Nantes. Les Bonnets Rouges rejoindront la manifestation du 19 avril

A LA UNE

10-03-2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – Lors des Etats-généraux des Bonnets rouges et du collectif « Vivre, décider et travailler au pays » qui se sont tenus au parc des expositions de Morlaix samedi, les responsables ont annoncé la participation de ce mouvement à la grande manifestation pour la réunification bretonne, qui aura lieu le samedi 19 avril, à 15h, à Nantes.

Parmi les onze revendications énoncées par le collectif lors de la journée de samedi à Morlaix, figurait en effet la volonté d’une Bretagne forte à cinq départements, avec relocalisation des décisions politiques.
C’est donc tout naturellement que des milliers de Bonnets rouges se sont donnés rendez-vous dans la capitale historique de la Bretagne mi-avril, pour une manifestation qui pourrait marquer le début du « Printemps Breton », révolte appelée de tous ses voeux par Thierry Merret lors de sa prise de parole samedi à Langolvas.

La perspective de voir la Bretagne se lever et se révolter , pour sa réunification dans un premier temps, pour plus d’autonomie politique et pour un vrai changement dans un second temps à de quoi inquiéter les pouvoirs centraux parisiens : plus hétéroclites, plus déterminés que jamais, les comités de Bonnets rouges et tous leurs soutien semblent en effet unis, au delà des divergences politiques, syndicales, économiques ou corporatistes, tous ensemble pour une seule chose : le renouveau de la Bretagne.

De quoi réjouir profondément les « anciens » du mouvement Breton, cet « Emsav » qui, depuis des dizaines d’années, peine à avoir une quelconque influence politique : « C’est une seconde jeunesse, je n’ai jamais vu ça avant. Nous sommes plein d’espoir. Peut être n’avons nous jamais été aussi prêt de ce vieux rêve que nous autres, autonomistes Bretons, appelons sans succès de nos voeux depuis des décennies » confie un ancien FLB (Front de Libération de la Bretagne) croisé au détour d’une conversation à Morlaix ce samedi.

Alors qu’il est arrivé par le passé que les manifestations et les revendications bretonnes soient contrôlées et chapeautées essentiellement par des associations ou partis de gauche , provoquant de facto une fracture et des divergences empêchant tout impact politique conséquent en Bretagne, il semble que la vieille devise bretonne « Na Gwen, Na Ruzh, Breizad Hepken » (Ni blanc, ni rouge, Breton d’abord) soit en passe de retrouver avec les Bonnets rouges toutes ses lettres de noblesse. Alors, demain un « Printemps Breton » ? Réponse le 19 avril, dans la cité des Ducs de Bretagne.

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass Sanitaire : l’overdose !

A la Une ce soir, la prolongation du pass-sanitaire discutée à l’Assemblée Nationale. Mardi soir, les opposants à la...

Immigration. 67% des Français inquiets d’un « grand remplacement » de population

Un sondage qui pourrait faire l'effet d'une bombe. 67% des Français se disent en effet inquiets d'un « grand...

3 Commentaires

  1. Manifestation du 19 avril à laquelle bien évidement l’extrême droite (identitaires, adsav, fn etc…) n’est pas conviée ! Bon nombre d’antifascistes seront là pour s’en assurer.

  2. Bonjour,

    Bravo à breizh-info.com pour l’information indépendante.

    Cependant, soyons réalistes, une région ne peut être indépendante qu’à condition de disposer d’une armée qui lui est totalement dévouée et fidèle, ce qui ne sera pas le cas de sitôt en Bretagne.

    Devant ce beau rêve de réunifier la Bretagne et de réinstaurer son indépendance par rapport à Paris, prenez garde à ne pas nous mettre entre les griffes de l’empire américano-bruxellois, qui ne manquera pas d’imposer ses conditions économiques et politiques à toute la Bretagne sans qu’on ne puisse rien faire contre. Les Euro-régions (cf. le travail de Pierre Hillard et de François Asselineau à ce sujet) ne sont qu’une vieille stratégie de l’UE pour affaiblir les états-nations, dernières institutions capables de s’opposer à la volonté impériale. La promotion de la réunification et de l’indépendance de la Bretagne font partie intégrante de cette stratégie.

