacre de Jazovka. Pourquoi la Croatie honore-t-elle les bourreaux communistes en même temps que les victimes ?

Découvrir l'article

A La Une

Nicolás Márquez : « Allende était un usurpateur du pouvoir qui a dû être déposé par la force parce qu’il était entouré de terroristes et d’agents étrangers » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

« Le mythe du Che a été la campagne de marketing la plus réussie des temps modernes » : Entretien avec María Werlau.

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky