19/11/2015 – 09H00 Lannion (Breizh-info.com) – Le quotidien subventionné Ouest-France livre ce mardi le compte rendu d’un débat entre élèves et professeurs de l’IUT journalisme de Lannion. Le sujet était bien entendu les attentats de Paris, et le traitement de l’information, pour ces étudiants en herbe.

On relèvera cette comparaison, particulièrement douteuse, faite  par Béatrice Damian-Gaillard, enseignante « chercheuse » : à la question d’une élève qui voyait dans les priorités du moment la question de savoir comment faire pour « que les musulmans ne se sentent pas stigmatisés »  (ndlr : comme si c’était le rôle d’un journaliste) , l’intégralité des terroristes étant de cette religion,  , l’enseignante répond,  « on ne vous demande pas de vous prononcer chaque fois que des catholiques intégristes font un mouvement anti-IVG » , avant de rappeler qu’il faut bien se renseigner sur les personnes à qui l’on donne ou pas la parole.

Outre le fait que Mme Damian-Gaillard a sans doute oublié de rappeler à ses élèves que l’intégralité des attentats terroristes ayant tué des centaines d’individus en France ces 20 dernières années ont été perpétrés par des individus de confession musulmane et pas du tout catholique (les anti-IVG n’ayant  tué personne en France durant ces mêmes années), le côté « militant » de la « chercheuse » est immédiatement repéré. Féministe assumée dans ses ouvrages, « ses recherches se développent sur trois axes -analyse des dispositifs d’organisation du travail des journalistes, socio-économie des médias et pluralisme de l’information, identités genrées et industries culturelles.»

pub_
De quoi permettre de s’interroger sur les contenus des écoles de journalisme en France et sur la formation de ces « petits soldats du journalisme » comme le titrait l’enquête de François Ruffin .
On ne s’étonnera pas dès lors, avec de tels professeurs « impartiaux », que  74% des journalistes français aient déclaré avoir voté François Hollande en 2012 (3% pour Marine Le Pen et 18% pour Sarkozy), ce qui ne laisse planer aucun doute sur l’ « objectivité » de la presse subventionnée en France.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

15 Commentaires

  1. Bonjour, je suis étudiant à Lannion et je pense fortement que vous vous interprétez mal hélas les propos de Madame Damian Gaillard. Meme si on est manipulé on nous a toujours appris a vérifier nos sources et non de divulguer n’importe quoi surtout quand on est pas présent.
    Sur ce bonne journée
    PS: Elle est vraiment chercheuse inutile de mettre des guillemets.
    Cordialement

  2. Bonsoir, je trouve que votre article est complètement déplacé car vous interprétez très mal les propos de Madame Damian Gaillard. Et remettre en question « les contenus des écoles de journalisme en France » quand on produit un article pourvu d’autant de non-sens, ce n’est vraiment pas sérieux. Quand je lis cela, je me dis qu’il n’y a certainement pas que les écoles de journalisme qui doivent se remettre en question. À bon entendeur. Sur ce bonne soirée.

    • Osez votre métier en pratique. Publiez-nous ici un article contradictoire basé sur du contenu et non sur des mots vides de sens. Vos 4 lignes = pas d’accord, c’était plus rapide en 2 mots.

  3. Le tragique de la situation, c’est que les étudiants qui croient apprendre un métier dans un établissement à vocation professionnelle apprennent en réalité à être en décalage avec leur lectorat potentiel (les profs sont des chercheurs ? Que ne sont-ils des trouveurs de lecteurs !). Résultat, les lecteurs vont lire ailleurs, la presse traditionnelle décline et une bonne partie des jeunes journalistes sont voués au chômage car leur formation est à côté de la plaque. Heureusement, je vois que certains d’entre eux vous lisent. Malheureusement, je vois aussi qu’ils n’en prennent pas toujours de la graine.

  4. Vous n’avez pas honte ?

    Vous, « journalistes » incitant à la haine. Depuis vendredi vous enchaînez (sans aucune décence ni respect pour les victimes) des articles servant vos propos réactionnaires et racistes. Vous incitez à effectuer un vrai travail de recherche mais quand vous dites que « l’intégralité des attentats terroristes ayant tué des centaines d’individus en France ces 20 dernières années ont été perpétrés par des individus de confession musulmane » vous oubliez dans un premier temps que ces individus ne sont PAS de confession musulmane mais se revendiquent comme tel. (comme le Ku Klux Klan qui se revendique catholique).
    Mais vous oubliez aussi de prendre ne serait-ce qu’une once de recul. Aucune réflexion sur le terme « terroristes » utilisé exclusivement lors d’attentats conduit par des maghrébins / alors que quand un homme blanc-catholiques commet les mêmes atrocités vous le qualifiez de « dégénéré » ?

