Sené. Le maire veut installer des immigrés dans l’agglomération vannetaise

luc_foucault

08/09/2015 – 08h00 Vannes (Breizh-info.com) – Luc Foucault, le maire chevènementiste de Sené (Morbihan), était présent à Vannes samedi à la manifestation en faveur de l’invasion migratoire qui a réuni une centaine de personnes. L’élu de cette commune de 9 000 habitants proche de Vannes a lancé un appel pour accueillir des clandestins dans l’agglomération.

« Chacune des 36 000 communes françaises peut apporter son aide, proposer des solutions, à la hauteur de ses moyens. On va interpeller, lundi, le président de Vannes Agglo sur ce sujet et voir si l’on ne peut pas ouvrir des logements d’urgence pour accueillir des migrants. » a-t- déclaré.

Ces déclarations vont à l’encontre des priorités qu’il avait énoncé lors des élections municipales de 2014, notamment « l’accueil d’une vingtaine d’entreprises dans la commune, d’offrir aux habitants de Sené un nouvel équipement ouvert aux familles, aux associations, aux évènements festifs »

Dans une commune où l’INSEE recensait un taux de pauvreté de 6,9 % en 2012 et un taux de chômage s’élevant à 11,64% (toujours en 2012) des 15 à 64 ans, les propos  du maire ne manqueront pas de susciter des réactions.

Lors des dernières élections départementales , la droite était majoritaire à Sené, et le Front national était arrivé en troisième position. Cette décision de M. Foucault pourrait à court terme lui coûter son siège de maire.

La gauche – qui s’appuie également sur des relais au sein de la droite et du centre – mène depuis plusieurs jours une offensive particulièrement violente visant à imposer et à faire imposer dans les communes et les collectivités l’accueil de clandestins et d’individus fraîchement arrivés en Europe. En Bretagne, cette campagne est appuyée médiatiquement par la presse locale, notamment par Le Télégramme et Ouest-France ; Jeanne-Françoise Hutin, l’épouse du patron du « premier quotidien de France » et présidente fondatrice des Maisons de l’Europe, était d’ailleurs à Vannes samedi pour appeler à l’invasion migratoire. « Pendant des années, il va falloir s’organiser pour que nos villes, nos quartiers puissent accueillir ceux qui ne peuvent plus vivre là où ils sont. » a-t-elle déclaré. Une position en décalage avec l’opinion, la majorité des Français étant, selon les sondages, hostiles à l’accueil de ces populations.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 réponses

  1. Si la France s’engage à accueillir un quota de 24.000 réfugiés légitimes (en renvoyant tous les autres, comme le président de la République l’a dit lors de sa conférence de presse), il serait logique de subdiviser ce nombre en quotas locaux. Problème : pour que chacune des 36.000 communes française participe, comme le veut M. Foucault, il faudrait couper les gens en morceaux, chaque commune recevant 0,66 réfugié. M. Foucault ferait mieux de réclamer un calcul des sous-quotas au prorata de la population communale. Il aurait droit alors d’installer 3,6 réfugiés à Sené. Ce n’est encore pas un nombre rond, mais on pourrait sûrement envisager une bourse d’échange pour les rompus.

  2. de pire en pire ce genre de personnage: destruction de sa langue et de sa foi maintenant ça destruction raciale

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !