Rennes. Un fraudeur clandestin soutenu par la gauche et la société Distripal

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

30/09/2014 – 18H00 Rennes (Breizh-info.com) – La société Distripal, basée à Crévin, au sud de Rennes, vient de mettre fin au contrat de travail de Joseph, un travailleur congolais . Ce dernier, embauché récemment par la société, est en effet sous le coup d’un arrêté d’expulsion , ce que ne savait pas la société Distripal lorsqu’elle l’a embauché. Cette dernière vient néanmoins de lui envoyer une promesse de réembauche pour l’aider dans sa démarche de régularisation. Il exerçait la profession de trieur réparateur de palettes – un poste prisé par de nombreux Bretons actuellement au chômage en Ille et Vilaine.

Pas de quoi émouvoir la gauche et certains syndicats. Le MRAP, la CGT et Solidaires exigent aujourd’hui sa régularisation, arguant justement du fait qu’il possédait un travail et que la société Distripal est prête à le réemployer. Contactés, les responsables de la société en question nous ont répondu ne pas avoir eu connaissance qu’il était en situation irrégulière. La préfecture de Rennes, elle, attend simplement une promesse d’embauche envoyée à la direction régionale du travail ainsi que la demande de visa du concerné, pour valider son titre de séjour.

De plus en plus nombreux en Bretagne, des travailleurs issus de pays africains rentrent ainsi directement en concurrence – bénéficiant de l’appui de grandes centrales syndicales comme la CGT – avec les travailleurs Bretons, dans une période où le chômage frappe plus de 200 000 personnes.

Georges Marchais – ce leader communiste qui défendait le travail pour les travailleurs français d’abord –  doit se retourner dans sa tombe …

 Photo : DR
[cc]
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

4 Commentaires

  1. Ils concourent dans le déshonneur à l’envahissement de la bretagne …hihi … bientot plus de bretons !!!!
    la roue tourne !!!!allez la cgt , vous avez dans le passé vendu votre ame au diable !!!!

  2. Le grand remplacement , grâce à nos élus , nos syndicats , nos associations etc .
    le grand cœur avec l’argent des contribuables

  3. Tous les patrons prétendent : « On ne savait pas qu’il était sans-papiers ! » Si on découvre le pot-aux-roses (et c’est rare), l’immigré est expulsé et le patron sort de l’affaire sans dommage. Parfois même, c’est des sous-traitants de l’Etat, des mairies etc… qui embauchent des sans-papiers. C’est une honte !
    Et puisque l’on mélange tout et que les politiques aiment créer la confusion pour régner, cela ravive les rancœurs contre les immigrés, cette fois dans les règles, qui travaillent pour l’économie de la France, qui font un travail que plus aucun français ne voudraient et qui paient leur impôts !

  4. Ce n’est quand même pas normal que l’administration utilise ses pouvoirs pour favoriser et protéger des gens qui sont rentrés sur le territoire breton de façon illégale. Si la loi ne s’applique plus alors pourquoi payer des impôts et pourquoi ne pas demander au percepteur un seconde chance quand on est pris ? Je doute fort que cela soit accordé au breton moyen …

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Rennes : des ateliers « vélos queers en non-mixité »

Alors que les sénateurs ont adopté en avril un « amendement UNEF » demandant la dissolution des associations organisant des « réunion non-mixtes » où sont généralement interdits...

Rennes : Un quartier pour islamistes radicalisées ouvert à la prison des femmes

La célèbre prison des femmes inaugurera prochainement un nouvel outil pénitentiaire : un quartier de prise en charge des femmes radicalisées (=islamistes). Le chantier débuté depuis...

Livre blanc de la sécurité : quand la Gauche rennaise veut plus de policiers !

C'était un engagement de la municipalité écolo-socialiste de Rennes : Les ateliers organisés au mois d'avril, qui ont réuni 130 habitants, et les résultats de l'enquête...

Amin et Ali, deux « prodiges de la République »

Le prodige Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté a lancé en décembre 2020, l'opération des « Prodiges de...