18/11/2015 – 04H00 Pontivy (Breizh-info.com) –  « A ce jour aucune infraction à caractère raciste n’est remontée jusqu’à nous », a déclaré le préfet du Morbihan, Thomas Degos. Il faisait référence à la manifestation de Pontivy, organisé par le parti nationaliste breton Adsav , samedi dernier, contre l’invasion migratoire. M. Degos a par ailleurs confirmé que 5 plaintes pour violences avaient été déposées. Il y en aurait deux chez les manifestants et trois parmi les contre-manifestants ayant répond à l’appel, non déclaré, du NPA local. Une enquête estt en cours.

Les propos du représentant de l’État en Bretagne viennent confirmer notre article de dimanche indiquant qu’aucune agression raciste n’avait été commise à Pontivy samedi dernier. Les médias subventionnés s’en étaient pourtant donner à coeur joie, visiblement à la recherche d’une audience en berne :« Manifestation anti-étrangers à Pontivy : « Ils se sont défoulés sur un homme d’origine maghrébine »» titrait de façon racoleuse France Bleu, avant que la presse nationale dont aucun représentant n’était pourtant sur le terrain pour couvrir cette manifestation ne s’empare du sujet, reprenant les mêmes allégations que leurs confrères. « Un maghrébin tabassé lors d’une manifestation d’extrême droite » titrait le journaliste fantôme de Libération . Certains comme BFMTV ont d’ailleurs pris soin de modifier les titres de leurs articles, qui faisaient là aussi référence à une prétendue agression raciste.

En réalité, comme nous le rappelions dimanche, les incidents s’étant produits en début de manifestation ont été le fait d’une poignée de manifestants qui ont chargé des militants d’extrême-gauche et quelques jeunes du coin qui, voulant manifestement en découdre, les insultaient. Les forces de l’ordre, alors peu nombreuses sur place, n’avaient pu ni disperser la contre-manifestation non déclarée, ni s’interposer entre les deux groupes.

Faut-il rappeler les violences commises en marge de manifestations ou de rassemblement à caractère patriotique par l’extrême gauche ? A Rennes, à Brest, à Nantes, chaque rassemblement parfaitement déclarés, organisés, et démocratiques, du Front national ou de partis politiques comme Adsav occasionnent des tentatives d’exactions et des agressions de la part de groupes dont Marc Le Fur, tête de liste de la droite aux régionales, avait demandé la dissolution à l’Assemblée nationale.

De Marylise Lebranchu (PS), en passant par Nathalie Appéré (PS) ou SOS Racisme, ils ont été nombreux à s’indigner, à réclamer des sanctions pénales, le tout à partir d’une information fausse. Sans surprise, Edwy Plenel, le patron de Médiapart, y est allé aussi de son tweet, reprenant le hoax de France Bleu sans vérifier l’info. Une (mauvaise) habitude chez ce journaliste de propagande.

Depuis l’information révélée par le préfet du Morbihan, plus aucune réaction, silence radio. Les chiens aboient, la caravane passe …

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

3 Commentaires

Comments are closed.