    Vous avez aimé les OGM, le quotas et la fins des ports de pêche, les taxes, la concurrence sociale galopante de ces dernières années ? Alors vous allez adorer l’empire bruxellois, qui n’a plus rien à offrir à ses vassaux. Ne faisons pas comme ces Ukrainiens qui ont donné leur sang pour ce beau rêve de nation indépendante alors qu’ils ne sont que les pions manipulés des Russes et des Américains (et par extension des européens).

    Une seule solution pour la Bretagne réellement indépendante, si tel est l’objectif, faire bloc derrière nos nations armées dans un premier temps, puis œuvrer à l’indépendance de la Bretagne vis-à-vis de la nation Française ensuite. En tante que Nantais de naissance, ça n’est pas du tout mon projet, mais je respecte ceux qui le veulent.

  3. Nous vivons certainement un événement historique.
    Entre les Bonnets Rouges et la ZAD, depuis quand la Bretagne (et partout ailleurs en France), n’a pas connu de tels mouvements contestataires qui ne soient pas uniquement idéologiques? (désolé pour certains, je vois la MPF comme le mai 68 étudiant, ça parle d’idées et de valeurs, c’est très respectable mais ça ne suffit pas pour changer les choses). La manifestation du 19 avril se doit d’être un succès.
    Après les régionales de 2016, on peut être sûr que le statu quo du découpage sera révisé. Il faut que la Bretagne soit revendicative si elle veut espérer garder son nom sur les cartes. Nous sommes à la croisée des chemins.

    @Breizh Dieub
    Le rejet d’Adsav peut se discuter. Ils ont une légitimité idéologique mais le mouvement breton souffre déjà assez de son image « extrême-droite » depuis la dernière guerre; bien que cette image soit fausse, elle est manipulée par les ennemis de la Bretagne et peut être désastreuse.
    Faites le test: démontrer à un individu lambda que le gwenn ha du a pour modèle le drapeau US et grec, donc revendique avant tout la démocratie, si cette personne apprend que Marchal a collaboré avec les Nazis, c’est cette image qu’il retiendra. Inversement, il est utile d’utiliser la diabolisation Pétain.
    Je ne porte pas la Révolution dans mon coeur mais j’ai remarqué que face à un interlocuteur « république unie et indivisible » obtus, les arguments « emsav » classiques rencontrent peu de succès. Tout le monde n’est pas prêt. Le meilleur moyen de le convaincre qu’être militant breton n’est pas d’être antirépublicain primaire (les notions de « république » et de « démocratie » étant à tort intimement lié dans les esprits) mais seulement anti-jacobin, c’est de lui parler de Condorcet et des Girondins. Vous restez alors dans son schéma mental, il sera alors bien plus à l’écoute.
    La Bretagne est mourante. Elle ne peut pas se permettre le luxe de rentrer dans le petit jeu de la contre-culture.
    Les identitaires se revendiquent trop de la France (et ont aussi une image contre-productive).
    Le FN n’a RIEN à faire dans une telle manifestation. C’est un parti ouvertement anti-breton.
    SVP Breizh Dieub, si vos questionnements sont légitimes, ne vous laissez pas entrainer par la passion. Quand bien même cette manifestation ne répond pas à toutes vos sensibilités, soutenez-la sans condition!

    @Damien
    Sauf votre respect, vous faites des plans sur la comète.
    Quand la Bretagne disparaitra dans un Grand-Ouest, elle n’aura son mot à dire ni en France, ni en Europe.
    Entre la disparition de la Bretagne, de la France ou de l’UE, celle de la Bretagne est au jour d’aujourd’hui la plus probable, celle dont la programmation est planifiée depuis 1793.
    Une fois la Bretagne réunie, on pourra alors choisir pour la Bretagne et/ou la France et/ou l’Europe.
    A être frileux et suspicieux, on encourage le Grand-Ouest, ce qui ne laissera plus que le choix France et/ou Europe.
    Vos interrogations sont très intéressantes, mais ne perdez pas de vue qu’en ce moment, elles sont anti-bretonnes. Ce sont sur ces questions et peurs que s’appuient le jacobinisme pour survivre.
    SVP Damien, attendez au moins qu’une Bretagne réunie naisse dans la France de la Ve république avant de mettre en avant vos doutes. Que je partage en grande partie mais CE N’EST PAS LE MOMENT ;)

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés