Alain Soral, « l’ennemi principal » de Manuel Valls, en conférence à Nantes

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

18/02/2014 – 08H00 Nantes (breizh-info.com) – Alain Soral, l’homme que Patrick Cohen n’invitera jamais à France Inter, l’inspirateur présumé de Dieudonné, faisait étape à Nantes samedi dernier pour animer une journée de réflexion et de rencontre. Thèmes choisis : «  Rumeurs et mensonges : l’image du catholicisme et de l’Islam détruite par les républicains » avec l’historienne Marion Sigaut et Aïssa Alaksa et « Comprendre l’antiracisme » avec Alain Soral et Matthias Cardet. Récit d’une journée avec le leader d’Egalité & Réconciliation, classé « ennemi principal » par Manuel Valls.

Malgré une absence totale de publicité – E&R joue manifestement dans la discrétion –  la journée s’est déroulée à guichets fermés : les organisateurs affirment avoir dû refuser 200 personnes. Le public ? Jeune, populaire et…« black, blanc, beur ». Très loin, donc, des stéréotypes habituels diffusés par le mainstream médiatique. Nombreux étaient d’ailleurs ceux qui venaient pour la première fois, sans doute attirés par le battage fait récemment autour de Dieudonné par le ministre de l’Intérieur.

Qu’avaient à dire les intervenants ? Marion Sigaut, catholique militante, formée par la Jeunesse Etudiante Chrétienne, longtemps proche du CCFD – Comité Catholique contre la Faim dans le Monde -, spécialiste du 18° siècle, a choisi d’aborder l’affaire du chevalier de La Barre pour illustrer comment se monte et se transmet une « désinformation malveillante pour nuire à l’église catholique ».

M. Sigaut rappelle qu’à la suite de la détérioration du monument, érigé à Abbeville en souvenir de ce personnage, Laurent Joffrin dans le Nouvel Observateur, la Libre Pensée et d’autres publications commirent alors des articles vengeurs. Pour eux il ne fait aucun doute que le chevalier de La Barre, défendu par Voltaire, a été victime de la haine de l’Eglise catholique. Il a subi de multiples tortures avant d’avoir la langue arrachée, le poignet coupé etc.

Pour la conférencière, ces dires  – dont l’origine remonte à un article de Voltaire dans le Dictionnaire Philosophique – sont contraires à la vérité historique. « En réalité, expose-t-elle, Voltaire, tenu au courant  dès le début de cette affaire, n’est intervenu la première fois qu’à la mi-juillet 1766, alors que le chevalier avait été exécuté le 1° juillet. Ce dernier n’a pas été victime directement de l’Eglise mais de juges royaux civils d’origine janséniste, anti-cléricaux. Au contraire, dans une homélie, dont ses adversaires ne citent qu’un passage tronqué, Mgr de la Motte avait réclamé la grâce du pécheur au nom de la miséricorde de la religion catholique ». Mais surtout, rappelle Marion Sigaut, « le chevalier de La Barre n’a jamais eu la langue arrachée, le poignet tranché etc. Pourtant, cela est devenu la « vérité officielle » telle qu’elle est diffusée sur le site pédagogique à l’usage des élèves de première. »

Traitant de l’islam, Aissa Alaksa commencera par rappeler que « le Coran enseigne de juger sur les les actes et n’appelle pas à la violence ». Regrettant qu’il y ait trop peu de pratiquants parmi  les 10% de Français musulmans, il demande de bien distinguer « entre les actes des  voyous de confession musulmane, qui sont répréhensibles et doivent être sanctionnés » et la communauté musulmane « qui n’en est pas responsable ».

Entreprenant de répondre aux arguments anti-musulmans de Christine Tasin, de Riposte Laïque, il citera plusieurs sourates du Coran. Il  appelle « ses frères musulmans » ayant choisi d’envoyer leurs enfants à l’école « de leur apprendre à respecter les enseignants, de se lever quand ils rentrent en classe ». Mais, ajoute-t-il, « cela ne doit pas les empêcher de militer et de soutenir ceux qui demandent le respect de leur foi comme Farida Belghoul ». Dénonçant « la destruction du Califat par l’Occident franc-maçon », il tend la main aux catholiques, « qui ont des valeurs communes avec l’Islam, pour permettre le vivre ensemble ».

L’après-midi, Alain Soral, ancien militant communiste passé par le Front national, et Matthias Cardet, d’origine camerounaise, auteur de  » L’effroyable imposture du RAP « ,  vont analyser en duo l’antiracisme institutionnel « comme outil de division des classes populaires, au service du monde de l’argent, pour les empêcher de se défendre contre leur véritable adversaire, l’oligarchie financière mondialiste ».

Soral  commence par rappeler l’origine de cette innovation qui est due, selon lui, à François. Mitterrand. En 1983,  lors du virage de la rigueur « celui-ci décide alors de remplacer le combat pour l’égalité sociale par celui de la lutte contre le racisme. C’est la création de SOS Racisme et le soutien au Front National pour opposer les Français d’origine à ceux issus de l’immigration ». Depuis, estime le leader d’E&R, « tous les adversaires de cette démarche sont diabolisés et ostracisés en les accusant d’être racistes, fascistes, nazis,  sceau de l’infamie, qui permet de les exclure du débat démocratique et citoyen. Pour ce faire, dit-il, le PS, à l’origine de la manœuvre, a reçu l’appui du Parti Communiste épuré,  du NPA de Besancenot, du CRIF, etc. Pour compléter ce déracinement des classes populaires, ils utilisent le divertissement ».

C’est ainsi que, selon Matthias Cardet, « le RAP  reprend tout le catéchisme de SOS Racisme sur la repentance, le discours victimaire, … ». Il en est de même, selon lui, « des humoristes du système comme Nicolas Bedos ou Stéphane Guillon (…) Le but final est de faire du peuple  des consommateurs abrutis, immoraux ».

Alain Soral ajoute qu’une nouvelle étape, « ouvertement sataniste », est en cours, avec l’instauration de l’idéologie du genre. « Pour briser toute résistance, il s’attaque aux enfants dès leur plus jeune âge ».

Cependant, estime-t-il, cela est en train d’échouer : « l’ennemi va tellement loin qu’il crée l’union sacrée. Les mobilisations massives, depuis l’automne 2012, montrent qu’il n’y a pas de fatalité. Des élites apparaissent dans les quartiers, libérées de cette mainmise. Chacun, sans renier sa spécificité, voit qu’il a tout à perdre dans cette opposition factice des religions ou des origines. »

Après avoir incité  à « fermer sa télévision », avoir rappelé « qu’il ne dépendait de personne et ne demandait rien, expliqué qu’en créant des SEL et en faisant de la formation professionnelle il préparait l’avenir », Alain Soral conclura  que « personnellement il se revendiquait comme patriote français jusqu’à la mort ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

9 Commentaires

  1. Je n’en reviens pas!
    Je viens de lire un article sur Soral sans parti pris, sans amalgame volontaire et malhonnête.
    Je pensais que ce genre de journaliste avait disparu du monde médiatique.
    Franchement bravo, très bon travail.
    Vous faites remonter le niveau.
    Je repasserai vous lire plus souvent

  2. En notre temps très “Causeur”, encore du VRAI journalisme ?! Qui ne craint pas de souffler (mots et maux) sur les Breizh ?!
    Bravo ! Je reviendrai sur votre site !

  3. Je rejoins les posts précédents… Un article qui se fait le compte-rendu d’une conférence sans à-priori, parlant de Soral, je n’ai pas l’habitude, mais ça fait du bien ! Un bravo sincère aux journalistes derrière ce texte.

  4. Un article neutre et sain ! Le journaliste expose les fait et n’en retire aucun conclusion et laisse le lecteur juger par lui même. Faire appel à l’intelligence des lecteurs n’est pas si compliquer . Si la press et la e-press faisaient un travail d’autocritique en cherchant la cause des causes de leur problèmes financiers je pense que la solution serait simple …

  5. un grand merci pour cet article qui nous donne de l’espoir. L’espoir que non, le journalisme n’est pas complétement corrompu, vendu aux politiques et fervent défenseur de la pensée unique. Pour cela un grand merci et un grand bravo.

  6. Où se cache le loup? Dites-le vite car je crains le pire. Est-ce une imitation plus vraie que nature de ce que doit être un journaliste ou nous sommes face à E.T. (vous savez: maizon, maizon…) C’est à dire qu’il a compris l’essentiel et il en fait reportage sans prendre parti et sans édulcorer. C’est inouï! Moi qui m’était promis 200 coups de fouet s’il m’arrivait de lire un article honnête sur Soral et cie. dans la presse normaaale de cette pérublique, je crois que je suis bon… Passe-moi le knout!

  7. Voilà un travail propre et sain, sans manipulation. Merci !!!
    C’est tout ce que l’on demande du journalisme : de l’information neutre, factuelle et bien rédigée.
    Car il me semble que c’est ainsi, que le citoyen lambda que je suis, peut se faire une opinion, comprendre,
    être d’accord ou non, mais sans avoir ce sale sentiment d’être manipulé.
    Le travail du vrai journaliste indépendant permet ainsi de contribuer à la saine curiosité de la population, sur
    divers sujets autres que les bouses télévisuelles, radiophoniques ou écrites que l’on cherchent par tous les moyens
    à nous faire ingurgiter afin d’obtenir  » un peuple  » inoffensif, lâche et assisté. Chapeau Messieurs, vous me faites du
    bien.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient prêts à l’affronter sereinement. Si...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les mêmes », déclare le directeur...

Pass sanitaire : un combat fait pour durer

A la une de cette édition, les vaccins proposés en France ne sont pas halal ! Un fait qui pourrait peser en faveur des...

Stéphane Edouard : « J’ai regardé (attentivement) l’allocution de Macron, et j’ai un mauvais pressentiment »

Stéphane Edouard : « J'ai regardé (attentivement) l'allocution de Macron, et j'ai un mauvais pressentiment » https://www.youtube.com/watch?v=9NePuN28dD0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...