La Une de Charlie Hebdo : un Dieu-assassin de type européen

A LA UNE

05/01/2016 – 08h55 Paris (Breizh-info.com) – « 1 an après, l’assassin court toujours » titrera Charlie Hebdo, mercredi 6 janvier, en Une, un an après les attentats islamistes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’est pas avec une telle illustration accompagnant ce message que les forces de l’ordre l’arrêteront et qu’ils vengeront ainsi leurs amis assassinés l’an dernier. En effet, la une de l’hebdomadaire satirique représente un homme blanc, barbu, portant une kalachnikov et un vêtement ensanglanté tout en s’enfuyant.

Difficile en effet de reconnaître dans ce dessin le portrait robot des frères Kouachi, des assassins du Bataclan, et, plus globalement, des islamistes auteurs de tous les attentats meurtriers perpétrés en France ces dernières années.

Depuis que Charlie hebdo a bénéficié d’un très solide héritage suite aux attentats de janvier 2015, ses journalistes continuent depuis un an de mélanger pèle-mêle « terroristes islamistes » et « culs-bénits» catholiques, comme si rien n’était arrivé, comme si tout se valait, comme si la menace émanait autant des uns que des autres. Charlie Hebdo n’est en cela pas très éloigné de ceux qui assimilaient durant la campagne électorale le Front national de Marine Le Pen à l’État islamique.

Ryss, le dessinateur, signera mercredi un éditorial dénonçant les «fanatiques abrutis par le Coran» et «cul-bénit venus d’autres religions» qui avaient souhaité la mort du journal pour «oser rire du religieux»«Les convictions des athées et des laïcs peuvent déplacer encore plus de montagnes que la foi des croyants», dit-il .

Les montagnes n’ont pourtant pas, en cette année 2015, été dans les faits déplacées par les levées de stylo vers le ciel, les allumages de bougies, et les refus de tout amalgame, puisque 2015 s’est dramatiquement conclut dans un lourd bain de sang à Paris, début novembre. Difficile en effet de résister à des balles de 7,62 armé d’un simple feutre Bic, à moins de croire aux miracles et d’enfreindre par la même à ses convictions laïques … Médiocrité de la « génération Bataclan », dénoncée dans Le Point par Gabriel Matzneff.

Une année 2015 achevée comme elle avait commencé, en quelque sorte, et qui reprend « comme si de rien n’était ». Charlie Hebdo toujours soutenu par le gratin du showbizz parisien, par l’argent public, mais aussi par  183 000 bonnes consciences abonnées ( presque 20 000 de perdus depuis un an, alors que le journal n’en comptait que 10 000 avant les attentats). L’équipe de Charlie Hebdo qui bouffe du curé, de l’imam (mais pas ou peu de rabbin) à longueur d’année, et qui commémore l’assassinat de ses amis il y a un an en dessinant un Dieu-meurtrier unique, mais de type européen bien entendu …

Le mot de la fin reviendra à deux jeunes internautes, tweetant en réaction à l’annonce de la « une » de Charlie :

« Plus facile pour de nous insulter, nous dénigrer et nous salir que de nommer les vrais responsables du terrorisme en France.» écrit MarcDeXII ن

« Ils avaient plus de couilles les anciens de . Morts pour rien visiblement. » écrit Damien Rieu.

Photo : DR
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

8 Commentaires

  1. Dieu, dans la civilisation occidentale, est systématiquement représenté depuis des siècles par un vieillard barbu. Le personnage qui figure à la Une de Charlie Hebdo est aussi celui qu’on voit au plafond de la Chapelle Sixtine : Riss, Michel-Ange, même combat ! Or
    1) le dieu du christianisme et celui de l’islam sont, à la base, le même personnage,
    2) nous n’avons pas de portrait d’Allah puisque l’islam prohibe sa représentation,
    3) les lecteurs français de Charlie Hebdo baignent dans la civilisation occidentale.
    Par défaut, donc, il paraît logique que Riss ait utilisé cette image « crédible ». Elle véhicule clairement son message : l’inspirateur des assassinats est en fin de compte le concept d’un dieu unique et intolérant véhiculé par les religions du livre. Cette assimilation ne nous est pas agréable, bien sûr, mais elle comporte un message fort. Les terroristes nous ont frappés sur la joue droite ? Riss tend notre joue gauche !

  2. « 1) le dieu du christianisme et celui de l’islam sont, à la base, le même personnage » Stop, au blasphème, assez d’ignorance étudiez un peu. Il n’y a qu’un Seul vrai Dieu en Trois Personnes, la Sainte Trinité. Allah est un faux dieu qui sert de masque à Satan, il suffit de voir ses préceptes, luxure et meurtre et antichristianisme, sont les fruits de l’Islam.
    Charlie en bon anarchiste, ni dieu, ni maître, seulement disciple du Démon, veut nous faire croire que c’est la religion, Dieu au final qui est responsable de la tuerie. Mais à force de cracher en l’air, cela finit par retomber, autrement dit, quand on blasphème tout et n’importe quoi, on ne peut pas venir se plaindre d’être un jour mis devant ses responsabilités, l’islam étant une « religion de paix » elle a répondu à la provocation. Avec le christianisme c’est moins dangereux, c’est pour cela que les lâchent ne se privent pas, seulement un jour tout se paie.

    • « Stop, au blasphème, assez d’ignorance étudiez un peu. »
      Etudiez Bottero, lisez Kramer, vous verrez que les religions du Livre ont joyeusement pompé tout ce qui était pompable en Mésopotamie.

    • À vrai dire, c’est avant tout un symbole chrétien. Mais dans la culture populaire, c’est surtout une marque supposée du grand complot mondial. Cette mode complotiste est particulièrement en vogue dans les cités (puisque les musulmans seraient les grandes victimes de ce complot) et à fait fureur notamment au lendemain des attentats de Charlie Hebdo. Clin d’œil de Riss (et pas ryss) sans nul doute.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés