08/01/2015 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) – Donné à Bordeaux en novembre, à Massy, Reims et Toulon en décembre, et avant de rejoindre La Rochelle et Venise en février, puis Rennes en mars, l’opéra-bouffe Les Chevaliers de la Table Ronde s’arrête cette semaine et la semaine prochaine à Nantes et à Angers.

Son compositeur, Florimond Ronger, dit Hervé, ou « le compositeur toqué », ancien organiste à l’église parisienne Saint-Eustache, est sans doute le plus prolifique du XIX° siècle. Concurrent et ami d’Offenbach, il inscrit au compteur vingt-deux opéras-bouffes, vingt opérettes, sept ballets, vingt-six pantomimes et cinquante-huit musiques de scène. Quant aux Chevaliers, écrits en 1867, ils combinent la caricature, le grotesque, la parodie, l’énergie rythmique et la mélodie populaire.

opératoqué

Trois grands rôles féminins et trois autres masculins se partagent une intrigue médiévale à mourir de rire, quand le roi Rodomont, dont les caisses sont vides et la femme volage, veut marier sa fille complètement idiote non pas au premier mais au troisième d’un grand tournoi.

L’expérience acquise par Hervé au café-concert lui permet de concentrer ses effets, qu’il enchaîne sans les développer à l’excès. Il est rare de pouvoir entendre autant de coq-à-l’âne musicaux et autant de verve dans l’invention mélodique et rythmique. Voilà qui n’est pas donné à beaucoup de compositeurs, pour une raison simple : sauf à tomber rapidement dans l’ennui, la loufoquerie musicale exige un métier sans faille.

C’est sans doute ce qu’avait apprécié Wagner qui, lors d’un déplacement parisien en 1862, avait passé avec Hervé une soirée désopilante et mémorable. Hervé rend d’ailleurs hommage à son confrère en parodiant, au début de l’acte III, le prélude du premier acte de Lohengrin.

A Bordeaux comme à Reims, les auditeurs furent autant enthousiasmés par la direction de Christophe Grapperon que par les prestations des membres de la compagnie Les Brigands qui supportent tout le spectacle. Nul doute que les auditeurs nantais et angevins montreront autant d’empressement.

J.F. Gautier

Au Théâtre Graslin de Nantes, les 9, 10, 12, 13 et 14 janvier.

Au Grand-Théâtre d’Angers, les 16, 17 et 19 janvier.

Réservations

Photo : DR
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.