09/12/2013 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) –  Le nombre de cambriolages visant des pharmacies explose en Bretagne depuis le début de l’année. Une situation suffisamment alarmante pour que la gendarmerie attire l’attention des pharmaciens sur les précautions à prendre.
Depuis le début de l’année, 41 cambriolages de pharmacies ont été commis en Loire-Atlantique, soit plus du double qu’en 2012. Ce phénomène touche toute la Bretagne. Dans le Finistère, une officine a ainsi été cambriolée à Rosporden fin novembre, une autre à Melgven (29) dans la nuit du 3 au 4 décembre. Des pharmacies ont aussi été visées à Pont-Aven, Concarneau et Tregunc.
Début novembre, en Loire-Atlantique, les cambrioleurs sont entrés par effraction dans les pharmacies de Saint-Molf et d’Herbignac pour s’emparer du tiroir-caisse. Le 24 du même mois, c’est une pharmacie de Guérande, déjà cambriolée une fois, qui a été visitée.
A Corlay, dans les Côtes-d’Armor, les gendarmes ont interpellé un homme de 40 ans nouvellement arrivé dans le pays. Trahi par son ADN, il serait l’auteur présumé du cambriolage de la pharmacie du bourg.
Devant cette recrudescence inquiétante, la gendarmerie nationale « attire donc l’attention des pharmaciens, et rappelle plus particulièrement l’importance de mettre en œuvre des mesures de protection active et passive : alarmes, vidéo-protection, laisser les tiroirs-caisses ouverts et vides, ne pas garder de sommes trop importantes dans les coffres ». Appelant « à la vigilance les citoyens qui pourraient être témoins de faits suspect » elle leur demande de ne pas hésiter à contacter leur brigade de gendarmerie la plus proche, « ou plus simplement à composer le 17 ! ».
Lors de la présentation de son «plan national de lutte contre les cambriolages et les vols à main armée», le 25 septembre dernier, Manuel Valls avait rappelé que 352.600 cambriolages et 5321 vols à main armée (VMA) ont été recensés rien qu’en 2012. «La hausse cumulée (des cambriolages) de 2008 à 2012 atteint +18%, et même +44% pour les vols par effraction dans les résidences principales», avait tenu à souligner le ministre de l’Intérieur (Le Figaro, 25/09/13).
Son plan « anti-cambriolage » prévoit de « cibler les délinquants d’habitude et les filières structurées », d’ « occuper la voie publique », de « mieux protéger les commerçants les plus menacés » et enfin de « mettre en place des partenariats » notamment avec le secteur de la sécurité privée. Sera-t-il efficace ? Faute de moyens suffisants et surtout d’une réponse pénale appropriée – on sait que Madame Taubira  n’est pas du tout sur cette ligne – on peut malheureusement en douter.

Photo : Daniel Stockman/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.