    Aucune réflexion non plus sur l’impact de vos propos sur des milliers de jeunes gens de culture musulmane (ou tout simplement d’origine maghrébine) qui sont stigmatisés au QUOTIDIEN.
    Votre responsabilité en tant que journaliste c’est de réfléchir à l’impact de vos propos et de prôner le respect. Non pas d’alimenter la haine et le climat raciste déjà présent en France.
    C’est pourquoi je me permet de mettre des guillemets au terme « journaliste ». Je ne suis pas journaliste, je n’ai aucune formation dans ce sens et pourtant j’ai déjà plus de recul et de réflexion sur votre pratique journalistique.
    Vous devriez avoir honte.

  5. Bonjour,
    Je trouve pour ma part la comparaison plutôt intéressante, entre deux mouvements (très) conservateurs, qui tentent de se servir des médias pour diffuser leurs idéologies. Développer une réflexivité sur leurs stratégies de communication me semble être, pour les étudiants en journalisme, une compétence importante face à la « professionnalisation des sources », de façon à garder une autonomie journalistique et à ne pas se faire le relais des communicants de ces mouvements.
    Pour le reste, l’article ouvre un débat plus large. Est-ce que le fait d’avoir des convictions politiques conduit nécessairement à être un mauvais chercheur ? Pas sûr. Par exemple, en sociologie, Pierre Bourdieu était plutôt à gauche, Raymond Boudon plutôt à droite, et ils ont pourtant marqué pour chacun d’entre eux les sciences sociales. Leurs idées sont reprises bien au-delà d’un seul « camp » politique. Dans l’histoire du journalisme, Tom Wolfe ou Hunter S. Thompson ont aussi exprimé leurs idées politiques et pourtant ils ont réalisé des enquêtes remarquées et remarquables.
    Après, il est question des « contenus d’enseignement » dans les écoles de journalisme et du vote des journalistes. Je me demande s’il n’y a pas là des généralisations un peu hâtives ? Cette remarque de cette enseignante dans ce cours est significative de tous les cours dans toutes les écoles de journalisme ? Et ça confirmerait l’enquête de Ruffin ? Celui-ci, qui va plutôt dans le sens de la critique des « chiens de garde » (Nizan) et du Monde Diplo, explique plutôt que les écoles de journalisme ou au moins le CFJ, à l’époque où il y est passé (fin des années 1990), forment des professionnels qui se font les relais des patrons du grand capital, qui ne sont pas franchement tous de grands gauchistes. C’est l’inverse de votre conclusion.
    Quand bien même les enseignants des écoles de journalisme seraient de gauche (ce qui reste à démontrer), est-ce que cela suffirait à expliquer que les journalistes votent à gauche ? (C’est la rhétorique du Front national). Beaucoup d’enseignants seraient, je pense, heureux de savoir qu’ils ont un tel pouvoir sur leurs étudiants.

    • « Ne tuez pas la personne humaine car Allah l’a déclarée sacrée » (Coran, VI, 151-> c’est une injonction à ne pas tuer dans le livre saint que suivent tous les musulmans.
      Toujours pas de réflexion sur votre rôle de journaliste et les conséquences de vos propos ? C’est dommage, je serais intéressée d’entendre vos arguments.
      (Je ne « délire » pas, je fais juste preuve d’un peu de recul. Essayez pour voir. )

      • Cette phrase ne s’applique QU’ AUX musulmans eux-meme. On a exactement le même phénomène dans la bible, avec le même commandement mais qui s’adresse au peuple de moise, mais ne s’applique pas lors de guerre avec des gens d’autres communautés. toujours lire un texte, dans son integralité, et dans son contexte.

        • « on a exactement le même phénomène avec la Bible » –> pourquoi donc, stigmatiser une religion plus qu’une autre ?
          « toujours lire un texte dans son intégralité, et dans son contexte » –> tout à fait d’accord. Dommage que ces principes n’aient pas étés appliqués à la rédaction de cet article.

Comments are closed.