Eoliennes flottantes : un premier parc au large de Groix

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

28/07/2016 – 07H00 Groix (Breizh-info.com) – C’est au large de l’île de Groix qu’une première ferme bretonne d’éoliennes flottantes verra le jour. Elle disposera de 24 MW de puissance. Sa mise en service est prévue en 2021.

A quoi ressemblent ces éoliennes?

Les éoliennes prévues sont des éoliennes de modèle Haliade 150. Elles sont d’une puissance unitaire de 6MW, présentent une nacelle à plus de 350 tonnes et un rotor de 152 mètres de diamètre. Quatre éoliennes seront ancrées sur des sous structures immergées de 25 mètres de profondeur. Chaque éolienne et sa sous structure marine pèse 1500 tonnes.

Où se situera la ferme?

La ferme doit ouvrir en 2021 à 13,5 kilomètres des côtes.

Quels acteurs interviennent ?

Le matériel retenu est l’éolienne phare d’Alstom, déjà retenue sur les champs situés au large de Saint Nazaire, de Fécamp et Courseulles-sur-Mer en Normandie, et fournie par General Electric. La conception et la fabrication des flotteurs sont assurées par la DCNS et Vinci, et leur maintenance par les Bordelais de Valemo. C’est la PME parisienne ex-filiale de Veolia Eolfi, travaillant généralement à l’export, qui a remporté l’appel à projet de l’Ademe associé à l’énergéticien CG NEnergy.

Lauréate de cet appel d’offre, Eolfi a précisé dans son communiqué du 23 juillet dernier son plaisir de participer “au déploiement des premières éoliennes flottantes en France et de pouvoir améliorer notre maîtrise de cette technologie en milieu océanique à forte houle et à fort marnage, caractéristique de l’essentiel du marché export.” Elle ajoute que “Relais de croissance et alternative à l’éolien à terre, l’éolien en mer offre un potentiel considérable de développement : les spécialistes des énergies renouvelables estiment qu’en 2050, il produira deux fois plus d’électricité que le nucléaire dans le monde ; dès 2030, il devrait même assurer près de 15% de la consommation d’électricité européenne.”

En s’installant plus au large que leurs cousines « posées », les éoliennes flottantes sont susceptibles de capter des vents plus importants et plus réguliers tout en limitant les réactions de type Nimby (not in my garden).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

3 Commentaires

  1. EDF est obligée d’acheter l’électricité produite par les éoliennes en mer 220€ le mégawatt/heure, soit 22 centimes le kWh. Or elle paie entre 3 et 5 centimes le kWh produit par les centrales conventionelles, qui ont en plus l’avantage de ne produire que quand on a besoin de leur énergie (à la différence de l’éolien). Et pour l’éolien flottant, ce sera peut être encore plus cher.

    Peut on vraiment se permettre de payer notre électricité 5 fois plus cher?
    Que feront nos pauvres, et notre industrie?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant tout un spécialiste des problèmes...

Reportage. Éoliennes: du rêve aux réalités

Recueillant près de 80% d’opinion favorable, les éoliennes sont en quelques années devenues le symbole de la transition énergétique. Quels enseignements politiques, sociaux, économiques...

Eric Zemmour : « L’éolien est une catastrophe, ça va laisser des déchets monumentaux »

Eric Zemmour : « L’éolien est une catastrophe, ça va laisser des déchets monumentaux (…) Les Verts se foutent de la beauté des paysages...

Ils veulent sauver la Terre. Un reportage du Média pour tous

En avril 2019, Emmanuel Macron annonçait la mise en place d'un processus démocratique innovant : des Français allaient être tirés au sort pour former...