18/03/2016 – 06h00 Bucarest (Breizh-info.com) – Une rumeur courrait, sur plusieurs médias roumains, mais aussi russes, repris ensuite par des journaux anglophones : le château de Bran en Roumanie, surnommé « le château de Dracula », était à vendre. Des spéculations autour des chiffres de mise en vente parlaient même d’un prix estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros pour ce château important pour le patrimoine roumain et européen.

Alexandra Cojanu , propriétaire du Château de Bran a tenu rapidement à mettre fin à cette rumeur : « Nous avons vu une information , dans plusieurs médias, comme quoi le château de Bran serait à vendre. Ces informations, reprises dans de nombreux pays à propos de cette supposée vente, sont toutes basées sur quelques articles datant de 2007 à 2009, la plupart étant erronées . Non, le château de Bran n’est pas à vendre ! ».

Elle a ajouté que le château subissait actuellement des rénovations nécessitant de lourds investissements, avec notamment l’ouverture d’un ascenseur électrique pour relier le château au jardin, à partir d’un puit creusé dans la montagne. « Le château de Bran est unique, et très spécial » poursuit Alexandra Cojanu. « Chaque année, nous accueillons un demi millions de visiteurs payant, et le nombre augmente, ce qui démontre l’intérêt croissant pour ce château et pour le mythe de Dracula. Un mythe autour duquel nous organisons chaque années de nouvelles reconstitutions, de nouveaux évènements .»

Le château de Bran (première version en bois) fût fondé par les Chevaliers teutoniques, au début du XIIIème siècle mais il brûla en large partie lors des invasions mongols, en 1242. Il fût reconstruit tel une forteresse au XIVème siècle,  puis appartint successivement au royaume de Hongrie, aux Habsbourg, aux Hohenzollern, à l’État communiste roumain, puis de nouveau aux Habsbourg. C’est en 2007 que la rumeur de la mise en vente du château est née, et qu’elle réapparait fréquemment depuis.

Pour rétablir la vérité concernant le château de Bran, Vlad III l’empaleur, dit Dracula, et le mythe de Bram Stockers, une dernière chose et non des moindres ; si la légende prétend que le héros de l’Europe (il fût libéra nos ancêtres du joug ottoman et turc) a possédé ce château, les propriétaires et historiens le réfutent. Il n’y a en effet aucune trace historique d’une quelconque présence de Vlad Tepes  dans ce château, et c’est essentiellement le mythe de Dracula écrit par Bram Stocker – qui n’a jamais séjourné en Roumanie – qui a donné cette touche si mystérieuse à ce château. Et un bon coup de pouce économique pour ses propriétaires !Vlad_tepes

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine