Pokemon go. Pokemon m’a tué. A moy que Chault.

A LA UNE

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

On croit avoir tout vu, tout entendu, tout déploré… mais on se trompe. Chaque jour, ou presque, l’époque parvient encore à nous sortir de son chapeau mité un nouvel objet de surprise et d’affliction. Son réservoir d’inepties et d’absurdités désolantes semble sans fond et sa capacité à se renouveler dans l’aberrant et le grotesque ne lasse pas d’impressionner.

Dernier exemple en date, la mode hystérique des « Pokemon go » qui s’est répandue sur la planète presque aussi rapidement qu’une épidémie de grippe espagnole. Heureusement, cette nouvelle maladie, contrairement à sa grande soeur de 1918, ne tuera aucun homme puisqu’elle ne touche que les ectoplasmes qui les ont remplacés depuis maintenant de nombreuses années.

Mais voyons, « Pokemon go » n’est qu’un jeu, c’est juste marrant et il n’y a vraiment pas de quoi se prendre la tête ! Faut-il être un sinistre grincheux et un affreux pisse-froid pour s’offusquer d’une si sympathique facétie !

Et quand bien même l’intérêt ludique de cette pratique nous échapperait, il suffit de s’en détourner en un haussement d’épaules ! Oui bien sûr, on pourrait – et sans doute devrait-on…- se borner à continuer de construire les murs de sa cabane hors du monde et rechercher dans la fréquentation des muses, de la luxure et des alcools les échappatoires nécessaires à la survie intellectuelle, mais lorsque l’on conserve, malgré tout, une once de respect et d’intérêt – ne serait-ce qu’au nom de ce qu’ils ont pu être…- pour ces hominidés qui occupent la même terre que vous et dont les obligations du monde rendent la fréquentation, même infime, obligatoire, on ne peut assister à leur avilissement croissant uniquement dans le silence et le fatalisme.

Voir des individus, dont certains ont dépassé depuis deux ou trois décennies l’âge mongoloïde de l’adolescence, répondre avec une telle gourmande servilité aux moindres stimuli d’une quelconque multinationale du divertissement et s’adonner, avec un enthousiasme frisant la transe collective, à des pratiques qui seraient déjà à peine tolérables dans une cour de récréation d’école primaire, est un spectacle qui mène l’estomac même le plus accroché au bord des lèvres.. Soumission, infantilisation, abêtissement… tout y est… Sans même parler du degré d’intrusion dans la vie privée que représente ce nouveau gadget qui nécessite l’accès à l’historique de recherche Google et aux courriels…

Il est vrai qu’étant donné ce qui la compose , leur « vie privée », ils peuvent en effet bien la dégueuler sur la voie publique, ça ne va pas éclabousser grand monde…

Le plus troublant – terrifiant en vérité – est le fait que nombre de ces zombies hilares sont des parents, des travailleurs, des responsables, des étudiants… preuve que tous ces mots ont perdu tout sens et toute signification, du moins, en tout cas, qu’ils n’ont plus du tout le même contenu ni la même portée que jadis, quand nos grands-parents et nos arrières grands-parents les incarnaient.

On a tué l’âge adulte et la maturité à grands coups de consoles de jeux, de psycho-pédagogisme, de Fast and Furious et de Transformers, d’Harry Potter, de Game of Thrones, de twitts et de facebook, de selfies et de Pokémons ..

Il ne reste plus qu’à attendre le jour où, considérant qu’il est plus pratique et plus sympa de se chier dessus que de se déplacer aux toilettes, les post-ados définitifs de l’Occident triomphant remettront des couche-culottes pour s’en aller faire des pâtés de sable virtuels sur les grandes plages du cyber-divertissement sponsorisé par Nintendo et la CIA réunis en un même généreux et merveilleux holding…

A moy que Chault.

