A la rencontre des entrepreneurs bretons : Absolubio

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

15/02/2014 – 10H00 Rennes (Breizh-info.com) – Breizh-info continue sa série d’interviews et de reportages sur ces Bretons qui ont décidé de plonger dans l’aventure de la création et de la gestion d’entreprise artisanale. Rencontre aujourd’hui avec Véronique, qui réside près de Rennes et qui a monté sa SARL dans la cosmétique bio.

Breizh-info.com : pouvez-vous vous présenter et présenter votre parcours professionnel?

Véronique :  Je m’appelle Véronique, j’ai 33 ans. Après des études en business international à Rouen, je me suis retrouvée au chômage pendant un an. J’ai alors décidé de créer mon emploi pour pouvoir m’en sortir. J’ai ouvert en 2006 ma première entreprise, une agence de traduction, dans laquelle je travaille encore aujourd’hui. 
En mars 2013, j’ai créé ma deuxième société, Absolubio, dans laquelle je vends tout le nécessaire pour faire ses propres cosmétiques.

Breizh-info.com : Qu’est ce qui vous a poussé à monter votre propre entreprise ? Pourquoi avoir choisi le domaine du bio ?

Véronique : Je me suis toujours intéressée aux cosmétiques et j’avais un penchant pour le bio, pour le non testé sur les animaux. La cause animale a toujours été importante pour moi, même si je ne suis pas végétarienne.
En 2011, j’ai eu la chance de participer à un stage gratuit offert par la mairie de ma ville. Ce stage avait pour objet de créer des produits pour bébé. Ma fille avait 18 mois à l’époque et j’ai sauté sur l’occasion pour apprendre à faire des produits pour prendre soin d’elle. Ce stage de quelques heures a été une révélation. J’ai commencé à me documenter et de recherches en recherches, je me suis rendu compte qu’on pouvait tout faire soi-même !
La passion était née, j’ai remplacé tous les produits du commerce par mes propres créations : gels douche, shampooings, crèmes visage et corps, gommages, masques, maquillage …
Il est impossible de trouver le moindre produit cosmétique du commerce chez moi :)
Et puis, j’ai eu envie de vivre de ma passion. La vente de cosmétiques maison étant interdite, il m’a fallu trouver une alternative. J’ai donc décidé de vendre les ingrédients pour faire ses propres cosmétiques. Ca m’a pris quelques mois pour mûrir mon idée, trouver des fournisseurs et régler les démarches administratives.

Breizh-info.com : quel statut d’entreprise avez-vous choisi ? Avez-vous bénéficié d’aides, de conseils de la part d’organismes ou de l’Etat ?

Véronique : Bien aidée par ma première expérience de création d’entreprise, il a été plutôt facile pour moi de choisir le statut de SARL. C’est un statut qui permet au gérant de ne pas avoir de charges à payer tant qu’il n’y a pas de salaire. Le statut d’auto-entrepreneur est intéressant 2 ans mais passée cette période, les charges tombent et font très mal. En SARL, on paie les impôts sur les bénéfices (s’il y en a), la taxe foncière des entreprises et s’il n’y a pas de salaire, c’est tout ce qu’on a à payer.
Je n’ai bénéficié d’aucune aide. A vrai dire, je ne les ai pas demandées car qui dit aide, dit remboursement et il était impensable pour moi de commencer avec des dettes. J’ai donc emprunté de l’argent à mes proches pour pouvoir payer les démarches de création ainsi que les premiers achats de marchandises.

Breizh-info.com : Aujourd’hui, on trouve du « bio » partout. En parallèle, les scandales alimentaires ou concernant l’hygiène se multiplient. Comment le consommateur peut-il s’y retrouver ? Comment choisissez-vous les produits ?

