09/02/2014 – 09H50 Rennes (Breizh-info.com) –  Voitures incendiées, vitrines brisées, jets de pavés et de projectiles divers : la capitale bretonne a connu samedi dans la soirée des scènes d’émeute provoquées par les militants « antifas » mobilisés à l’occasion de la tenue d’une réunion organisée par le Front national.

Comme on pouvait s’y attendre,  la réunion publique organisée hier salle de la Cité, afin de soutenir et de présenter Gérard de Mellon, tête de liste aux élections municipales sous l’étiquette Rennes Bleu Marine, aura été le prétexte pour les manifestants d’extrême gauche de manifester leur désir d’en découdre. Il est vrai que ceux-ci avaient été fortement encouragés par les appels à manifester lancés par les partis de gauche, les organisations syndicales et diverses associations. La municipalité socialiste, par la voix du PS d’Ille-et-Vilaine, avait justifié l’attribution de la salle en expliquant qu’ « une autre décision aurait permis au FN de se présenter en victime des règles qui président à la démocratie locale. Nous ne voulons pas leur faire ce cadeau». 300 policiers avaient été mobilisés.

Les premiers incidents sont survenus dès le début de la soirée rue de la Chalotais lorsque les manifestants d’extrême gauche, cagoulés et armés de barres de fer, qui voulaient se rendre au local du FN boulevard de la Liberté,  ont commencé à se heurter aux forces de l’ordre à coup de jets de pierres et de cocktails molotov, les policiers ripostant par des tirs de grenades lacrymogènes.

Les « antifas » se sont ensuite dirigés vers l’endroit où se tenait la réunion du FN, détruisant au passage des vitrines de banques et de commerces. Arrivés rue de l’Echange (!), ils se sont heurtés à un barrage de police, lançant sur les forces de l’ordre divers projectiles, ces dernières ripostant à l’aide d’un canon à eau. Un peu plus tard les CRS chargeront rue de Saint-Malo, où les manifestants mettront le feu à une voiture. Un peu plus loin, la vitrine du poste de police de la rue de Penhouët sera brisée et un cocktail mototov lancé à l’intérieur du bâtiment pour y mettre le feu. Quatre interpellations auraient été effectuées.

Quelles sont les motivations de ces  militants ? « Pour être efficace à long terme, peut-on lire dans Le Manifeste antifasciste européen, le combat antifasciste doit proposer une autre vision de la société, diamétralement opposée à celle proposée par l’extrême droite : C’est-à-dire, une société fondée sur la solidarité, la tolérance et la fraternité, le refus du machisme, le rejet de l’oppression des femmes et le respect du droit à la différence, l’internationalisme et la protection scrupuleuse de  la nature, la défense des valeurs humanistes et démocratiques.» Hier soir, dans les rues du centre de Rennes, la tolérance et la fraternité étaient donc à l’œuvre. Les « antifas » sont à l’évidence de grands humanistes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

16 Commentaires

  1. Plutôt « comique » !!……………tolérance, fraternité…….lorsque l’on voit la violence et les casses, rien d’attirant dans ces programmes et surtout leur application par les militants. en bref « faites comme je dis mais pas comme je fais »

  2. Fort heureusement les casseurs et bruleurs de voitures sont ils sont dans le camp du bien contre les fachos de l’axe du mal. Donc pas de séverité excessive, d’ailleurs comme le note France Inter, ce n’est qu’un simple chahut (sic)

  3. Les groupuscules d’extrême gauche qui veulent imposer leur pensée unique par la violence…
    Ils sont pitoyables dans leurs actions et très dangereux dans leurs actes !! Les groupuscules d’extrême droite ont été dissous et j’espère bien que ces groupuscules d’extrême gauche, tout aussi dangereux, le seront également après une énième démonstration de leurs « qualités » à s’exprimer…

  4. les milices son interdite en france
    encore une preuve de colaboration entre l’etat et cette milice
    la police de valSS protege cette milice

  5. quelques idées en vrac pour les patriotes :

    – le militantisme traditionnel est de plus en plus inefficace pour convaincre la population, pas la peine de perdre du temps et de l’argent…

    – l’extrême gauche bénéficie de relais important dans le monde associatif (et touche donc du monde sous le biais des loisirs, de la culture, quand les gens sont plus réceptifs) et dans les syndicats (ce qui permet d’avoir des heures de délégations pour que leurs militants fassent de la politique, déclenchent des grèves ou en empêches suivant les moments nécessaires pour eux, bénéficient de formation sur la communication, les tracts etc…) Les patriotes doivent investirent d’urgence ces vecteurs (les effectifs de « gauche » sont vieillissant et leurs « jeunes » préfèrent la violence antifa et laissent les places petit a petit, aux patriotes de les prendre..), idem pour les associations de consommateurs ou de parents d’élèves…

    – l’union des patriotes doit se faire à la base, par ville ou secteur, sans tenir compte des mouvements d’origine. Une première initiative a mener pourrait être l’inscription groupée de tous les patriotes d’une ville dans le même club de self défense par exemple, en y allant discrètement pour ne pas se griller…

  6. Les antifas sont les « tontons Makoutes » du ministre de l’intérieur. Ils attaquent en meute et harcèlent et frappent ceux dont la tête ne leur leur revient pas. Les CRS ont ordre de ne pas les importuner. Ce sont des « étudiants » fanatisés, qui ont une connaissance purement livresque du travail et de la misère. Ce sont souvent des « fils à papa » assez friqués, qui cherchent à se faire peur en « chassant » les skinheads (quand ils sont nettement moins nombreux qu’eux).

  7. Il ne faut pas tout confondre. Les antifa, effectivement, ont des valeurs de solidarités et humanistes, etc.. Par contre, Ils sont particulièrement vigilants face au fascisme et à l’extrême droite. Leurs actions sont, il est vrai, directes et radicales envers les fachos. Ce ne sont pas des sauvageon débiles comme vous semblez le dire, ni des fils à papa, ni des étudiants… Ils ne sont pas non plus du côté du gouvernement, puisqu’ils se situent dans une perspective révolutionnaire, donc non réformiste, anticapitaliste…
    Quant au cassage et autres dégradations: 2 choses:
    D’une, ce n’est pas le fait exclusif des antifa. pensez aux manifs pour tous, aux bonnets rouges, aux agriculteurs, aux hooligans…
    et de deux, dans les manifs, ceux qui dégradent le plus, ne font pas forcément parti de ceux/celles qui appellent à manifester. Il y a aussi des électrons libres. .

    • Carole vous plaisantez ?
      Comparer les « manifs pour tous » – où malgré des centaines de milliers de personnes mobilisées, pas une seule dégradation à déplorer – avec les rixes et les dégradations provoquées par quelques dizaines de casseurs « antifas », vous me semblez un poil partiale…

    • Intéressant il y a donc des électrons libres dans cette manifestation mais pourquoi y en aurait il pas eu aussi dans la manif pour tous ? en admettant qu’il y a eu des dégradation ce que je doute

  8. Ils sont bien violents ces « antifas »,plus sérieusement ce sont des groupes spécialement « brieffes »pour semer les troubles;et qui sont rétribués(doses quotidiennes)par des fonds « spéciaux »de l’état français;et surtout quand les ministeres sont investis par la gauche;car ce sont les pires de la fourberie,des vrais staliniens qui se revètent du beau manteau de démocrates,bien pensant et surtout universalistes!

Comments are closed.