Source

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Saint-Malo. La Ville impose des quotas pour les locations touristiques de courte durée

Un encadrement plus strict des pratiques de locations touristiques de courte durée, c'est ce qu'a voté le conseil municipal...

À 77 ans, Jo vit isolé en Corse, loin du « monde des fous »

Il vit seul au bord d'une des plus belles plages de Corse depuis plus de 10 ans, loin du...

8 Commentaires

  1. Si tu n’aime pas quelque chose pourquoi vouloir pousser les autres à le détester aussi ce n’est qu’ une mode qui va s’étouffer petit à petit malgré cela tu n’a aucun droit d’insulter
    les personnes qui jouent à pokemon . En effet laisse les gens profiter et reste dans ton monde d’ignorant .

    • Il n’est pas interdit d’analyser les nouveautés et d’en tirer des conclusions, même négatives. Avant ta pokémonite as-tu seulement entendu parler des « cistes », chasse au trésor qui se pratique dans le monde entier? Mais c’est un jeu qui se pratique sans smartphone ni GPS et fait appel à la réflexion et à l’intelligence. Alors oui résoudre une énigme avant de partir à la découverte c’est moins marrant que d’être mené par le bout du nez !

    • Gaël : Depuis quand donner librement son avis et exprimer sa différence par rapport à un mouvement de mode serait-il preuve d’ignorance ?…C’est précisément l’incapacité de critiquer ( Au sens étymologique du terme : « choisir » ) qui s’affiche dans cet engouement « pokemon » et bien plutôt l’ignorance ou le refus de sa propre capacité de discernement qui y mène, dans l’illusion de « profiter » ( quand on ne sait pas – ignorance ?- que cela « profite » surtout à d’autres!… )

  2. Qu’il est beau de faire un article critiquant un phénomène de grande ampleur, que cela doit être agréable de se vautrer dans l’anti-conformisme, comme c’est original de faire une critique sur les jeux vidéos. Je suis presque étonné que l’article ne positionne pas les jeux vidéos comme origine de la violence dans le monde. L’auteur, comme beaucoup d’hominidés, rejette tout ce qu’il ne connait pas. Bel exemple d’ouverture d’esprit. Enfin, si les adultes se dirigent consciemment ou non vers les jeux, n’est-ce pas parce que la société a annihilée leur enfance? Peut-on leur reprocher de préférer un jeu aux couleurs chatoyantes à la noirceur de l’esprit des critiques à tout va?

  3. Très bien écrit. Mais à mon avis il y a aussi des morts réels provoqués par Pokémon go: fautes d’inattention des piétons, conducteurs jouant en voiture, etc…Il y a aussi tous les morts provoqués par la perte de temps à jouer qui se répercute sur du travail non fait, donc des richesses non-produites, donc des manques en bout de chaîne économique. Par exemple, un infirmier d’hôpital qui loupe une distribution de médicaments dans les chambres ou qui se trompe de patients.

  4. Woawww….
    Quelle tristesse dans tes paroles…
    Tu dois avoir eu une vie compliquée et malheureuse…
    Je te plaint sincerement.
    Si pour toi on devrait tous passer sa vie sans aucun loisir, uniquement à travailler et eviter tout ce que les autres font par peur d etre traite de mouton, cela doit t’être difficile de trouver une place dans notre société.

  5. tellement vrai. La médiocrité est élevée en culture voire en autoritarisme…

    L’imbécilité est élevée en divertissement. Cela a toujours été, mais la technologie l’amplifie à qui mieux mieux.
    Tout çà, en attendant le prochain massacre.
    Sans aucun doute, nous vivons une époque formidable, où l’homme dépassé par les conséquences de sa technologie et de sa démographie galopantes s’est d’abord réfugié dans la drogue jusqu’aux années 80, puis dans la thérapie de gueule de bois jusqu’aux années 2000 et maintenant dans l’auto-avilissement en désespoir d’une dictature.

    C’est la fin, il faut être complétement aveugle pour ne pas le voir

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés