Le site Breizatao.com déréférencé par Google après la condamnation de Boris Le Lay

breizatao

31/03/2017 – 05h45 Brest (Breizh-Info.com) – Le site Breizatao.com, animé par le blogueur breton Boris Le Lay, vient d’être purement et simplement déréférencé de Google.

La compagnie américaine a ainsi obéi à une injonction de Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, « en charge de la haine anti-LGBT » comme il le rajoute sur twitter et par ailleurs fervent soutien de Manuel Valls lors de la primaire de la gauche.

Cette demande, envoyée le 2 mars 2017 et validée le 28 mars 2017, fait suite à la condamnation en référé de Boris Le Lay en décembre 2016 suite à une plainte de M. Amine Ameloune. Ce dernier avait en effet été accusé, dans un article du site Breizatao, d’être le « financier occulte de l’imam Houdeyfa », de Brest.

L’avocat de M. Ameloune, Maître Fabien Lahaie (qui commence à être bien connu en Bretagne puisqu’il défend fréquemment dealers, trafiquants, et même un pirate somalien récemment) avait demandé la suppression pure et simple, non pas de l’article en question, mais du site Breizatao.com dans son intégralité.

Boris Le Lay avait donc été condamné à supprimer le site Breizatao.com (et à payer 150 € par jour de retard)  et à verser 2000 euros à M. Ameloune, pour « provocation à la haine raciale ».

C’est cette condamnation – survenant après plusieurs autres, notamment celle à de la prison ferme pour avoir écrit qu’il n y avait pas de celtes noirs –  qui a abouti à la demande de M. Clavreul de déréférencement du site ; « au terme des dispositions de l’article 6 de la loi du 21 juin 2004, les personnes morales qui assureront pour mise à disposition du public par des services de communication au public le stockage de données de toute nature fournies par des destinataires de ces services doivent concourir à la lutte contre la diffusion des infractions visées notamment à l’article 24 de la loi de juillet 1981 sur la liberté de la presse » explique ce dernier avant de « solliciter » le déréférencement du site dans son intégralité – et non pas uniquement des articles concernés, ce qui a interpellé plusieurs avocats à qui nous avons soumis l’affaire.

La rédaction de Breizatao a rédigé un article suite à cette annonce, dans laquelle il est écrit que « le gouvernement français étudiait en novembre le « déréférencement » de notre site. Dans le but affiché d’empêcher le public d’y accéder. Le même gouvernement qui accuse la Russie d’entraver la liberté d’informer» avant d’ajouter « les coups portés aux salafistes de Brest et à leur réseau financier – dont les noms ont toujours été couverts par Le Télégramme – pose un problème politique éminent à la clique socialiste brestoise. »

Actuellement, le blocage de sites Internet n’est possible légalement que pour le terrorisme ainsi que la pédopornographie. Cette demande de déréférencement intégral émanant du gouvernement français – sans doute une première concernant un blog politique – a pour but de réduire le lectorat fréquentant le site, qui existe toujours dans les faits.

Elle laisse également augurer, dans les années à venir, une possible guerre menée aux sites que les gouvernants auront jugés comme étant des sites de « désinformation »… de là à la mise en place d’une censure systématique (et mondiale), il n y a qu’un pas…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Jakez Gwillou

    La liberté d’expression est à présent attaquée sur les derniers espaces d’informations non encore totalement inféodés au système ploutocratique et mondialiste. Il fallait s’y attendre, surtout de la part d’un Etat dit « français » qui, depuis sa sanguinaire révolution de 1789, s’est ingénié à prodiguer des principes abstraits et démagogiques, pour réaliser le plan messianique d’une « République universelle ». D’où la nécessité de bâillonner tout opposant au délire jacobin dont Boris Le Lay est un des représentants les plus talentueux et féconds sur le Web.
    Désolé pour l' »Etat parisien », mais il s’agit-là d’une mesure bien tardive. Car les Bretons et autres, qui lisent et relisent la prose du site BREIZ ATAO depuis sept ans, sont désormais vaccinés contre le verbiage « républicain ». Et, non récupérables par le Système. Nul doute, qu’ils se feront fort d’assurer la publicité de ces écrits « non politiquement corrects » auprès de leurs compatriotes qui ont horreur des interdits, d’où qu’ils viennent.
    Cette fois encore, l’Etat jacobin a montré ce qu’il fallait penser de ses » valeurs républicaines », qui n’auraient jamais du franchir le seuil des cénacles obscurs.

    • Jean-Marie Perrot

      Bien parlé ! J’aurai pas dit mieux ! Cette petite ripoublique bannanière est en fin de vie et comme tout animal blessé, elle va s’attaquer par tous les moyens à ses vrais adversaires… Attention quand-même ce vrai fascisme est toujours plus dangereux quand il est poussé dans ces derniers retranchements…

    • Nomizoé

      Le fond du problème n’est pas la liberté d’expression, mais plus spécifiquement la résistance au Grand Remplacement. Si le gouvernement veut se maintenir au pouvoir et continuer la politique du Grand Remplacement, il est bien obligé de faire taire les contestataires. Ça passe par le contrôle des télés et journaux, et par l’intimidation judiciaire sur internet. Mais il y a un problème pour faire taire les contestataires qui se trouvent dans d’autres pays. C’est là que Google apporte son aide.

      La persécution des anti-remplacistes n’est pas un problème français, ni un problème d’état jacobin ou de valeurs républicaines. Il y a exactement le même problème dans tous les pays occidentaux. L’ONU aussi fait pression sur les gouvernements occidentaux pour qu’ils fassent fermer les sites anti-remplacistes. L’Union Européenne et le Conseil de l’Europe poussent sûrement dans le même sens.

      Gilles Clavreul dirige la DILCRA, une organisation gouvernementale anti-blanche spécialement conçue pour lui. On notera que ça sonne pareil que LICRA. L’idéologie est la même: antiraciste (c’est à dire anti-blanche) et anti-antisémite (c’est à dire pro-juive). Pour en savoir plus sur Clavreul et la DILCRA, on peut aller sur le site Égalité et Réconciliation. Pour en savoir plus sur la LICRA, il faut lire le livre d’Anne Kling, la France LICRAtisée (pdf disponible sur internet).

      Il faut se renseigner un minimum sur la LICRA, la DILCRA, le CRIF, etc, car on retrouve leur prose dans les lois liberticides françaises, dans les réunions socialistes ou macronistes, dans les documents de l’Union Européenne, dans les recommandations de l’ONU, etc.

  • Piero

    Ah démocratie chérie…

  • alaintassin

    Il n’u aurait jamais dû avoir un procès et aucun juge n’aurait dû accepter de s’occuper d’une affaire de ce genre demandée par des…………….

  • Ludo22

    « Elle laisse également augurer, dans les années à venir, une possible
    guerre menée aux sites que les gouvernants auront jugés comme étant des
    sites de « désinformation » Sans déconnex :D

    Cela fait déjà un certain temps que la guerre est déclarée.
    A ces attaques en règle digne du gouvernement communiste chinois répondons en adoptant un comportement de résistants Chinois:

    Les atteintes à la libre expression ont déjà conduit de nombreux sites à s’ expatrier: Minurne, FDesouche, Résistance Laïque etc. Leurs pays d’ accueil sont variés: Russie, Inde, Suisse, Nouvelle Zélande, Samoas…
    Être prêt en permanence à l’ expatriation d’ urgence (back up) doit être un soucis constant pour tout site appartenant à l’ opposition. Un article gênant vraiment le gouvernement suffit à le fermer manu militari et sans mise en demeure préalable ni procès comme ce fut le cas de Minurne en décembre 2014:
    https://fr.sputniknews.com/actualite/201412211022993386-france-le-site-minurne-flingue-pour-ses-revelations/

    Les « DNS menteurs » ont été imposés à nos FAI sous l’ ère Sarkozy. Un procédé appliqué sur simple injonction administrative pour faire disparaître des sites de l’ écran des radars: « Time out », « Le site demandé est en dérangement ou n’ existe pas ».
    Utiliser « DNSJUMPER » permet facilement de contourner ce filtrage en utilisant des traducteurs DNS situés à l’ étranger en lieu et place des adresses DNS fliquées de votre FAI.

