16/01/2016 – 07H45 Rennes (Breizh-info.com) – Breizh-info.com a été le premier média a révéler ce vendredi que les victimes des essais thérapeutiques à Rennes étaient des « cobayes volontaires » de la société rennaise Biotrial. Dans la foulée, un internaute nous a envoyé en exclusivité le contenu du test. Puis nous avons retrouvé Mathieu, qui habite Nantes aujourd’hui, et qui avait été « cobaye » pour Biotrial voici plusieurs années. Témoignage exclusif .

Breizh-info.com : à quelle occasion et pourquoi avez vous fait un test chez Biotrial ?

Mathieu : Durant mes études à l’université, j’avais reçu un prospectus dans ma boite à lettres. c’était pour moi l’occasion de me faire de l’argent facile, environ 800 euros pour 4 jours d’hospitalisation. Toujours mieux que d’aller travailler à McDo…

Breizh-info.com : Comment s’est passé ce test ? Qu’expliquaient les protocoles ? Etiez vous au courant de risques particuliers ?

Mathieu : Le test s’est bien passé. Nous avions eu une réunion d’information suite à laquelle j’ai passé un test d’aptitude au sein de Biotrial. Les conditions sont naturellement d’être en bonne santé pour participer à ces tests de traitements. Durant les 4 jours d’hospitalisation nous étions 16 cobayes pour tester un médicament contre l’hypertension.
La moitié d’entre nous recevait un placebo sans bien sur savoir qui. Ce que j’ai ressenti c’est une très grosse fatigue avec l’impossibilité physique de me lever de mon lit durant plusieurs heures. Mais sinon tout s’est bien passé. Nous étions dans un contexte rassurant, avec un personnel très présent. Tout était bien organisé

Breizh-info.com : comment cela s’est passé administrativement ? Quels types de papier signez vous ? Que se passe-t-il en cas de mauvaises réactions, voir de décès ?

Mathieu : Administrativement je me souviens avoir signé des papiers, mais le contenu je ne m’en souviens plus. c’était il y a plus de 10 ans ! Il devait sûrement y avoir une décharge de responsabilité de l’établissement, sinon ils auraient des procès régulièrement ; il doit forcément y avoir des incidents plus mineurs qui ne sont pas médiatisés.

Breizh-info.com : que vous inspire l’affaire révélée ce jour ?

Mathieu : À l’époque je ne me rendais pas compte de ce que représentait réellement ce type de laboratoire privé. Avec mes yeux d’étudiant je voyais cet établissement dans le prolongement du C.H.U. donc très rassurant. Quand on connait les enjeux financier, aujourd’hui je m’interroge sur l’influence que peut exercer l’industrie pharmaceutique sur ces laboratoires privés. Ces derniers ne manquent t-ils pas d’objectivité ?

Photo : DR
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.