Véronique : Il faut d’abord apprendre à décrypter les étiquettes. Les industriels nous vendent leurs produits miracles en vantant leurs mérites. Mais si on se penche sur la composition du produit, on comprend qu’ils ne cherchent pas à nous rendre plus beaux mais à vendre à tout prix, au coût de revient le plus bas pour un maximum de bénéfices, quitte à nous empoisonner. J’invite tous les lecteurs à regarder la composition de leur gel douche ou de leur crème visage et à l’analyser. Pour y voir plus clair, il faut se rendre sur le site La vérité sur les cosmétiques puis entrer les 3 premières lettres de chaque composant. Ceux-ci seront représentés par des smileys plus ou moins heureux et cela donne une idée bien précise de ce qu’on fait subir à notre peau.
Dans les cosmétiques du commerce (et bien sûr dans les cosmétiques hors de prix des grandes marques), on trouvera principalement du Sodium Laureth/Lauryl Sulfate qui est un tensio-actif extrêmement agressif et qu’on retrouve dans le liquide vaisselle par exemple. On trouvera aussi beaucoup d’huiles minérales (paraffinum liquidum entre autres) qui sont issues du pétrole. Tous ces ingrédients coûtent très peu cher mais sont terribles pour notre corps. Entre les perturbateurs endocriniens tels que les parabens, l’aluminium (fortement soupçonné d’être à l’origine de cancers et de la maladie d’Alzheimer), et les ingrédients agressifs, allergisants, irritants ou occlusifs, notre peau sature !

Sur le site Absolubio.fr, vous ne trouverez que des huiles végétales et des ingrédients naturels et sains. Pas de produit chimique, pas de produit nocif. Et bien entendu, aucun des ingrédients vendus n’est testé sur les animaux.
On peut aussi y trouver du linge de toilette en éponge de bambou. C’est une matière écologique d’une douceur exceptionnelle et très absorbante. Elle a une durée de vie bien supérieure à celle du coton et peut être lavée jusqu’à 300 fois sans la moindre détérioration.

Breizh-info.com :  Vivez-vous aujourd’hui de votre entreprise ? Quel est votre principal public ?

Véronique : Je ne vis pas encore de mon entreprise mais les résultats de la première année sont très encourageants. Mes clients sont de plus en plus nombreux. J’arrive à convertir des amis à se lancer dans la cosmétique maison. Ca n’est pas très compliqué si on suit bien les règles. D’ailleurs, le blog Absolubio vient de voir le jour. Vous y trouverez des recettes faites uniquement avec les ingrédients vendus dans la boutique et la marche à suivre pour la fabrication est bien détaillée.

Ma clientèle est surtout composée de femmes entre 25 et 40 ans. Ce sont des personnes actives qui faisaient déjà leurs cosmétiques mais je vois de plus en plus de clients (hommes et femmes) arriver et me poser des questions sur des recettes à réaliser très facilement. Je crois que les mentalités commencent à changer. Les gens ont envie de vivre et de consommer différemment. D’ailleurs, faire ses propres cosmétiques est très économique car le coût des ingrédients est faible. On peut faire une crème visage pour moins de 2 € alors que la même crème sera vendue 4 ou 5 fois ce prix dans le commerce.

Breizh-info.com :  quel message adresseriez-vous à de jeunes Bretons qui ont envie de se lancer dans le monde de l’entreprise ?

Véronique : Je dirais de ne surtout pas s’en faire un monde ! Créer une entreprise n’est pas une étape infranchissable. Les démarches ont été simplifiées, il m’a fallu moins d’une journée pour remplir les différents documents nécessaires à la création de l’entreprise et l’administration a traité mon dossier en 2 ou 3 jours.
Il faut bien penser son projet, bien réfléchir à ce qu’on veut faire, visiter le site de l’APCE qui regroupe toutes les informations nécessaires à la création d’entreprise et surtout qui donne les informations relatives aux différents statuts juridiques. Mais avant toute chose, il faut croire en soi !

Breizh-info.com : le mot de la fin ?
Véronique : Si créer vos cosmétiques vous intéresse mais que vous vous sentez perdu, n’hésitez pas à prendre contact avec moi, je vous guiderai avec plaisir.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

Articles liés

Le rapport de gestion : non obligatoire mais indispensable pour les PME

Depuis 2018, les PME en-dessous de certains seuils n'ont plus l'obligation de publier un rapport de gestion. Pour Claude Saunal, associé Absoluce, toutes les entreprises ont...

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...

Rennes : Un quartier pour islamistes radicalisées ouvert à la prison des femmes

La célèbre prison des femmes inaugurera prochainement un nouvel outil pénitentiaire : un quartier de prise en charge des femmes radicalisées (=islamistes). Le chantier débuté depuis...

Livre blanc de la sécurité : quand la Gauche rennaise veut plus de policiers !

C'était un engagement de la municipalité écolo-socialiste de Rennes : Les ateliers organisés au mois d'avril, qui ont réuni 130 habitants, et les résultats de l'enquête...