    Google donne des résultats de recherches volontairement incomplets, preuve par la DILCRAH à l’ appui.
    Mais Google, qui filtre, traque, ne respecte pas la vie privée, fouille vos « cookies » pour vous inonder de pub « ciblée », garde vos informations de connexions et de recherche n’ est heureusement pas le seul moteur de recherche sur le marché: ixquick, Lycos, Duckduckgo ne fliquent pas. Il y en a d’ autres, cryptés pour encore plus de confidentialité.

    Ils ne gagneront pas la guerre du WEB !

  • Ludo22

    Breizatao n’ apparaît plus sur Gogole. C’ est bête hein ? Même si on pouvait ne pas aimer, sa disparition doit interpeler. A QUI LE TOUR ?

    Punir Gogole pour sa connivence avec l’ état français en lui faisant perdre des clients, donc du FRIC, est à la portée de tous: utiliser un métamoteur de recherche.

    Rien de plus simple, recherchez « ixquick », connectez-vous sur sa page « Startpage par ixquick », Cliquez sur « Ajouter à » pour installer le pluging correspondant à votre navigateur par défaut.

    Éventuellement faites en votre page de démarrage, mais ce n’ est pas obligatoire.
    Cerise sur le gâteau, vous ne serez plus ni « logé » ni traqué ni les informations vous concernant ne seront stockées.

    Adieu Gogole ;) Les réponses à vos recherches vous seront fournies tout ce qu’ il y a de plus légalement par All the Web, LookSmart, La Toile du Québec, Lycos.fr et aussi Ask Jeeves, Espotting et FindWhat.
    En bonus, vous pourrez retrouver des sites « perdus » qui pourtant vous tenaient à cœur…

  • Djamel Ikhelef

    j ai aussi signalé se site pour incitation a la haine ,que cela vous deplaise ,ses honteux de faire de la désinformation ,bien fais pour les fachos et je suis heureux de la fermeture du site

    • guylaine

      Ce site aurait pu vous apprendre à écrire correctement le français !!
      C’EST honteux !
      Bien FAIT !
      Les fascistes ne sont pas ceux que vous pensez !

    • Ludo22

      Ne rêvez pas Djamel, il n’ est pas fermé car ce serait contraire à la loi: « seuls peuvent être fermés par la justice les sites terroristes ou pédophiles ».
      Il est juste déréférencé chez Gogole. Cela signifie qu’ il apparaît toujours partout ailleurs:
      http://breizatao.com/
      Et puis, critiquer l’ islam et toutes les religions est une liberté inscrite dans la constitution et une aide apportée à leurs victimes dont vous faites peut-être partie.
      Le délit de blasphème a été supprimé CHEZ NOUS.
      « Pas de charia dans nos quartiers, pas de quartier pour la charia » :-D

  • Ludo22

    Heureusement ! C’ est ce que j’ expliquais à « mon frère » Djamel Ikhelef plus bas, lui qui se félicitait d’ avoir participé à la « fermeture » de Breizatao, site fasciste (car n’ aimant pas l’ islam).

  • David Torondel

    La liberté d’expression a une limite : le respect de la loi.
    Ce n’est pas atteindre à la liberté d’expression que de réclamer à un auteur de respecter la loi en terme d’incitation à la haine raciale, de discrimination, etc.
    C’est sur ces accusations que l’auteur a été condamné, contrairement à ce qui est laissé croire.

    A titre perso je ne suis pas pour une fermeture du site breizatao, ni pour son déréférencement. Mais je suis pour qu’il respecte la loi, ce qu’il ne fait pas. Quand son auteur publie des articles diffamatoires sur des particuliers, se permet des propos orduriers sur des personnes, tient des propos incitant à la haine raciale, il est hors-la-loi. Le minimum est de demander à ce respect de la loi, et au retrait des contenus en question.

    Il est inacceptable que des sites « anti-flics » diffusent des menaces sur ces derniers, et qu’il ne soit pas possible de supprimer ces contenus illégaux, de par le fait qu’ils sont hébergés à l’étranger.
    Il est tout aussi inacceptable que le site breizatao se permette d’user des mêmes procédés, pour les mêmes raisons.

