Rennes. Une votation sur les rythmes scolaires au choix (très) limité

A LA UNE

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

11/02/2015 – 08H00 Rennes (Breizh-info.com) ‑ Jusqu’au lundi 2 mars au soir, une « votation citoyenne » est mise en place à Rennes, à propos des rythmes scolaires. Cette « votation » a lieu dans la même perspective que la « charte rennaise de la démocratie locale » , rebaptisé ironiquement « charte de la poudre aux yeux » par ses détracteurs. Les 17 000 parents d’élèves des 81 écoles publiques concernées sont ainsi appelés à voter, par correspondance ou au moyen d’une urne installée dans chaque école, afin de définir quels rythmes scolaires seront appliqués à leurs enfants.

Pour les nombreux parents d’élèves opposés à la réforme des rythmes scolaires mise en place par le gouvernement à la rentrée 2013 – et qui impose le passage à 4 journées et demie dans les écoles primaires et maternelles – la déception est au rendez-vous : pas question en effet, pour la municipalité de Mme Appéré, d’accepter une fronde contre une décision du  gouvernement

Ainsi, cette votation offre en réalité quatre choix aux familles des enfants scolarisés (1 vote par parent, quel que soit le nombre d’enfants) :

Scénario A : mêmes horaires pour tous : 8h45 à 12h et 14h15 à 16h15. Le mercredi : 8h45 à 12h. Sortie anticipée le vendredi à 16h
Scénario B : pour les élémentaires : 8h45 à 12h et 14h15 à 16h15. Pour les maternelles : 8h45 à 11h45 et 14h à 16h15. Le mercredi : 8h45 à 11h45.
Scénario C : pour les maternelles : 8h45 à 11h45 et 13h45 à 16h. Pour les élémentaires : 8h45 à 12h et 14h à 16h. Mercredi pour tous : 8h45 à 11h45.
Scénario D : mêmes horaires pour tous : 8h45 à 12h et 14h à 16h. Mercredi 8h45 à 11h45

L’objet de cette votation consiste donc à faire varier, à quelques minutes près, les temps réservés pour les maternelles et pour les élémentaires, et l’amplitude de la pause du midi. Pas vraiment révolutionnaire quand on se souvient de la forte opposition d’une partie des familles au passage à 4 jours et demi.

Pas question pour les parents d’élèves d’émettre leurs propres propositions, y compris celles ayant recueilli un nombre de suffrages importants. Tout est parfaitement balisé. Comme le précise  la maire de Rennes dans son courrier aux parents, ces quatre scénarios ont été « façonnés à partir d’expérimentations menées dans les écoles depuis 2 ans, des avis exprimés lors des conseils d’école  ou comités de secteurs (avec les représentants de parents et de la communauté éducative, personnel municipal et de l’éducation nationale)« 

Les parents d’élèves partisans de la semaine de 4 jours, mais surtout d’un meilleur encadrement pour leurs enfants – désormais laissés aux mains d’animateurs et non plus de professeurs pendant certains temps d’école périscolaires (TAP) – doivent se tourner vers des écoles privées, qui n’ont pas pour l’instant – la réforme sera applicable pour elle à la rentrée 2017 – l’obligation de se conformer à la réforme de l’Education nationale. Aussi les parents d’élèves de ces écoles croisent les doigts, espérant voir la réforme effacée par un nouveau gouvernement après les élections de 2017.

« En attendant, comme à Rennes, les représentants du gouvernement et leurs alliés modifient en profondeur l’éducation de nos enfants, et réussissent en plus à se faire passer pour les défenseurs de la démocratie, c’est redoutable » explique Pascale, maman de deux enfants de 8 ans et 3 ans, qui a elle fait le choix de quitter son emploi à Rennes et son logement pour s’installer dans la campagne entre Rennes et St-Malo, « là où nous pouvons, mais pour combien de temps encore, vivre et décider selon nos convictions, loin de ce rouleau compresseur ». 

Cette  fuite forcée de certaines familles ne doit pas inquiéter plus que cela l’équipe municipale en place à Rennes, de nouveaux écoliers arrivant quotidiennement dans la capitale bretonne. Mme Appéré devrait ainsi, au soir du dépouillement du 4 mars prochain, se réjouir de ce grand moment de démocratie participative.

« Au pays des aveugles, les borgnes sont rois » se dit peut-être l’héritière d’Edmond Hervé.

Crédit photo : DR (école publique Jean Moulin, Rennes)
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Réglements de comptes à Nantes : un mineur enlevé à la Chapelle sur Erdre

Le 18 juin dernier, un mineur âgé de 17 ans a été enlevé vers 19 heures par quatre jeunes...

Florian Philippot revient sur le Covid, les régionales, le RN

L'ex numéro 2 du FN et président des Patriotes est revenu sur les élections régionales au micro de Boulevard...

Articles liés

Tennis. L’Open de Rennes revient en septembre 2021

En 2021, l'Open Blot Rennes de Tennis se déroulera en septembre et accueillera son nouveau directeur sportif : Nicolas MAHUT . L'Open Blot Rennes a...

Dans les prisons bretonnes : feu de matelas, séquestration, tentative d’évasion…

Il n'y a pas que les tournevis et les couteaux qui se radicalisent et qui s'en prennent aux civils ou aux policiers municipaux, généralement...

BFMTV en reportage à Rennes et sa municipalité qui bâche des écoles plutôt que d’appeler à neutraliser les dealers

Les trafics de stupéfiants s'insinuent parfois de manière inattendue dans la vie des quartiers. À Rennes par exemple, plutôt que d'appeler les pouvoirs publics à...

Rennes. Soupçonnés de violences aggravées, enlèvement et séquestration….ils sont laissés libres sous contrôle judiciaire

Les défenseurs de la magistrature française ont beau s'agiter dans tous les sens actuellement pour dénoncer « la démagogie » de ceux qui critiquent...