20/09/2014 ‑ 18H00 Hennebont (Breizh-info.com) ‑ Le Monde a entrepris de recenser les députés de gauche qui n’ont pas soutenu Manuel Valls lors de votes importants : engagement de responsabilité du gouvernement (8 avril), programme de stabilité (29 avril), loi de finances rectificatives (1er juillet), loi de finances rectificatives de la sécurité sociale (8 juillet).

Un groupe de contestataires apparaît ; ils sont dix à s’être abstenu au moins trois fois sur ces quatre votes. Parmi eux un Breton : Philippe Noguès (PS), député d’Hennebont-Gourin.

Il appartient au groupe des « frondeurs » qui ont formé au sein du Parti socialiste une tendance appelé « Vive la gauche ». Sévère à l’égard du pouvoir, M. Noguès se dit « en désaccord profond avec la politique du gouvernement ». Il refuse de se positionner par rapport à Arnaud Montebourg. « Là n’est pas le sujet, dit-il, c’est plutôt lui qui nous soutient ». Philippe Noguès entend enraciner vive la gauche dans les départements. Il ne votera pas la défiance au gouvernement, mais s’abstiendra sur la politique économique où il estime que les socialistes « perdent leur âme ».

M. Noguès s’était déjà fait remarquer en lançant avec Ronan Dantec (EELV), sénateur de Loire-Atlantique, un appel visant à fusionner Bretagne à 4 départements et Pays de la Loire : « fusion des régions actuelles ou Assemblée de Bretagne ? Pour une Bretagne rassemblée, ayons l’ambition de la synthèse ! »

La Bretagne compte d’autres députés « frondeurs » mais qui n’apparaissent pas comme d’ardents supporteurs de M. Montebourg : Gilbert Le Bris, Michel Lesage, Viviane Le Dissez. Cette dernière résume bien leur dilemme : « C’est la cohérence du groupe PS qui prime. J’aimerai parfois que les choses se déroulent différemment, mais a-t-on vraiment le choix ? Notre marge de manoeuvre est très étroite, tant au niveau national qu’au niveau européen ».

Crédit Photo : wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.