    • Ludo22

      « La liberté d’expression a une limite : le respect de la loi »

      Quand la loi est appliquée avec justice, aucun problème.
      Quand la loi est dévoyée par des juges pourris par leur idéologie elle n’ est plus à respecter mais à combattre.

      Il est de nos jours des condamnations qui valent des décorations.
      Et mort aux cons :-D

    • ludo22

      « Ce n’est pas atteindre à la liberté d’expression que de réclamer à un
      auteur de respecter la loi en terme d’incitation à la haine raciale »

      Je ne parle pas là de Breizatao que je ne consulte pas, je regarde les vidéos de Boris le Lay sur le tube.

      Lorsque toute critique envers l’ islam conduit devant les juges rouges du SM qui condamnent systématiquement au nom d’ une improbable « incitation à la haine », cela s’ appelle « Rétablissement du délit de blasphème ».

      Le Canard Enchaîné ( pour les caricatures), Yvan Rioufol (Le Figaro), Eric Zemmour, Renaud Camus (écrivain), Houellebecq (écrivain), G. Bensoussan (historien de l’ holocauste), Pierre Cassen (ancien CGT du livre, 42 procès), Chistine Tasin, Mohammed Pascal Hilout (apostat de l’ islam), Guy Sauvage, Pascal Bruckner, Caroline Almachère, Alain Jean Mairet (citoyen Suisse), Robert Ménard (Fondateur de Reporters sans frontières) etc. Tous accusés d’ avoir incité à la haine parce qu’ ils ont osé critiquer ce que d’ aucuns qualifient de religion: l’ islam

      Nous sommes bien en présence d’ un acharnement judiciaire mené par des organisations politiques de gauche ne vivant que de subventions, MRAP, SOS racisme, LICRA, LDH etc. financées pour donner la chasse aux seules critiques contre l’ islam et encaisser des dommages et intérêts substantiels.
      Le but de ces mascarades de procès est de tuer socialement et financièrement ceux qui rejettent l’ islam, pour eux-mêmes, pour leur pays.

      Respecter la loi, volontiers. Sauf lorsqu’ elle est instrumentalisée pour des procès de Moscou afin de donner la chasse, même en toute illégalité, comme l’ indique le « préfet » Clavreul aux « leader d’ opinion sur internet » ( https://www.youtube.com/watch?v=3CW2T98hrLs ). C’ est à dire contre toute critique de cette idéologie totalitaire, misogyne, ségrégationniste, expansionniste, génocidaire qu’ est l’ islam.

  • Alain

    C’est impressionnant.

    C’est le 2ème cas de censure majeure dans les médias en Bretagne.

    Le premier était le mensuel « Breton » qui avait fait sa « une » en titrant « 18% de Bretons favorable à l’indépendance »
    (Sur ordre du patron de Ouest-France, les exemplaires mis en kiosque le lundi étaient retirés le mardi puis remis en kiosque le jeudi avec une autre titre).
    Aujourd’hui, c’est Google dont on connait sa flexibilité légendaire pour obtenir le marché chinois.

    Je ne suis pas un fan de Breizh Atao, j’y vais que très rarement car je n’aime pas le « ton » de leurs articles qui gâche à mon avis une certaine qualité de l’information/débat. Pour moi, ce site a été déréférencé non pas pour les « propos » sur cette lamentable affaire du « celte noir » (je connais nombre de bretons qui en privé reconnaissent que la condamnation est une provocation institutionnelle et non une réponse à un propos raciste qui reste largement à définir, et cette perception touche même des membres de l’UDB ce qui laisse songeur…) mais bien pour le positionnement « INDEPENDANTISTE » très affirmé et agavé par un nombre de lecteurs impressionnants (plus que Breizh-info et loin devant ABP).

    A l’évidence, le pouvoir jacobin a bien plus peur de la Bretagne que les Bretons l’imaginent!
    Il est peut-être temps de prendre confiance en nous!

    • Armoric

      Vous avez tout faux. L’ennemi de la Bretagne n’est pas « le pouvoir jacobin », comme vous dites, mais le pouvoir remplaciste licrasseux. Il s’agit de remplacer les Bretons par des non-Européens. Ça ne vous gêne pas forcément, mais moi je ne vois pas comment on peut prétendre défendre l’identité bretonne tout en acceptant le remplacement racial.

      Si Boris Le Lay dénonçait uniquement la politique de francisation de la Bretagne sans critiquer le Grand Remplacement et ses promoteurs, il n’aurait pas eu d’ennuis.

      De nos jours, quand Paris s’oppose à l’identité de la Bretagne, ce n’est plus par une sorte d’impérialisme français, mais c’est simplement parce que la défense de l’identité européenne, qu’elle soit française, bretonne ou écossaise, risque de ralentir le Grand Remplacement.

      Vous citez le patron de Ouest-France. Je n’ai pas encore vu le numéro d’aujourd’hui, mais dans celui d’hier, par exemple, on trouve en 2ème page un article anti-hongrois qui présente Soros comme un milliardaire américano-hongrois qui défend la liberté contre le président Orban.

      Dans les dernières pages du numéro d’hier, on trouve aussi, par exemple, un petit article sur le livre de Valérie Igounet à propos des villes françaises qui ont un maire FN. Il se trouve que Valérie Igounet est une activiste spécialisée dans les poursuites judiciaires contre les révisionnistes comme Reynouard et Faurisson.

      C’est juste des exemples. Mais ne venez pas nous dire que Ouest-France est anti-breton par nationalisme français. Ouest-France est anti-européen, comme tout le reste de la presse.

      • Alain

        Je vois que vous êtes un bon vous….

        Donc le Patron de Ouest-France aurait retiré tous les exemplaires du magazine « Breton » non pas pour la « UNE » titrant « 18% de Bretons pour l’indépendance » mais parce qu’il est favorable au « Grand Remplacement »…. Ca fallait l’oser comme analyse..!!!

        Vous aimez Orban, ok…. même si vous partagez son discours vous croyez qu’ORBAN a besoin de votre soutien?

        Je suis sûr que vous faîtes parti de ces Bretons qui votent pour le FN… comme d’autres votes Socialistes français!
        Lui Orban, il ne vote pas pour un parti Autrichien….!

        Ouest-France, je n’achète pas ce torchon…. ni le Télégramme… Il y a bien mieux en Bretagne!
        Si les Bretons défendaient leur pays comme Orban défend le sien, je pense que Ouest-France aurait une ligne éditoriale bien déférente… Ouest-France est un journal colonial pour colonisé… c’est son unique rôle et cela fait la fortune de sa Direction! (Même si parfois, il semble y avoir un débat voir un conflit au sein de la rédaction)

        Même les Ecossais affirment ne pas vouloir plus d’immigration extra-européenne (article Breizh-info)… Et cela bien que le SNP soit Sociale-Démocrate, car c’est avant tout un parti nationaliste…
        Et oui, les Ecossais ils ne votent pas pour les Anglais comme leurs cousins bretons votent pour les Français! Ils savent dans quel pays ils habitent et ce que signifie vraiment le mot « nationaliste »!

        Quand à le Lay, sa priorité éditoriale n’est pas le « Grand Remplacement » mais bien le retour à la Souveraineté Bretonne….. Déjà parce que nous sommes un pays indépendant mais aussi pour se protéger de votre voisin français et de son Etat-Nation qui est vraiment l’unique pays d’Europe a véritablement souhaiter une démarche politique de « Grand Remplacement » du simple fait qu’il ne reconnait aucune nation historique, ni bretonne, ni française…! Une France qui pour ne pas « perdre » sa colonie bretonne souhaite accélérer l’évolution de la nature de la population, le taux d’immigration étant en Bretagne bien inférieur à la France.

        Donc, c’est bien la problématique de l’ Indépendance qui pose problème… le reste, ce n’est que de l’habillage!

        Donc, si je puis me permettre : Occupez-vous un peu moins d’Orban et plus de votre pays la Bretagne…! En clair, faites comme Orban… et nos cousins Écossais!